Partagez | 
 

 Eklemtaäl, Khaelan {Elfe} Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elfe
Khaelan Eklemtaälavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
85
 :Equipement :
Ses vêtements, un poignard, son luth, sa lyre, un journal de bord et du matériel pour y écrire. Et une chaîne solide.


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Eklemtaäl, Khaelan {Elfe} Terminé   Sam 17 Juil 2010 - 19:45

Khaelan Eklemtaäl, jeune apprenti musicien

- Nom : Eklemtaäl
- Prénom: Khaelan
- Sexe: Masculin
- Age: 70 ans, l’équivalent d’un peu plus que 17 ans pour un homme.
- Taille: 1,85m
- Poids: Environ 130lbs
- Peuple: Elfe sylvain
- Classe: Citoyen

- Description Physique détaillée: Khaelan ressemble en presque tout point à l’elfe typique. On dit que même le plus fort des individus de ce peuple reste svelte, et ce jeune elfe n’est pas l’exception à la règle ici. La taille fine et la musculature peu développée en apparence, il y a un je-ne-sais-quoi d’élégant par rapport à lui. Les épaules pas trop larges, le dos aussi droit que possible sans déformer sa colonne, les traits fins, les gens ont tendance à penser qu’il est très doux et bien élevé… et ils n’ont pas tord. Mais voici une petite différence entre lui et les autres elfes : son teint est légèrement plus foncé que la moyenne. Son menton est triangulaire, ses oreilles sont longues, pointues et effilées. Ses cheveux sont plus court que la plupart de ses semblables : il les porte un peu plus haut que sa nuque. Ils sont blonds platine, très pâle. Khaelan en place la moitié derrière ses oreilles, et le reste retombe aux côtés de son visage. Enfin, certaines mèches plus courtes retombent sur son front, mais il n’y a pas un cheveu qui obstrue son champ de vision. Ses yeux sont légèrement en amende, moins que la plupart des elfes, et sont d’un vert pâle qui tourne un peu sur le jaune. Ses yeux expriment la douceur, mais aussi la bonne humeur de notre jeune elfe. Enfin, son nez est normal, plutôt fin.
Parlons de l’habillement, maintenant. Khaelan est habillé avec élégance. De plus, ces vêtements évoquent un peu ceux d’un barde, bien qu’il n’en est pas un… pour l’instant. Il porte une chemise grise argentée ornée de quelques pierres semi-précieuses qui n’ont que très peu de valeur. Il porte également une veste beige par-dessus cette chemise. Il porte des pantalons beiges, qui semblent être faits du même matériau que sa veste, ainsi qu’une large ceinture brune et de longues bottes de la même couleur. Sur ses deux bras, il porte des brassards de cuir. Ses vêtements ? Ce sont ses parents, des artistes, qui lui ont payés. Ils avaient les moyens pour ça.
- Caractère du personnage: Khaelan est… tout ce qu’il semble. Il est très bien élevé, et s’exprime avec délicatesse et politesse. Ce sont ses parents, deux artistes, qui l’ont élevé comme ça. Comme bien des elfes, il est assez intelligent, et mature, et ne fait aucune action, ou presque, sans bien réfléchir. Il ne prend que des risques calculés. Mais bien sûr, des accidents et de banales erreurs d’inattention, ça arrive même à l’homme le plus prudent, et Khaelan ne fait pas exception à la règle. Mais la qualité que l’on distingue le plus chez lui, c’est son charisme. Il sait communiquer avec aisance, et les gens l’écoute. Khaelan ne s’échauffe que très rarement, il est difficile de le mettre en colère. Il agit rarement sur un coup de tête. Avec sa manière très polie de s’exprimer, les gens ont parfois tendance à croire qu’il est naïf, mais ce n’est pas tout à fait le cas. Mais Khaelan a quelques défauts qu’il n’aime vraiment pas. Le plus important est qu’il peut s’avérer être maladroit. Aussi, il est un peu lunatique. Son manque d’attention peut provoquer certaines… situations. Il peut s’égarer, ne pas répondre tout de suite quand on lui parle, faire des fautes stupides quand il écrit, et ainsi de suite.
La plupart des elfes possèdent une haute estime de leur race, et donc ont tendance à penser des autres peuples qu'ils sont inférieurs à eux. Khaelan, dans tout ça? Ayant été élevé un peut à l'écart de la place principale, et donc du tempérament froid, distant et hautain de certains elfes, il n'a que très rarement entendu de propos infériorisants face aux autres races. De plus, ses parents étant artistes, la petite famille a souvent voyagé, ce qui a permi au jeune elfe de s'ouvrir aux autres. Pour lui, les différentes races sont comme les différents paysages: Quoique différents, il y a toujours quelque chose de beau par rapport à eux. Donc, malgré qu'il ait tendance à valoriser les elfes et leurs valeurs, il sait apprécier les autres peuples et oublier les différences.
- Équipement: En tant que simple citoyen, il ne pouvait pas se payer, enfin, pas tout seul, une armure, qu’elle soit faite de cuir ou en mailles, ou une arme quelconque pour se défendre. Heureusement, ses parents lui avaient acheté ces vêtements. S’il se mettait à travailler, il pourrait peut-être s’acheter une dague.
- Ambitions: Même jeune, la musique l’avait toujours intéressé. Même aujourd’hui, son but reste le même : Devenir un artiste. Plus précisément, un barde. Il aime surtout la harpe et la guitare. Il veut aussi voir le monde et tous ses beaux paysages.

- Mère: Sheilana Eklemtaäl. Elle est grande, mince et svelte, et bouge avec une grâce féline. Ses cheveux sont d’un gris argenté et tombent en cascade jusqu’au milieu de son dos, et ses yeux en amende sont d’un vert émeraude. Ses traits faciaux ressembles à ceux de Khaelan. C’est une artiste. Elle se spécialise en peintures. Sa vie est actuellement parfaitement normale, elle n’a vécu aucun traumatisme, aucun mal quelconque… Mais sa vie n'a pas toujours étée ainsi. Avant, c'était une démoniste. Elle fut amenée au Temple très jeune, et ne comprenait pas ce que signifiait vénérer Loki. Tout comme Seradril, son mari, d’ailleurs. Comme elle a grandie dans la magie et le culte, lorsqu'elle a finalement compris le sens de ses actes, elle était si habituée qu'elle continua de croire en le dieu de la discorde. Mais après la naissance de Khaelan, elle perdit graduellement sa foie, car le plaisir d'être mère et le désir d'une vie simple et bonne l'emportèrent. Éventuellement, elle perdit tous ses pouvoirs. C'est maintenant une Wudu-elfen comme les autres, avec son amour pour la peinture, la nature et les beaux paysages.

-Père : Seradril Eklemtaäl. Lui aussi fut un démoniste, qui perdit foie en Loki pour les mêmes raisons que son épouse. Retournons à l'époque de l'obtention de son étincelle magique. Son père fut un peu plus brutal que les parents de Sheilana avec lui pour le convaincre d’aller au Temple. Mais il ne comprenait tout de même pas ce que ça impliquerait. Pour ce qui est de sa vie d'artiste, Seradril fait un peu de tout : Dessin, musique, littérature, mais il se spécialise en poèmes. Lui aussi est un amoureux de la nature. Il est svelte, mais ses épaules sont un peu plus larges que la moyenne. Il est plutôt grand. Son faciès est presque identique à celui de Khaelan, mais avec les joues un peu plus creuses et un teint plus pâle. Ses cheveux blonds sont attachés en queue de cheval et descendent un peu plus bas que les épaules. Ses yeux sont bruns pâle.

-Frères & Sœurs: Khaelan n’a qu’un frère : Immeral Eklemtaäl. En faite, c’est son frère adoptif, et c’est pour ça qu’il ne ressemble pas au reste de la famille. Comme tout bon elfe, il reste svelte, mais sa musculature est un peu plus développée que la moyenne. Ses épaules sont plus larges, mais sa taille est fine. Ses cheveux sont d’un noir d’ébène et son menton est un peu plus rond que Khaelan. Seradril l’a trouvé dans la rue. Son père, alcoolique, l’avait mis à la porte et l’avait renié. Sa mère était morte. Aujourd’hui, il a hérité de la bonne humeur et du tempérament calme de sa nouvelle famille, quoiqu’il se fâche plus facilement.

- Illustration(s):



Dernière édition par Khaelan le Sam 25 Déc 2010 - 16:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Fondatrice
Lenwëavatar

 :Peuple :
Indéfini
 :Âge du personnage :
18 ans
 :Equipement :
Clés du forum


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Eklemtaäl, Khaelan {Elfe} Terminé   Mer 3 Nov 2010 - 18:36

De même que pour les deux autres présentations, j'aimerais que tu me dises si ta fiche est toujours d'actualité!
Merci d'avance.

_________________
Personnage rp: Jiliann Hesyl

Revenir en haut Aller en bas
http://final-harmony.forumactif.com
Elfe
Khaelan Eklemtaälavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
85
 :Equipement :
Ses vêtements, un poignard, son luth, sa lyre, un journal de bord et du matériel pour y écrire. Et une chaîne solide.


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Eklemtaäl, Khaelan {Elfe} Terminé   Sam 25 Déc 2010 - 16:32

Je ne me souviens de mon enfance que des souvenirs qui m’ont marqués le plus… Il faut dire que, lorsqu’on est tout petit, tout est nouveau, tout est à découvrir, et ce sont souvent les petits détails qui frappent le plus à cette époque. Le plus vieux souvenir dont je me souviens est donc celui d’un moment qui, pour des adultes, peuvent sembler si banals, mais qui était si spécial pour le jeune bambin que je fus à l’époque…

Ça se passait dans notre maison, construite dans un bois clair qu’aujourd’hui je puis identifier comme étant du chêne. Contrairement à la plupart des habitations d’Alfheim, qui sont en marbre et en pierre, notre logis semblait être taillé à même un arbre. Car si la capitale et ses bâtiments projettent une image de pureté et de fragilité, rien n’égalait, à mes yeux, ainsi qu’à ceux de mes parents, la chaleur de notre humble logis. Mes parents, amoureux de la nature et des paysages, avaient décidé de la construire sur une petite colline, un peut à l’écart de la place principale et des rues et ruelles avoisinantes, tout en restant dans le périmètre de la cité. Les grandes fenêtres laissaient les rayons du Soleil pénétrer généreusement dans notre demeure, réchauffant l’atmosphère nous procurant cette sensation de bien-être qui ne peut être obtenue que chez sois. Le corps principal de la maison était en forme d’octogone à deux étages. Ce prisme avait deux prolongements circulaires à un étage : L’un d’eux était la cuisine, et l’autre, la salle des arts.

C’était dans cette dernière que nous nous trouvions, moi et mes parents. De nombreux instruments de musique ornaient les murs : Des guitares, des luths, des harpes, des instruments à vent… Sur le côté, une table de travail et une chaise, tous deux en bois. Sur cette table reposaient tout l’équipement du bon écrivain. À côté, une bibliothèque remplie de livres de tous genres. Dans un autre coin, quelques chevalets, sur lesquels reposaient des toiles vierges, ainsi que des pinceaux, des crayons, du matériel de dessin et de peinture. Au centre de la pièce se trouvaient deux rangées de bancs en bois. Ce jour-là, ma mère avait tiré un des chevalets vers le centre. Moi? J’étais assis sur un des bancs, à observer la pièce, à me poser des tas de questions. Je devais être bien jeune. Pouvais-je parler? Je n’en sais rien, mais une chose est sûre : Je ne me souviens pas d’avoir dit un mot cette journée-là. Ma mère faisait un tableau – non, l’esquisse d’un tableau – de moi, sûrement pour immortaliser le moment. Mon père lui, écrivait quelque chose. Un poème, j’en suis sûr. C’est ce qu’il faisait, et fait encore, le mieux. Tout d’un coup, je décidai de descendre, de m’approcher, de toucher à un des instruments… Je pinça la corde d’un luth, qui émit un son sec. Je sursautai, mes parents riaient de leur voix cristalline…



Un autre souvenir d’enfance dont Khaelan se souviens bien fut celui-ci : Ça se passait dehors, sur la colline. Khaelan était devenu plus vieux. Quel âge avait-il? Il n’en est pas sûr. C’était au coucher du Soleil. Son père, Seradril, étai assis sur la pente, tout près d’un grand arbre. Il tenait le jeune enfant dans ses bras et lui chantait une berceuse, probablement un poème qu’il avait composé pour son fils. Sheilana, elle, était un peu plus loin à leur droite, et comme toujours, réalisait une peinture illustrant la colline, le ciel illuminé des mille feux jaunes, roses et rouges du crépuscule incandescent, mais surtout, les deux amours de sa vie… Ce fut un moment rempli de magie pour le jeune bambin émerveillé et à moitié endormie.


La petite enfance de Khaelan lui paraît comme un songe distant, du moins jusqu’à ses 15 ans. Mais il a une bonne idée sur le déroulement de la vie à cette époque. Les jours s’écoulaient lentement dans cette petite maison en banlieue d’Alfheim. Les parents de Khaelan passaient beaucoup de temps avec lui, pour jouer avec lui, le faire rire, l’instruire… Pendant que l’un s’occupait du bambin, l’autre dessinait, peinturait, écrivait, jouait de la musique, ou bien s’affairait à quelques corvées essentielles. Khaelan se rappelle entre autre des nombreux tours de prestidigitation que faisaient ses parents pour l’ébahir… Chaque fois, le jeune, impressionnable et attentif, restait mystifié… À force, il finit par pouvoir sentir quelque chose d’indéfinissable lorsque ses parents s’apprêtaient à lui faire un tour de magie. Il ne se doutait pas alors qu’il y avait quelque chose de malsain derrière tout cela. Malgré tout, les journées du jeune Khaelan se résumaient en le rire et la joie. La bonne humeur et le caractère généreux de ses parents contribuaient à cela. Sheilana et Seradril ne se fâchaient jamais, ils étaient toujours doux envers leur enfant. Tous les trois vivaient en toute simplicité, et cela leur convenait à merveille.


Le reste de l’enfance



Quelques années plus tard, rien n’avait vraiment changé. Khaelan, devenu plus vieux et ayant obtenu l’usage de la parole depuis bien longtemps, était tout aussi curieux. Ses parents entreprirent une éducation un peu plus sérieuse de leur enfant vers l’âge de 30 ans. Ils avaient commencé non seulement à lui apprendre à lire et écrire, mais aussi ils s’attaquèrent à l’étiquette du jeune elfe. Rendu à 50 ans, il était devenu très poli. Un peu avant, vers 40 ans, Seradril et Sheilana commencèrent à l’enseigner sur la culture et les mœurs du peuple elfique, et quelques fois par semaine ils l’amenèrent au en plein cœur d’Alfheim sous plusieurs prétextes, dont le ravitaillement, dans le but réel de lui montrer la ville et ses gens.

Durant ces années, Khaelan remarqua qu’il ressentait de moins en moins l’énergie magique de ses parents, à un point tel que, vers ses 30 ans, il eut l’impression qu’ils avaient complètement perdu l’usage de la magie. Pourquoi donc? Il ne le sut que bien plus tard.

Vers ses 55 ans, Seradril et Sheilana commencèrent à emmener leur enfant en voyages. En tant qu’artistes, avant la naissance de Khaelan, ils avaient beaucoup voyagé, un peu partout dans le monde, pour trouver de nouvelles sources d’inspiration, pour montrer leur art au public, pour rencontrer des collègues et pour bien d’autres raisons. Maintenant, après de longues années de vie sédentaire, pour pouvoir mieux s’occuper de leur enfant, à nouveaux ils partirent en quête d’inspiration et pour transmettre à leur jeune leur goût pour la nature et les paysages. Et qui sait? Lors de son enfance, le jeune curieux leur avait toujours semblé intéressé par les œuvres d’art, autant matérielles que musicales, de ses parents. Peut-être trouverait-il lui-même de l’inspiration?

Ils commencèrent lentement pour l’habituer, mais bientôt Khaelan prit goût aux voyages. Il demandait toujours à ses parents quand serait leur prochaine expédition. Un des premiers voyages qu’il fit fut à Lome-Lith, la capitale des Munt-Elfen. Là, Seradril revit un collègue et ami de longue date. La petite famille resta donc quelques jours chez l’individu, qui avait un fils, un elfe noir du nom de Jorthil. Une complicité se forma rapidement entre ce dernier et Khaelan. Il sut qu’il s’était fait un ami fidèle.


Tout n’est pas rose pour tous les elfes. Un beau jour, Khaelan, qui avait 55ans, et son père se promenaient à Alfheim. Ils voulaient aller chez un nouveau conseiller qui connaissait bien Seradril, et qui avait besoin de quelqu’un pour une quelconque tâche dont il ne pouvait s’acquitter en raison de son horaire chargé. Les deux elfes ignoraient en quoi consistait cette tâche. Pour se rendre plus promptement à la demeure du conseiller, ils décidèrent de couper par une ruelle.

Ils s’arrêtèrent tous les deux. Ils entendaient des sanglots étouffés… qui venaient de l’intérieur d’une caisse de bois qui traînait là. Ils la soulevèrent et y découvrirent un jeune Wudu-elfen, qui devait avoir entre 35 et 45 ans. Il pleurait à chaudes larmes et semblait avoir été battu. Il leva les yeux. Il avait les cheveux noirs, qu’il n’avait pas coupé depuis au moins quelques mois, et qu’il n’avait pas lavés depuis plus longtemps que la plupart des gens, ce qui leur donnait un teint mat et légèrement gras. Il avait des égratignures un peu partout sur son corps et il semblait avoir été frappé au visage. Il était plutôt maigre, pourtant il avait les épaules plus larges que la plupart des elfes. L’enfant eut peur, mais Seradril le rassura, lui disant d’une voix douce qu’il n’avait rien à craindre. Puis il demanda son nom, pourquoi il s’était caché sous cette caisse et pourquoi il était blessé. L’elfe répondit d’une voix faible et tremblante qu’il s’appelait Immeral et, après maints débuts de phrases interrompus par ses sanglots, que son père l’avait battu, renié et jeté à la rue. En effet, il était alcoolique, ce qui est plutôt rare parmi les elfes. Il découvrirent plus tard que sa mère est morte. Comment? Immeral n’avait jamais reçu la réponse de son père.

Bref, Seradril pria Khaelan de tenir compagnie à Immeral pendant qu’il partait s’occuper au plus vite de la tâche confiée par le conseiller. Puis il décida d’héberger le jeune pendant quelques temps, jusqu’à ce que la petite famille décide de ce qu’ils allaient faire de l’elfe. À peine deux jours après, la famille décida d’adopter Immeral.

Pendant un an, ils cessèrent de voyager pour que le nouveau frère de Khaelan reprenne de la forme et s’habitue à sa nouvelle vie.

Puis tout redevint comme avant, à l’exception d’une chose : Une quatrième personne s’était jointe à nous…


Éventuellement, les parents de remarquèrent en Khaelan lui un intérêt croissant pour la musique. En effet, chaque fois qu’il passait devant troubadours et ménestrels, il s’arrêtait et écoutait d’une oreille attentive. De plus, il semblait toujours vouloir en apprendre plus sur les différents styles et les différents instruments. Un beau jour, lorsqu’ils étaient de retour à Alfheim, Seradril et son épouse lancèrent une recherche dans le but de trouver un musicien expérimenté qui voudrait bien prendre Khaelan sous son aile…


Ce matin-là, je me levai plus tôt qu’à mon habitude. J’étais un peu excité, car c’était une journée spéciale. En effet, en ce 14e jour de Damini, j’allais officiellement devenir un adolescent. Le Soleil était sur le point de se lever, j’allai donc dehors, sous l’ombre d’un grand chêne, pour mieux observer le spectacle. Bientôt, l’astre de la vie inonda le ciel encore jeune de ses rayons, emplissant la voûte d’azur d’une vive teinte dorée.

Bientôt, un elfe vint me rejoindre sur la colline. Qui était-il? Son visage m’était familier, mais point me souvenais-je de lui. Peut-être l’avais-je croisé dans les rues d’Alfheim. Que faisait-il là? Je l’ignorais complètement. Ce que je savais, c’est qu’il devait avoir un peu plus de 250 ans. Ses cheveux, qui devaient être d’un noir de jais dans un plus jeune âge, perdaient de la couleur, tournaient au gris-argenté. Son visage, qui gardait une apparence élégante malgré le temps, laissait paraître des indices de son vécu, de son expérience. Il portait des vêtements simples, des pantalons marron et une veste brune par-dessus une chemise beige, ainsi que des bottes de cuir d’un brun foncé. Il fumait d’une longue pipe et soufflait des ronds de fumée de temps à autre. Il s’assit à côté de moi sans dire un mot, contemplant la vue. Après de longues minutes, il brisa enfin le silence :
« Ta famille s’est installé à une place de choix, jeune elfe. » Il m’avait tutoyé, comme s’il me connaissait, moi ou ma famille.
« T’as de la chance, petit.
- … Pardonnez-moi, mais qui êtes-vous?
- Ah… Ce n’est pas important. J’aimerais savoir, où sont tes parents?
- Ils dorment encore.
- Dans ce cas, j’attendrai.
- Moi, je ferais mieux de rentrer. »
C’est ce que je fis. En poussant la porte, en faisant le moins de bruit possible, je me rendit compte que mon père et ma mère s’étaient levés. Je leur informa que quelqu’un, dehors, voulait les voir.

Quelques heures plus tard, après avoir mangé, je patientais dans la salle des arts, manipulant avec soins des instruments pour voir ce que je pouvais en tirer, quand mes parents revinrent me voir. Ils m’expliquèrent qu’il était grand temps que je commence mon éducation musicale, vu l’intérêt que j’avais pour la musique. Puis ils appelèrent quelqu’un. À ma grande surprise, l’elfe que j’avais vu plus tôt entra dans la pièce. En me souhaitant un bon anniversaire, mes parents m’annoncèrent que cet individu allait m’apprendre à jouer de l’instrument de mon choix. Mon nouveau tuteur me sourit, me saluant d’une voix grave et forte, mais chaleureuse.


C’est ainsi que, le jour de ses 60 ans, le jeune Wudu-Elfen rencontra Thelmoril d’Arthelas, un artiste multi-instrumentiste dans la fleur de l’âge assez bien connu dans la capitale des elfes sylvains.


L’adolescence



À cause de ses cours de musique, la petite famille faisait moins de voyages, et ceux-ci étaient plus courts, ce qui ne les empêchait toute fois pas d’en profiter. Immeral, quant à lui, hérita du caractère jovial des Eklemtaäl. Par contre, il s’échauffait plus rapidement que son demi-frère, bien que, à la connaissance de sa famille adoptive, il ne se fâchait jamais vraiment. Mais s’il y avait bien une différence psychologique fondamentale entre lui et les Eklemtaäl, c’est qu’il ne souhaitait pas devenir un artiste. Il suivit plutôt un entraînement martial pour pouvoir mieux défendre ceux qui lui étaient chers. Et bien que Khaelan sache que c’était pour une bonne cause et l’encourageait dans ses efforts, il digéra mal la nouvelle quand il l’eut appris.


Vers l’âge de 80 ans, le jeune elfe fut témoin d’une scène qui troubla l’existence paisible de la petite famille. C’était une froide soirée d’Andelo. Les Eklemtaäl revenaient de dîner chez Thelmoril, qui était devenu un ami de la famille. Il était tard, ainsi ils décidèrent de couper par des ruelles. En s’éloignant du centre de la ville, arriva un moment où Khaelan ressentit quelque chose de familier, un sentiment ésotérique quelque peu semblable à celle qu’il ressentait lorsque ses parents faisaient appel à la magie il y avait bien des années. Ses parents intimèrent alors au deux adolescents d’arrêter et de rester silencieux. Khaelan lisait l’inquiétude sur leurs visages. Puis, Seradril s’approcha d’une autre ruelle, qui débouchait à l’extérieur de la ville. Sheilana le suivait de près, talonnée malgré sa consigne des deux jeunes elfes, silencieux.

Ils entendirent alors deux voix : Celle d’une femme elfe, légèrement tremblotante et empreinte de culpabilité; celle d’un elfe mâle qui, visiblement ( enfin, audiblement ), s’énervait, qui était même en colère.
« … Mais, maître, je vous assure que j’ai pris toutes les précautions! J’ai pris mon temps pour être sûre de moi. De plus, il avait bu beaucoup, comme vous me l’aviez recommandé, et était visiblement sous mon cha…
- Tais-toi! »
dit l’homme, plus fort que prévu, puisque ses paroles étaient parvenues clairement à leurs oreilles, et ajouta, en baissant le ton : « C’était une mission très difficile, je l’admets, mais je ne t’aurais pas demandé de corrompre cet administrateur si je n’étais pas sûr que tu réussirais! J’avais confiance en toi, et tu as échoué, s…! » S’en suivit d’un claquement sec. Il l’avait frappée! « Maintenant, écoute bien, disciple! Si tu veux bien servir les intérêts de notre discordieux maître, tu ne peux pas te permettre de faillir à ta tâche. Te rends-tu compte des problèmes que ton échec va nous causer? Si tu perds ta couverture encore une fois lors de nos efforts pour arranger le monde tel que Loki le voit et le veut, nous… » C’était à ce moment que Sheilana et Seradril firent irruption dans l’allée. « Arranger le monde tel que le Dieu de la Discorde le voit? lança Seradril. Que de belles paroles pour un individu de votre absolue prétention. Lors de mon court passage parmi vos rangs, on m’a toujours dit qu’un démoniste puis avoir un maître pour l’apprentissage, mais qu’il est disciple de Loki uniquement. » Au mot « démoniste », Khaelan eut un frisson. Qu’est-ce que ça signifiait? Le démoniste se retourna avec stupeur. Sheilana dit : « Et quelle prétention de votre part de faire des reproches à votre apprentie, et même d’avoir une apprentie, alors que vous ne pouvez point sentir les gens qui vous écoutent. Mais là n’est point la question, odieux personnage. Sachez que la corruption est un crime grave parmi les elfes lorsqu’elle concerne les membres de l’autorité royale. Il est de notre devoir en tant que citoyens d’Alfheim de mettre fin à vos actes.
- Il est aussi de notre devoir en tant qu’anciens démonistes, sachant à quel point vous pouvez être dangereux, de mettre fin à votre vie »
ajouta Seradril, en sortant de son manteau une dague dont Khaelan et Immeral n’avaient pas eu conscience.
« Des anciens démonistes…? » murmura le démoniste en pâlissant. Immeral, qui en avait assez de se creuser la tête pour tenter de se rappeler où il avait pu entendre cette voix auparavant, osa jeter un bref coup d’œil… et revint se cacher à la hâte, en réprimant un cri de surprise : C’était son père! Ce dernier, qui avait récupéré de sa surprise, ne l’avait heureusement ni vu ni entendu. Il lança à l’intention des parents : « Ha! Donc vous avez perdu votre foie, et vos pouvoirs du même coup! Dans ce cas, vous pouvez ranger votre petit couteau, je vous occirerai de toute façon! » Khaelan perçut alors une présence sinistre et compris alors le sens du terme « démoniste ».

Il s’approcha donc, et vit alors l’elfe antagoniste faire appel à une forme de magie différente des petits tours de prestidigitation de sa jeunesse : De la magie purement offensive. Le démoniste fit apparaître des boules de feu, qu’il projeta vers Sheilana et Seradril. Il avait mal calculé son coup : ce sort de base ne pouvait pas faire de mal à des habitués de la magie sans que ce soit une feinte. Il était évident que ses facultés étaient légèrement altérées par la boisson. Il continua ce genre d’offensives sans succès; les Eklemtaäl gagnaient du terrain et évitaient à tous les coups. De plus, son apprentie ne l’aidait point, pour des motifs inconnus. Le démoniste se frustra et employa une explosion de feu… que les parents évitèrent de justesse, non sans subir quelques légères brûlures. Seradril et Sheilana, ayant pratiqué la magie pendant longtemps, pouvaient sentir une fraction de seconde la nature de l’attaque. Ils ne pouvaient pas prévoir d’où elles venaient, mais c’était suffisant pour minimiser les dégâts. De plus, ils utilisaient avec sagesse leur environnement de diverses façons : dans la rue, beaucoup de caisses et de boîtes d’entreposage jonchaient le sol, et ils s’en servaient pour faire des feintes et se protéger de projectiles. Le démoniste, lui, ne cherchait qu’à les éliminer en usant de sa puissance brute. Ainsi, les Eklemtaäl réussissaient à porter plusieurs coups, pas assez pour le tuer, alors que leurs quelques blessures étaient superficielles.

Éventuellement, le démoniste finit par se trouver à l’opposée de sa situation initiale, c’est-à-dire entre parents et enfants, sans toute fois percevoir la présence des deux jeunes elfes. Immeral ne put retenir un couinement à peine audible, alors que Khaelan observait la scène dans une sorte de transe, sans tenir compte du danger qu’il courrait, se demandant comment était-ce possible qu’une telle chose puisse se produire dans sa vie. De leur côté, Sheilana et Seradril luttèrent désespérément pour éloigner le démoniste des jeunes adolescents. Il ne le réalisa pas.

Quand les effets de la boisson se dispersèrent, le démoniste changea instantanément de plan de bataille. Il usa de ses pouvoirs pour faire léviter une grosse caisse, puis la propulsa vers les Eklemtaäl à toute vitesse. Seradril et Sheilana plongèrent vers l’avant. Une forte décharge électrique percuta leur épaule, les blessant sérieusement et les immobilisant. Le démoniste se mit à rire. Son rire fut étouffer par un hurlement rageur derrière lui, et avant même qu’il ne put agir, il fut tiré vers l’arrière, tombant sur le dos. Khaelan mit quelques secondes pour réaliser qu’Immeral avait fondu vers son ancien paternel et le ruait de coups, ce qui eut comme effet de le sortir de sa transe. Il lâcha un cri de frayeur lorsque l’ennemi éloigna son fils d’un coup de pied au visage. Sheilana se leva et couru se mettre entre le démoniste et ses enfants. Le père d’Immeral se prépara à attaquer, hurlant de colère. Ce hurlement s’étrangla lorsque la lame de Seradril pourfendit son cœur. Alertés par le tapage, des citoyens de la ville arrivèrent sur place à ce moment. La petite famille dut s’expliquer. Quant à la démoniste qui servait feu le père d’Immeral, elle semblait s’être évaporée lors du combat…


Nous étions tous fatigués ce soir-là, au terme de cet affrontement. Dans ma tête tempêtaient mille questions, mais point n’était-ce le bon moment pour les poser. La matinée du lendemain resta gravée dans ma mémoire autant que la scène de la veille. Le petit déjeuner se déroula dans un silence qui laissait transparaître plus que toute la tension qui nous habitait, malgré que l’adrénaline et le danger avait fait place au repos réparateur. Il me parut durer une éternité; tous attendaient l’inévitable question qui brûlait sur nos lèvres, à Immeral et moi. Je fus celui qui brisa la glace : « Père, mère… Hier soir, vous aviez mentionné le mot « Démoniste ». Qu’est-ce? » La tension retomba d’un coup. Ma mère et mon père échangèrent un regard pendant un court instant, pour décider qui allait entamer la réponse. Ce fut ma mère : « Eh bien… Mon fils, te souviens-tu ce que nous t’avons appris par rapport à l’incapacité naturelle des elfes à pratiquer la magie?
- Certes, oui, répondis-je. Mais vous m’aviez aussi dit qu’il y avait des exceptions, comme vous, et que vous m’expliqueriez un jour comment cela est possible. Serait-ce enfin le jour?
- Oui, mon fils. » me répondit mon père. Il m’apprit donc l’histoire de Vángo, le premier
elfe qui, en cherchant vengeance et destruction, pactisa avec Loki pour pouvoir pratiquer la magie, en échange de sa vénération envers lui et de l’impossibilité d’aller au Walhalla.

Ma mère continua : « Ainsi, mon fils, quiconque désire devenir un démoniste n’a qu’à visiter leur temple dans la forêt d’Aranwë et quérir l’étincelle de magie de l’héritier de Vángo. Or, ceux qui ne vénèrent pas ou plus Loki perdent cette étincelle. » Cette révélation me choqua. « Alors, vous… Vénériez Loki? » J’avais pris soin de m’exprimer au passé, pour ne pas les blesser. Mon père enchaîna : « Tu dois comprendre, Khaelan. Ta mère et moi étions très jeunes et ne comprenions pas tout à fait ce que cela impliquait. Il suffisait que nos parents nous montrent la voie pour que nous leur croyions dur comme fer. Et lorsque nous avions enfin pris conscience de nos actes, cela faisait partie de nous. Mais à ta naissance, vois-tu, eh bien… Comment pourrais-je expliquer? Tu nous as changés, tu as bouleversé nos croyances. Petit à petit, nous avions perdu foie en Loki, et nous avions fini par perdre l’usage de nos pouvoirs, comme tu as dû le constater.» Puis ma mère enchaîna : « Écoute-moi bien, Khaelan. Vu ta réaction face à nos dires, je crois savoir déjà ta réponse. Or, je dois en avoir le cœur net. J’espère que tu n’empruntera pas cette voie, mais je ne tenterai point d’influencer ton choix. À la lumière de ce que tu as appris, souhaites-tu devenir… un démoniste? » Ma réponse ne tarda pas : « Mais ciel, non! Point n’est-ce mon intention de vénérer le Dieu de la Discorde! J’aurais certes aimé pouvoir faire de la magie, mais puisque les elfes ne peuvent en apprendre l’usage naturellement, qu’il en soit ainsi. »

Seradril reposa la question à mon frère adoptif, qui répondit que son père naturel avait essayé de le convaincre, mais qu’il avait refusé. S’en suivit alors d’une foule de questions de ma part et de celle d’Immeral, dignes de jeunes bambins curieux et avides d’en apprendre toujours plus sur le monde. Il en fut ainsi jusqu’à ce que le Soleil atteigne le zénith.



Et maintenant…



Nous sommes en Ark, en l’an 501, une semaine après le 85e anniversaire de Khaelan. Après 25 ans d’études, le jeune Wudu-elfen n’est pas devenu un artiste. Plusieurs facteurs ont grandement ralenti sa progression. Tout d’abord, entraient en compte les nombreux voyages qu’ont vécus la petite famille. Même si Khaelan en profitait pour en apprendre plus sur les traditions musicales des régions qu’ils visitaient, ça ralentissait son éducation. Ensuite, le jeune elfe avait choisi d’apprendre à jouer de deux instruments : le luth et la harpe. Enfin, le jeune mélomane aux oreilles pointues ne voulait pas se spécialiser en un style de musique. Le choix était trop difficile pour lui. Il apprenait donc un peu de tout.


Khaelan est maintenant un jeune adulte. Durant les dernières années, grandissait en lui le désir de partir à l’aventure, sans ses parents. Lorsqu’on lui demandait où il comptait aller, ses réponses se faisaient vagues. Il avait une grande ambition : Voir tous les paysages visibles aux mortels. Il portait toujours en lui cette fascination pour la nature, qui portait une incroyable beauté dont on ne se lassait jamais, et il y avait tant à voir dans ce domaine.

Le jour de son anniversaire, Sheilana et Seradril donnèrent à Khaelan de magnifiques vêtements dignes d’un artiste de la tempe de Thelmoril, vêtements qu’il porte aujourd’hui. Devant l’élégance de cette accoutrement, Khaelan protesta : Il n’était pas encore un artiste, il ne pouvait pas accepter. Mais ils se firent insistant. Et puis, il lui allaient à merveille, comme s’ils étaient fabriqués pour lui… Décidément, ses parents l’avaient choisi avec soins. Il n’aurait pas été poli de refuser. Donc, il les accepta avec joie. Il alla tout de même, le lendemain, acheter une longue cape de voyage brune, histoire de se faire plus discret. Cette même journée, il prit une grande décision : La semaine suivante, il entreprendrait son grand voyage. Les préparatifs débutèrent le lendemain.

La nuit dernière, Khaelan peina à dormir. L’idée de la venue imminente de son départ le stimulait grandement. Mais cette nuit, il dormi paisiblement, comme pour mieux se préparer à la journée de demain. Car l’aube de ce matin sera l’aube de son voyage.
Revenir en haut Aller en bas
Fondatrice
Lenwëavatar

 :Peuple :
Indéfini
 :Âge du personnage :
18 ans
 :Equipement :
Clés du forum


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Eklemtaäl, Khaelan {Elfe} Terminé   Mer 29 Déc 2010 - 19:34

Tout d'abord, je tiens vraiment à te féliciter pour cette histoire, et cette fiche dans son ensemble.
C'est tellement bon de voir se dessiner un personnage sous vos yeux qui n'est pas fils de roi, héros incompris, futur Maître du monde, enfant d'une prophétie... Pour sûr, Khaelan semble respirer la vie dans ce qu'elle a de plus pur. Et c'est ça qui est intéressant. Créer un être simple est difficile en rp, on veut toujours en faire plus, c'est ainsi. Mais je suis impressionnée, je dois dire, par la justesse de cet être et de son histoire.
Tout correspond avec exactitude au monde dépend sur ce forum, c'est l'idée que nous nous en étions fait. Un véritable personnage de fantasy, en clair.
Bravo pour ça.

Deux petits choses me chiffonnaient pourtant, d'un côté cet elfe noir adopté par tes parents, et de l'autre l'abandon de leurs pouvoirs. Pour le premier point, ton histoire m'a convaincue. La famille de Khaelan habite un en peut en retrait d'Alfheim et les parents se déplacent assez peu dans la cité... Donc cela marche, pas de problème.
Après, pour le second point, c'est plus délicat. Les parents ne veulent plus de Loki, donc logiquement leurs pouvoirs devraient disparaitre... J'avoue que je ne m'étais jamais posé la question [merci!], et que c'est pourtant assez intéressant. Donc, pour qu'un détail de ce genre ne dérange pas ta fiche je vais passer dessus, mais je vais y réfléchir, pour les fiches suivantes qui poseraient le même problème.

Donc! Très bonne fiche, remarquable, merci pour ce bon moment.
Et bon vent à toi sur les Terres d'Yggdrasil.

_________________
Personnage rp: Jiliann Hesyl

Revenir en haut Aller en bas
http://final-harmony.forumactif.com

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Eklemtaäl, Khaelan {Elfe} Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 

Eklemtaäl, Khaelan {Elfe} Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Harmony :: REGISTRES :: Fiche de Personnage :: • Fiches Validées-