Partagez | 
 

 Eludia Cëryl {Humain} Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mage
Cëryl Eludiaavatar

 :Peuple :
Humain
 :Âge du personnage :
19 ans
 :Equipement :
Du matériel de voyage, de lecture et d'écriture !


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Eludia Cëryl {Humain} Terminé   Dim 25 Juil 2010 - 15:45

    - Nom: Eludia

    - Prénom: Cëryl

    - Sexe: Garçon

    - Age: 19 ans

    - Taille: 1m85

    - Poids: 70 kg

    - Peuple: Humain

    - Classe: Mage

    - Description Physique détaillée: S’il fallait quelques mots pour décrire le physique de Cëryl, il s’agirait de « Jeune homme dans la fleur de l'âge ». Le jeune homme conserve les aspects frais et vifs de la jeunesse qui se traduisent par de doux traits sur un visage innocents. Sa peau est semblable au sable fin sous le soleil, de part sa douceur et sa clarté. Les pommettes du garçon sont saillantes et rosâtres. Ses lèvres pulpeuses et bien dessinées recouvrant une rangée de dents blanches et bien alignées sont surmontées par un petit nez délicat, lui-même encadré par une paire d’yeux magnifiques, sans nul doute la plus belle partie de son anatomie, d’un bleu égalant les éclats du saphir et possédant juste autour de leurs prunelles un liseré jaunâtre qui témoignent d’une grande vivacité d’esprit et d’une certaine malice. Sa vision est bonne malgré une très légère myopie qui ne le gêne pas vraiment, et il a souvent des cernes plus ou moins prononcées à cause de ses nuits passées à lire. Ses cils sont longs et battent avec la légèreté des mouvements d’un papillon, et ses sourcils sont plus foncés que ses cheveux et extrêmement fins. En effet, les cheveux courts de Cëryl révèlent une coloration originale : leur blondeur extrême les fait ressortir quasiment blancs à la lueur du grand jour, on ne peut alors qu’apercevoir quelques infimes reflets dorés en les examinant avec attention. Le jeune mage n’a pas une musculature particulièrement développée et son corps svelte approche la maigreur en dépit de sa gloutonnerie exceptionnelle (notons que ceci attise généralement la jalousie des personnes à forte carrure de son entourage). Cependant, Cëryl a apprit a dissimuler habilement ce manque de vigueur grâce à ses habits. Le garçon est vêtu d’une étoffe soyeuse relativement ample qui le recouvre des pieds à la tête (elle fut, bien que vétuste, achetée à bon marché dans une brocante) de couleur argentée et agrémentée par plusieurs ornements bleutés d’époque donnant une marque spécifique au personnage. Cet habillement marginal est pourvu d’une sorte de ruban de la même teinte noué à sa taille et faisant office de ceinture, où il y a attaché sa bourse. Ainsi, l’aspect final de son accoutrement est similaire à une robe de mage. Ses pieds sont attachés de solides sandales de voyages noires en cuir cousu qui appartenaient à son père et qu’il a récupéré à la mort de celui-ci.

    - Caractère du personnage: Cëryl est un jeune homme dont la personnalité particulière présente de multiples facettes. Pour commencer, la plus grande tare de ce garçon est son insatiable appétit, sa gourmandise sans limite : lorsqu’il s’arrête dans une auberge au cours de ses voyages, il n’a de cesse de s’empiffrer un maximum avant de poursuivre ses péripéties. La majeure partie de son argent est donc grassement employée dans les achats de nourriture, le reste de son pactole lui paye quelques équipements nécessaires à ses vagabondages. Malgré les caprices de son estomac, ce jeune garçon est plutôt agréable à vivre. En effet, en plus d’être convivial et intelligent, il est très curieux et  s’intéresse beaucoup aux récits des aventures de ses compagnons de route. Il s’exprime dans un langage poli et courtois qui lui vient de ses lectures, mais ne peut s’empêcher de proférer quelques vulgarités issues de la paysannerie, ses racines, de temps en temps. Cëryl lit d’ailleurs énormément, achetant des livres d’occasion avant de les revendre, de les échanger, ou en s’attardant longuement dans les bibliothèques des grandes villes : sa culture générale est immense et sa culture magique est d’un très bon niveau malgré son jeune âge. Son humour rentre dans un registre assez sarcastique, qu’il ne témoigne qu’envers les personnes qu’il n’apprécie guère. Il n’hésite d’ailleurs jamais à venir railler les ennemis de ses amis, voir lutter avec eux dans un véritable combat. Pour finir, il est parfait maître de lui, il parvient à conserver son calme et ne s’énerve jamais inutilement. Il en va de même pour sa tristesse et ses larmes.

    - Équipement: Passée en bandoulière sur une de ses épaules, le jeune homme possède une grosse sacoche en toile grisâtre à plusieurs compartiments ayant assez de contenance pour y introduire un ou deux livres, un flacon d’encre bleue, une plume et son cahier personnel où il prend note des évènements intéressants relatifs à ses voyages, et quelques en-cas supplémentaires pour casser la croute. Il détient également une petite couverture rouge confectionnée par sa mère dans un tissu banal, une carte familiale dessinée dans un vieux parchemin et une boussole ancienne : ce matériel est destiné à ses nuits passés à la belle étoile.

    - Ambitions: Améliorer ses talents de mage au maximum de ses capacités, voyager et découvrir le reste du monde, obtenir un maximum de savoir.

    - Mère: C’est à sa mère que Cëryl doit ses cheveux éclatants de luminosité, la douceur de son visage, et son attrait particulier pour la nourriture. Cependant, celui-ci lui a valu quelques rondeurs plus ou moins prononcées mais elle conserve un beau visage qui fait toute sa beauté. Douce et attentionnée envers sa famille, c’est une paysanne assidue qui se laisse un peu marcher sur les pieds mais dont tout l’entourage adore la gentillesse et protège avec amour. Elle est très fière de ses deux fils et les encourage à réaliser leurs buts. La mort de son mari a emplit son âme de chagrin mais elle s’est redressée après son deuil, consciente que sa progéniture méritait le bonheur d’une mère aimante.

    - Père: Le père de Cëryl est mort alors que celui-ci atteignait ses 17 ans, d’une maladie bête et méchante qu’il traînait depuis des années. Sa famille fut ravagée par la tristesse et mit plusieurs mois à s’en remettre. Paysan comme son propre père, il fut amusé de voir à quel point les rêves de ses fils divergeaient de la paysannerie familiale mais décida de ne pas d’y opposer. Il ne ressemblait pas du tout à Cëryl à l’exception de ses yeux aux couleurs de l’océan, car ses cheveux sont d’un gris-noir vieillissant et ses traits se sont endurcis tout au long de sa vie. C’était un homme rude et peu bavard, mais généreux et heureux d’avoir vécu avec ceux qu’il aimait.

    - Frère: Le petit frère de Cëryl est nettement moins intellectuel que son ainé, privilégiant les travaux manuels et admirant les chevaliers de l’armée du Roi. Son rêve est d’ailleurs de devenir un chevalier et alors que Cëryl a 19 ans, il en a 13 et est devenu l’écuyer d’un vieux chevalier de la ville, désireux de devenir un vrai combattant et de sauver des princesses en danger. Cëryl adore de tout son cœur son petit frère ressemblant physiquement beaucoup à leur défunt père, malgré sa naïveté d’enfant, et a fait la promesse à son géniteur sur son lit de mort d’en prendre soin comme sa propre vie s’il arrivait malheur à sa mère. Cëryl a également fait la promesse à sa mère qu’il reviendrait régulièrement de ses voyages d’apprentissage pour vérifier que tout se passe bien chez eux.

    - Illustration(s):
    Spoiler:
     


Dernière édition par Cëryl Eludia le Ven 30 Juil 2010 - 21:52, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://don-lope.over-blog.fr/#fromadmin
Mage
Cëryl Eludiaavatar

 :Peuple :
Humain
 :Âge du personnage :
19 ans
 :Equipement :
Du matériel de voyage, de lecture et d'écriture !


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Eludia Cëryl {Humain} Terminé   Dim 25 Juil 2010 - 15:45

Histoire du personnage:

Résumé : Né de simples paysans ayant vécu dans la grande cité humaine de Mannheim, Cëryl a révélé un potentiel magique dès sa mise au monde. Maladroit dans le domaine des tâches manuelles de la paysannerie, ses parents, soucieux du bonheur de leur fils, ont accepté ses choix lorsqu’il a grandi et qu’il a manifesté son désir de poursuivre sa vie dans l’étude de la magie. Ainsi, ils l’aidèrent à se payer un logement dans la cité de Lleya, là où vivent les mages. Il gagna sa vie en travaillant dans la bibliothèque de la ville, passant son temps entouré de livres à son plus grand bonheur. Après de très nombreuses démarches, il fut éduqué par des mages précepteurs talentueux auprès desquels le jeune homme fit ses preuves, il a grandi en faisant preuve d’une grande sagesse et d’une soif de connaissance allant croissante au fil des années. Il maîtrisa très jeune les sorts curatifs mineurs avec une habilité hors norme et parvint à contrôler presque parfaitement les bases élémentaires dès ses 16 ans. Ses instructeurs furent tous fiers de lui et il manifesta toute sa vie un grand intérêt pour l’histoire des mages à travers les siècles. Précisément, sa curiosité s’intensifia autour du règne d’un des précédents rois de Midgard, William 1er, et du combat qui opposa les dangereux Libérateurs avec le grand mage Lleya. Son père lui révélât alors qu’il était encore très jeune que plusieurs des anciens ancêtres de leur lignée avaient bien failli être éradiqués par ces mages maléfiques guidés par le sombre Owyllyn durant cette période. Lleya fut donc la figure incarnée du plus puissant des mages, un personnage fabuleux qui fascinait Cëryl, et avait sauvé ses ancêtres. De plus, le jeune mage rêva de nombreuses fois de la bataille qui opposa les Libérateurs à l'archimage : un rêve qui se répétait à chaque fois de la même manière et qui lui donnait une sensation de bienveillance mêlée à de la curiosité envers la véritable "entité" magicienne. Son obsession grandissante pour cet homme mélangée à la fougue et l’entrain de la jeunesse le conduisirent, une fois sa dix-neuvième année atteinte, à vouloir partir explorer les contrées d’Ygddrasil pour rencontrer le vrai monde et tenter de découvrir des renseignements tirés de l’extérieur sur cette légende vivante. En plus de cela, il aimerait parfaire sa maîtrise de la magie, déjà avancée, pour devenir un excellent mage, sur les traces de son idole dans la matière.

Il faisait chaud en cette matinée d’été. Le lac paisible en bordure de Lleya scintillait de beauté sous le soleil ardent qui dardait ses rayons chaleureux sur Midgard. Rien ne troublait cette étendue vaste et bleutée à l’exception de petits chocs répétés sur la surface de l’eau, provoquant des ondulations multiples qui s’évanouissait au bout de quelques secondes. Les ricochets de cailloux constituait bien le seul sport que le jeune Cëryl pratiquait depuis l’âge de 8 ans, alors que son père lui avait apprit la technique qui permettait à coup sûr de faire rebondir les galets plats. Mais cela faisait une semaine que Cëryl était seul pour jouer aux ricochets. A 17 ans, le jeune garçon venait de perdre son père, cet homme aux allures si robustes qui venait d’être emporté, exactement comme chacune des pierres qui sursautait quelques instants avant de rejoindre les tréfonds des abimes.

Depuis six heures du matin le garçon se tenait là, s’étant éclipsé discrètement de chez lui dès l’aurore après avoir prit soin de laisser un mot à sa mère. Il dû par ailleurs le rédiger avec simplicité puisque celle-ci ne savait pas très bien lire. Au moins son père, lui, savait parfaitement… C’était à lui d’ailleurs, qu’il rédigeait ses mots d’absence auparavant, et il pouvait alors s’exprimer avec toute la liberté qu’il souhaitait. Maintenant c’était fini, il devrait à l’avenir se contenter de tracer quelques mots à la plume que sa mère reconnaissait : « Parti, soir ».

Dans son fourre-tout, il avait rangé quelques sandwichs rapidement composés avec le pain rassit qu’il restait et quelques tranches de jambon crû. Maintenant qu’il y pensait, cela ne suffirait sans doute pas à combler sa faim mais c’est tout ce qu’il avait pu et voulu faire, pensant qu’il n’aurait pas d’appétit avec la tristesse qui le torturait. Mais non. D’ailleurs, il s’empara d’un des sandwich et l’engloutit en quelques bouchées avant de reprendre ses lancés.

Il avait essayé de lire le livre qu’Athos, son précepteur, lui avait prêté suite à sa demande mais n’était parvenu qu’à survoler les premières lignes sans trouver le goût si délicieux de la lecture qu’il aimait tant. Chroniques d’un tueur de mages noirs était un roman d’aventures comme il n’en avait pas lu depuis quelques temps et qui constituait selon toute vraisemblance le genre d’œuvre qu’il adulait. Paradoxalement, la simple vue de la couverture (la gravure d’une main empoignant une épée en flammes) lui donna envie de régurgiter la bouillie épaisse du pain mélangé au jambon. Dégouté par sa propre attitude, il lança un des petits cailloux haut vers le ciel avec toute la faible force dont il était pourvue et le regarda chuter lourdement dans un gros « Plouf » sur l’eau endormie. Un éclat de colère traversa ses yeux d’ordinaire si doux, si purs. Cëryl chassa les mauvaises pensées qui l’assaillaient comme il repousserait une mouche d’un revers de main et se laissa choir sur le sol caillouteux. Il ferma les yeux et entrevit son père qui lui administrait une bonne claque alors qu’il entreprit d’attiser le feu de cheminée à distance, manquant de brûler le sol de la pauvre maisonnée. « Si tu veux utiliser tes tours ici, t’as intérêt à bien les contrôler, c’est compris ?! » avait-il beuglé à son attention. Cëryl eut un sourire en coin. C’était probablement la dernière claque qu’il lui avait administré.

Cela faisait 3 jours que Cëryl n’était pas allé voir Athos, il comptait passer le voir le soir-même pour s’excuser. Les trois premiers jours après la mort de son père, Cëryl s’était forcé, malgré les réticences de sa pauvre mère, à aller étudier pour se changer les idées. Cela n’avait servi strictement à rien. Il ne prit aucune note, ne parvenait plus à lire quoi que ce soit et n’était même pas en mesure de lancer un simple sort mineur. Fatigué, il s’était arrêté de venir à partir du quatrième jour.
 
D
ans le but de vérifier s’il s’était « dérouillé », Cëryl fixa le lac avec attention, il sentit l’énergie lui parcourir le corps, mais sa concentration était nulle. Rien ne se produisit. Il plaça ses bras devant ses yeux pour se protéger de la lumière aveuglante et s’allongea sur les galets. Il s’endormit presque aussitôt pour revoir encore cette scène, dont il rêvait si souvent.
 
Celui qu’il supposait être Owyllin se tenait debout, devant les autres mages alignés derrière lui. Autour d’eux, rien d'autre que chaos et désolation. La magie des ténèbres vidait les chevaliers du Roi de leur énergie et les recouvrait entièrement de terreur et d’horreur.  Certains libérateurs pourchassaient les rescapés de l’attaque malgré leurs blessures et ne firent preuve d’aucun geste de pitié. Tous mourraient autour de lui. Cëryl était en effet présent, il voyait la scène à travers les yeux d’une personne morte, adossée contre le mur d’une maison, une panique grandissante visible dans sa position et son expression. Cëryl entendait toutefois, et voyait, à travers ces pupilles morbides. Le cadavre d’un chevalier fut projeté par un tourbillon de fumée noire surnaturelle près de lui et s’empala sur une clôture blanche qui se teignit progressivement de rouge. Des cris, des cris, c’est tout ce que l’esprit du jeune homme installé au cœur même de la mort pouvait entendre. Il la vit alors, cette silhouette grande, imposante, entourée d’une aura de puissance palpable dans l'atmosphère même, puisque la plupart des mages noirs derrière Owyllin abordaient un air plus qu'inquiet. Owyllin lui-même, dont le visage était dissimulé par l’ombre de sa coiffe, semblait trembler de tous ses membres. Malgré cette agitation, Cëryl le vit lever son bras droit en avant et claqua des doigts, intimant à ses sbires l’ordre d’un assaut immédiat. Puis il y eut un grand flash blanc qui engloba tout l’univers autour de la silhouette lumineuse, et le jeune garçon fut transporté à des années de là.

Le bleu azur. Le soleil. La chaleur qui provoquait l’éclosion de grosses gouttes de sueur sur les pores de sa peau. Cëryl revint à la réalité brusquement et se redressa sur son séant. Il avait l’habitude de vivre et revivre cette scène parfois, dans ses rêves, véritable cauchemar au début et résurrection lors de l’éclat de lumière final. Sans vraiment comprendre, cette explosion de clarté lui redonnait la vie à chaque fois et le faisait se sentir bien, vraiment bien. Il était parcouru d’une sensation plus qu’étrange, comme si tous les soucis qui l’obsédaient s’évaporaient comme l’eau de ce lac lors des sécheresses occasionnelles. La dernière fois qu’il avait fait ce rêve, c’était deux mois avant la mort de son père. Il s’était réveillé particulièrement heureux. Pourquoi diable voyait-il Lleya ? Pourquoi ?

Lleya… Il avait consacré de nombreuses recherches jusque là, à la tour des Sages, sur le sujet. Il n’avait malheureusement pas trouvé grand-chose de bien précis, seulement des répétitions de détails que tout le monde connaissait déjà à son propos. Lleya restait un mystère, mais Cëryl désirait plus que tout détenir toute la connaissance possible sur cet être si fantastique, si extraordinaire, qui fut suffisamment puissant pour mettre en déroute une armée d’une centaine de mages. D’une part parce ce que, selon les dires de son défunt père, cet être surpuissant avait empêché les Libérateurs de tuer les ancêtres à l’origine de la lignée conduisant jusqu’à Cëryl lui-même, lui ayant en quelque sorte « sauvé la vie »; et d’autre part pour comprendre l’homme qu’il était, étudier le potentiel de magie qu’il possédait et ainsi découvrir peut-être l’un des plus grands mystères, des plus grands secrets tournant autour de la magie d’Yggdrasil. De plus, il y avait ces rêves étranges qui lui revenaient de temps à autre, toujours identiques, et si réels. Cëryl avait déjà essayé d’en parler à Athos mais celui-ci avait eu un petit rire moqueur et s’était contenté de lui conseiller de dormir un peu plus au lieu de passer ses nuits le nez dans ses livres, ce qui devait l’amener à donner à son subconscient un imaginaire complètement dénué de sens. La réponse avait irrité Cëryl qui l’avait snobé quelques jours avant d’oublier cette histoire et de replonger dans les études ordinaires.

Il devait être sept heures et le garçon attaqua son deuxième sandwich. Réfléchir à plein régime lui donnait faim. Et c’est en quelques secondes que la nourriture rejoignit son estomac. Il se sentait mieux grâce au rêve, et il remercia Lleya à voix basse. Il fixa de nouveau l’eau pure et sentit l’énergie affluer de nouveau en lui. Avec un bref mouvement de main d’arrière en avant, il poussa l’eau grâce à une onde de choc qui souleva une vague de bonne taille en direction du centre du lac. Celle-ci s’effaça dans une écume blanchâtre au bout de quelques mètres, et le jeune mage fut satisfait du résultat. Sa bonne humeur lui revenait avec véhémence, et il se surprit à esquisser un vrai sourire, entièrement franc, dévoilant ses belles dents blanches et droites.

Il comprit qu’il n’avait plus rien à faire à Lleya. Il resterait encore deux ans où il irait régulièrement à Mannheim, le temps d’aider sa mère et son frère à se remettre de la tragédie ; il s’améliorerait encore un peu dans le domaine de la magie, puis il partirait en voyage. Où ? Il ne le savait pas du tout. Mais c’était ce qu’il voulait depuis toujours, partir, partir et découvrir le reste
d’Yggdrasil, partir et trouver qui était Lleya. Cela pouvait bien être la quête de toute une vie, cela lui était égal, il chercherait.

Il ramassa son sac, jeté négligemment près de lui, et s’empara de son livre. La couverture lui parût belle, ce coup-ci. Il pourrait rendre le livre à Athos le soir même s’il le terminait d’ici là.

Il avait le temps.


Dernière édition par Cëryl Eludia le Ven 30 Juil 2010 - 21:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://don-lope.over-blog.fr/#fromadmin
Fondateur
Dyn Astyavatar

 :Peuple :
Humain
 :Âge du personnage :
22 ans
 :Equipement :
Clés du forum


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Eludia Cëryl {Humain} Terminé   Ven 30 Juil 2010 - 15:21

Bonjour Apollon °°

Ta description physique correspondrait plus à celle d'un vane ou d'un dise...
Voir à celle d'un Incube... Tu en fais peut-être trop °°
J'attendrai Lenwë pour avoir son avis sur ce passage qui m'a un peu troublé.

Au niveau de l'histoire:

C'est plutôt agréable à lire, toutefois j'aurai aimé plus de détails sur ton parcours magique:
tu ne parles jamais de ton évolution: à quelle age as-tu commencé à soigner par la magie ?
Quand t'es-tu aperçu que tu pouvais contrôler les éléments, même légèrement ?
Quelles sont les limites de ton personnage, actuellement ?

D'après ton histoire, tu maîtrisais déjà le feu avant 17 ans (quand ton père était encore vivant).
Tu avais donc déjà ce niveau (cat.C) à l'age de 17, voir 16 ans ? Plus tôt ?
Sachant qu'avant, tu ne maîtrisait que les sorts curatifs logiquement (cat.D) ?
Si la base des éléments ont été manipulés vers 16-17 ans, ça me semble correct °°

Pour finir: ton rêve à propose du duel Owyllin/Lleya.
Évidemment, ce ne sera qu'un rêve: il faut savoir que la réincarnation n'existe pas,
et que voir dans le passé n'est possible que pour les plus grands mages, et encore...
Personne n'a jamais entendu parler d'un tel pouvoir, mais qui sait °°

En tout cas je tenais à donner cette précision, au cas où.

Je laisse Len' donner son avis °°

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://final-harmony.forumactif.com
Fondatrice
Lenwëavatar

 :Peuple :
Indéfini
 :Âge du personnage :
18 ans
 :Equipement :
Clés du forum


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Eludia Cëryl {Humain} Terminé   Ven 30 Juil 2010 - 18:14

Avoir 19 ans semble être tendance ces temps °°

Tout d'abord, je soutiens vigoureusement [et oui] les dires de Dyn, chaque chose qu'il a pointée a besoin d'être revue ou il est utile d'y apporter une réflexion supplémentaire, voir des arguments.
En ce qui concerne ton physique, cette magnificence irréelle [effectivement un peu trop divine à notre goût]. Tu es jeune, je ne vois pas de problème à ce que tu sois particulièrement bien fait ou autre, mais ta description laisse imaginer un personnage sans défauts, au point que je le vois mal suer, rougir, etc.
L'humain peut être beau comme l'elfe ou l'Incube, mais il existe tout de même des limites à ce 'corps de rêve'. Après, est-ce vraiment si important que cela, est-ce que ce physique va réellement t'apporter quelque chose en rp...?
La demande n'est pas: 'trouve toi un défaut bordel!'
Non, simplement je pense qu'il n'est pas logique d'idéaliser à ce point un homme, un humain. Les habitants de Midgard nous ressemblent, et si tu connais quelqu'un qui remplit les critères que tu as posé pour Cëryl... Il ne doit pas être seul très souvent!
Bref, c'est donc une pure question de... contexte, au fond. Ce n'est pas un non-sens, mais il manque un côté réel à ton personnage, lorsque l'on s'intéresse uniquement à son physique.

Rien ne sert de citer Dyn pour les informations à argumenter dans ton histoire, c'est lui le spécialiste et ses remarques sont justes et parfaitement censées.

Pour ce qui est du duel... De cet étrange pouvoir, cette possession d'un corps inconnu, etc. J'aimerais savoir si cette idée te vient d'un bouquin, comme "L'assassin Royal" par exemple... Si c'est le cas, de genre de chose n'est pas réalisable dans le monde d'Yggdrasil, ce n'est pas la même magie qui est à l'œuvre. Après, pour les visions, retour dans le passé [en position extérieur cette fois, comme Harry Potter avec la Pensine for exemple], je ne dis pas non. Mais il faut avoir un niveau élevé, comme l'a fait remarquer Dyn.

Ton histoire est intéressante, tes idées de même. J'aime particulièrement la relation à la lecture qu'à ton personnage...
Citation :
[...]s’était contenté de lui conseiller de dormir un peu plus au lieu de passer ses nuits le nez dans ses livres, ce qui devait l’amener à donner à son subconscient un imaginaire complètement dénué de sens.
Notamment cette phrase. Je ne sais pas si tu as prévu d'en faire quelque chose, mais il y a là une notion qui pourrait, je le pense, être intéressante à approfondir pour toi. Donner à son subconscient un imaginaire complètement dénué de sens, je suis curieuse de voir ce que tu en feras!

J'espère un avis assez compréhensible, j'attends tes réponses aux interrogations de Dyn °°

_________________
Personnage rp: Jiliann Hesyl

Revenir en haut Aller en bas
http://final-harmony.forumactif.com
Mage
Cëryl Eludiaavatar

 :Peuple :
Humain
 :Âge du personnage :
19 ans
 :Equipement :
Du matériel de voyage, de lecture et d'écriture !


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Eludia Cëryl {Humain} Terminé   Ven 30 Juil 2010 - 21:09

Bon bon bon... Je vais essayer de mettre de l'ordre dans mes idées et d'éclaircir les zones d'ombres dont vous me demandez des explications xD
Tout d'abord, je tiens à dire que... Je ne connais pas "L'assassin Royal" ._. Si ce n'est de nom, et que je ne m'inspire que de moi-même.
Pour ce qui est du physique, il est vrai que j'ai un peu abusé sur la perfection de mon personnage et je vais essayer de la modifier pour le faire quand même passer pour un être humain "mortel" et non "divin" xD

En ce qui concerne le niveau d'apprentissage de la magie... J'n'y avais pas profondément réfléchi mais je vais aussi préciser en modifiant un peu, qu'il a maîtrisé très jeune les sorts curatif (D) et les bases élémentaires (C) vers 16 ans comme tu m'as dit Dyn... Pour préciser ><

Pour le reste concernant l'histoire, oui, il est évident que ce n'est qu'un rêve. J'allais pas non plus inventer des trucs en me servant et en manipulant l'histoire d'Yggdrasil, votre histoire, pour mon propre compte xD Il est évident que Cëryl ne verra jamais le VRAI Lleya dans ses rêves ou dans la réalité. S'il trouve des informations sur ce grand personnage un jour dans son aventure, ce sera bien évidemment après vous avoir consulté par MP, et vous avoir demandé s'il était possible de récolter quelques infos à vous, même dérisoires, sur ce puissant mage. Je n'inventerai jamais rien sans votre consentement. Je pense que Cëryl est un jeune homme très imaginatif et dont le subconscient est effectivement très malléable : Son goût énorme pour la lecture et son intérêt pour le mage, qui s'est manifesté en lui depuis sa jeunesse où il a commencé à apprendre des choses sur lui, ont tellement influé sur lui que ses rêves en viennent à en être touchés. Pour le moment, il a des répétitions de cette scène (fictive bien sûr) de temps en temps, mais je compte faire jouer de nouveaux rêves au cours de son périple, par exemple après un événement important qui lui serait arrivé. Comme le mythe de Lleya est profondément ancré en lui, il se pourrait qu'il le revoit, bien qu'il ne s'agisse que d'une image crée par la lecture de tous les livres qu'il lit tournés vers le sujet et les pensées qu'il lui consacre. En fait son précepteur Athos avait raison au final xD

EDIT : J'ai rajouté une petite explication du parcours magique dans le résumé de l'histoire et j'ai modifié des points de la description physique =) J'espère que c'est bon... Je vous laisse me dire !
Revenir en haut Aller en bas
http://don-lope.over-blog.fr/#fromadmin
Fondateur
Dyn Astyavatar

 :Peuple :
Humain
 :Âge du personnage :
22 ans
 :Equipement :
Clés du forum


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Eludia Cëryl {Humain} Terminé   Mer 4 Aoû 2010 - 15:57

Il me semble que tout est en règle maintenant, félicitation tu es le 3e validé du forum ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://final-harmony.forumactif.com

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Eludia Cëryl {Humain} Terminé   

Revenir en haut Aller en bas
 

Eludia Cëryl {Humain} Terminé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Harmony :: REGISTRES :: Fiche de Personnage :: • Fiches Validées-