Partagez | 
 

 L'Ulaun Adrena - { Humain } - ( Terminée )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chevalier
Adrena L'Ulaunavatar

 :Peuple :
Humain
 :Âge du personnage :
22 ans
 :Equipement :
Une sihelverd et quelques biscuits rassis


* * *

Vêtements:

MessageSujet: L'Ulaun Adrena - { Humain } - ( Terminée )   Dim 25 Juil 2010 - 19:06



Adrena L'Ulaun

« On the way to the glory I'll honour my sword
to serve right ideals and justice for all !
» ~ Rhapsody



    Nom: L'Ulaun
    Prénom: Adrena, Loren, Nidera
    Sexe: Féminin
    Age: 22 Ans
    Taille: 1 M 71
    Poids: 60 Kgs

    Peuple: Humain
    Classe: Chevalier





    Description Physique détaillée:

    Jeune femme dans la fleur de l'âge, la beauté d'Adrena n'a d'égale que sa douceur enchanteresse. Son port, une droiture naturellement gracieuse, traduit sans mal ses origines nobles et lui confère une fragilité qui lui a souvent valu d'être traitée avec plus d'égard que les autres chevaliers; ce qu'elle déplore. Un léger déhanchement, ondulant comme une vague, vient ajouter de la féminité à une apparence qui se voudrait masculine et attire sur elle des regards parfois bien audacieux.
    Regards qu'elle soutient, d'ailleurs sans peine, de ses yeux vifs et perçants. Ses prunelles, comme deux émeraudes, luisent de mille teintes et trahissent la fougue de sa jeunesse et son intelligence. Elles ont parfois la clarté de champs verdoyants, un anis doux et rassurant, parfois encore la teinte sombre et insondable d'un marais sous l'éclairage faiblard de la Lune. Toujours est-ils que brillent inlassablement les poussières d'or qui parsèment le fond de ses magnifiques yeux et leur donnent un pétillant de malice. De longs cils sombres ajoutent du mystère à ses regards.

    Ces pierreries, surmontées de deux délicats sourcils dorés, sont enchâssées sur un support délicat; un visage ovale, possédant des traits fins et harmonieux et une peau de pêche, pâle quoique légèrement hâlée au niveau des pommettes. Peu d'imperfections viennent obscurcir la lumière du sublime visage d'Adrena. Ses lèvres, sans être trop pulpeuses, sont parfaitement fournies et si l'on fait bien attention, on peut remarquer que celle du dessus observe une petite excroissance au coin de la bouche. Celle-ci, légèrement relevée aux extrémités, donnent à son visage un aspect systématiquement souriant qui aura tôt fait de lui attirer la sympathie mais aussi la jalousie. Pour finir, elles sont d'un rose pâle et attirant, légèrement glacées, bon nombre d'hommes ont déjà rêvé d'y déposer un baiser, léger comme un flocon. Son sourire chaleureux révèle des dents plutôt blanches et droites et finit de creuser délicatement des pattes d'oies au coin de ses yeux. Surmontant ce fruit délicat, son nez, fin et droit, ajoute de la justesse à ce visage de rêve. Enfin, sa frimousse est encadrée par une lourde masse de cheveux soyeux et épais. Ces boucles d'or, parfois rehaussées de reflets cuivrés, cascadent entre ses omoplates jusqu'à ses reins et, sur la demande de son père, elle leur prodigue un soin particulier. Souvent, pour éviter qu'elles ne la gênent, elle tresse deux mèches de part et d'autre de ses tempes et les noue au dos de sa tête. Adrena fait, en somme, très attention à son apparence. Elle juge cela normal étant donné sa notoriété et son rang au sein de l'état, désapprouvant ainsi le manque de finesse de certains chevaliers haut-placés.

    Son apprentissage lui a, au cours des années, formé une silhouette fine et élancée. Ses membres sont musclés, sans excès, et sous son apparence frêle se cache une force qui en laissent pantois plus d'un. Son corps, bien formé, laisse à la volupté des courbes généreuses; une poitrine ferme et nourrie, des seins et des hanches ronds à souhait. Sa taille, marquée, accentue encore ces sublimes rondeurs et lui donne un aspect bien plus enveloppé qu'elle ne l'est en réalité. Adrena est vive; ses entraînements quotidiens lui ont fait obtenir d'excellents réflexes qui laissent peu de place à la défaite.

    Le plus souvent, lorsqu'elle laisse au placard son armure étincelante, Adrena affectionne les vêtements amples et légers, souvent de couleur claire. En particulier une robe, cadeau de son père pour son adoubement il y a de ça une année. Celle-ci, longue et légère arbore un col bateau évasé qui laisse apercevoir la naissance de sa poitrine. D'un blanc crème, les manches évasées, le col et le bas de la robe sont brodés de volutes d'or. Une fine ceinture dorée, où cliquètent des perles pendants sur ses hanches, et incrustée d'une gemme d'un blanc laiteux sertit sa taille délicate.

    Elle porte peu ou pas de bijou. Parfois, lors de grands événements nationaux, une fine couronne incrustée d'une petite émeraude vient ceindre son front. Elle porte cependant toujours un long sautoir au bout duquel pend un œuf d'or renfermant un fragment de l'arme de William Cœur d'Or. Elle mourrait sans hésiter pour cet objet, transmis de génération en génération.

    Caractère du personnage:

    Si l'on se fiait au premier regard, Adrena semblerait bien froide. Son visage chaleureux affiche peu de sourires, elle a du mal à aller vers les gens et, bien qu'entourée de nobles entreprenants et de chevaliers conviviaux, elle aime la solitude et le calme. Loin d'elle l'idée d'aller festoyer dans un bar ! Cette frigidité lui a valu de nombreuses critiques de la part de courtisanes jalouses de sa beauté, mais aussi la convoitise des hommes, attirés comme des mouches par cette jeune femme environnée d'une aura impénétrable contre laquelle ils se butent incessamment. Elle n'est pas glaciale pourtant, juste timide. Une timidité craquante pour ceux qui savent remarquer les rougeurs de ses joues et ses yeux fuyants. Polie et fraîche, elle se comporte toujours admirablement en société. Sa grâce naturelle et sa douceur en font une personne de confiance, serviable et attentionnée. Aucun travail ne la rebute, même le plus dégradant.

    Lorsque l'on brise cette coquille, forgée année après année par un apprentissage rigoureux et une vie à la fois aisée et simple, on peut découvrir une tout autre personne. Ce qui frappe d'abord, conformément à son statut de chevalier, c'est sa fierté et son courage. La jeune femme met la défense de son honneur à la même place que celle de toutes les autres valeurs qu'elle chérit, comme la justice ou la générosité. Peu de personnes, à ce jour, peuvent se vanter d'avoir un jour salit le nom des L'Ulaun et d'en être sortit indemne. De plus, la jeune femme ne supporte pas la défaite, comme de juste, et, de nature perfectionniste, s'est démenée pour atteindre son niveau, cherchant toujours à aller au plus loin de ses possibilités. Serviable et attentionnée, son courage et sa générosité l'ont souvent conduite à se trouver dans des situations complexes, parfois dangereuses, desquelles elle ne s'est pas toujours sortie avec brio mais qui ont fait sa renommée par delà les frontières.

    Adrena est terriblement impulsive; qu'on pique son honneur ou qu'on commette, devant elle, un acte qu'elle ne cautionne pas ou qui ne répond pas à l'idée qu'elle se fait de la justice et la voilà partie pour en découdre, pacifiquement ou pas. Loin d'être naïve, c'est une jeune femme réfléchie et très intelligente dont le seul gros défaut serait d'avoir le sang un peu trop chaud. Parallèlement à ça, la chevalière est têtue et a des principes qu'elle refuse de trahir et serait prête à trahir la justice pour peu qu'elle estime la cause juste, quitte à en être sanctionnée. Elle est aussi taquine, voire joueuse, quand on réussit à gagner sa confiance et sa compagnie est très agréable. Elle aime provoquer gentiment ses connaissances et adore les petits duels sans importance. Peu de monde peut la battre, dans son entourage, et elle aime quelque fois baisser volontairement son niveau de combat pour faire durer le plaisir.


    Équipement:

    Sa lame est un des objets dont elle ne se sépare jamais; elle appartenait à son maître de formation, un homme craint et respecté qu'elle adorait. La lame est longue, fine, d'un bleuté glacial. La chappe est argent, ciselée, et, relativement courte, sertie d'une pierre bleu ciel. Effilée, de courtes flammèches d'argent semblent remonter le long du faible. La garde est simple, incurvée vers la lame, et ne présente aucun signe particulier et le pommeau arbore une forme en croissant de lune; Cette armes est aussi appelée Sihelverd.

    Adrena possède une armure forgée par les meilleurs nains d'Utgard; un métal clair et éclatant, léger aussi, lui facilitant les mouvements. Elle ne porte une cape, à capuche, que lors des mauvais temps, la considérant comme une entrave. Celle-ci, longue et pourpre est fait d'un velours épais et brodée de fils d'or. Ses jambes sont enfermées dans de lourdes bottes de cuir sombre rehaussées d'écailles de métal.

    Pour les longs voyages, elle arbore un équipement beaucoup plus léger; un pantalon de cuir marron, couturé grossièrement de lin épais et s'enfonçant dans des bottes souples et noires, fermement maintenues par une boucle. Une chemise crème, portée tout de même au dessus d'une légère côte de maille, serrée d'une ceinture et des gantelets de cuir également.

    Ambitions:

    "Adrena n'a pas de réelles ambitions. Elle désire juste aider ses concitoyens et son pays et servir ses principes comme tout bon chevalier le doit." Ce n'est pourtant pas tout; Elle désire devenir un juge reconnu dans tout Yggdrasil. Elle aurait la qualification suffisante, tant physique que morale, pour faire partie de ce cercle serré mais elle préfère attendre de se sentir elle-même prête à assumer ce rôle. Qui sait ? Ce jour ne viendra peut-être jamais. Actuellement, la seule personne qui ait eu vent de ses ambitions est son jeune frère.




    Mère:

    Leea l'Ulaun, née Leea Caelum, est une jeune femme de faible condition. Ses parents possèdent quelques pans de terre proche des marais d'Ulaun et vivait pauvrement des produits qu'ils vendaient chaque semaine, à la ville de Demether. Sa vie était rustique, elle n'entrevoyait pas d'avenir heureux, jusqu'au jour où elle fit la connaissance de l'héritier de la famille L'Ulaun - Kalem L'Ulaun - qui fit basculer son existence. Ses parents, méfiants, ne se sont jamais opposés à leur relation. En somme, elle eut une vie plutôt calme dont les seuls évènements marquants furent la mort de sa soeur adorée et la naissance de ses enfants.

    Leea est une femme à la beauté simple qu'aucune négligence d'ordre superficiel ne peut altérer. Sa peau est hâlée par le travail, maintenant également zébrée aussi, par quelques rides, ses mains délicates mais rugueuses. Son corps, trop mince pour son âge, reste beau mais c'est réellement son visage, dont on retrouve quelques traits chez Adrena, qui lui apporta l'intérêt de son époux. Sans être parfait, il est harmonieux, ses traits sont fins mais ont la rudesse du travail acharné. Ses yeux sont un océan dont les fonds sont parsemés d'or et l'on retrouve dans ses cheveux bouclés la lumière du soleil.

    Père:

    Unique héritier de la famille L'Ulaun, Kalem n'a jamais vécu que dans l'aisance. Ses parents possédaient une vaste demeure près des marais, laquelle lui est revenue à la mort de son père et où il habite maintenant avec sa femme. Il n'a pas connu de vrai drame dans sa vie si ce n'est la mort de son père mais s'est souvent demandé quel était son but, dans la vie. Il a toujours été un coureur de jupons, parfois inexcusable. Sa rencontre avec Leea l'a changé, en bien, et n'a dès lors plus vu que par elle. Il a longtemps déploré l'aversion que son père avait pour elle, mais a compris avec le temps qu'elle n'était que le reflet d'une immense gêne.

    Son père est un grand homme, aux larges épaules, aux membres épais et musclés. Le temps ne lui a en rien fait perdre cette grande vigueur et cette noblesse qu'on peut lire dans chacun de ses mouvements. Ses cheveux, jadis, étaient d'un noir de jais et sont maintenant striés de gris. Seuls ses yeux, d'un vert épatant, ont gardé la vivacité de son jeune âge.

    Frères & Sœurs:

    Adrena n'a qu'un jeune frère, de trois ans son cadet, qu'elle voit lors de ses retours à la demeure familiale. À seulement 19 ans, le jeune garçon sait très bien ce qu'il compte faire de sa vie, il désire reprendre le domaine et voit d'un mauvais œil le chemin tortueux dans lequel s'est engagée sa sœur. Pour lui, la violence, surtout au service de la justice, est une aberration. Physiquement, le jeune Keira tient autant de son père que de sa mère. Ses grands yeux verts sondeent le monde avec calme, tandis que ses cheveux noirs comme les plumes d'un corbeau encadrent un visage chevalin presque trop parfait. Adrena et lui s'adorent, leur fraternité est quasi-fusionnelle.








Spoiler:
 




À suivre...


Dernière édition par Adrena L'Ulaun le Sam 31 Juil 2010 - 12:54, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
Adrena L'Ulaunavatar

 :Peuple :
Humain
 :Âge du personnage :
22 ans
 :Equipement :
Une sihelverd et quelques biscuits rassis


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: L'Ulaun Adrena - { Humain } - ( Terminée )   Dim 25 Juil 2010 - 23:03



Histoire



Au fond d'un grenier poussiéreux, un coffre. Le cuir est rongé par les mites, le cuivre oxydé. Une main hésitante l'ouvre. Il renferme l'histoire d'une vie.


ILong time ago...




Ma chère sœur, ma confidente,

J'espère que tout se passe bien, là bas.

Je dois te raconter aujourd'hui la rencontre que j'ai faite.
Depuis que tu es partie retrouver ton mari dans la capitale,
il ne s'est rien passé d'extraordinaire à la ferme. Trois poules sont
mortes, dévorées par un serpent à sonnettes, sans doute. Père a
promis de lui mettre la main dessus et je profite de l'accalmie qui
lui fait confectionner des pièges et des barrières pour t'écrire cette
lettre avant de retourner travailler. Mais qu'importe, ce n'est pas
pour cela que je t'écris. Ah si tu savais ! Je suis toute chose rien qu'en y repensant !

Ce matin, en me levant, je m'attendais fort bien à
retrouver mes râteaux et mes gâteaux mais jamais, au
grand jamais, je n'aurais pensé que la journée se déroulerait ainsi.
Le soleil était bas, alors, les oiseaux pépiaient avec vivacité et leurs cris
(Pourquoi se battaient-ils ?!) me réveillèrent aux aurores. Le ciel avait
la couleur d'une belle salade de fruits; Rose, orange, jaune, une merveille
qui annonçait un temps beau, chaud également. Tout se passa comme à
son habitude jusqu'aux alentours de 11 heures, Mère préparait
alors à manger et me demanda de me faufiler dans les marais
pour y trouver cette herbe odorante si rare qui pousse près des
berges et dont j'ai oublié le nom. Enfin, tu vois... J'y allais, donc et
ne pris pas mes bottes, restais en sandales en pensant qu'un simple aller-retour suffirait.

Mais voilà, j'ai écumé les rebords, ai croisé d'horribles créatures
et pour finir ai trébuché sur ces maudites racines aériennes !
Cheville cassée, il m'était impossible de continuer à marcher et
je devais donc attendre que nos parents se rendent compte de
ma disparition, ou tout du moins, du fait que je mette excessivement
longtemps à revenir. J'étais confiante, il était tôt, le soleil était au zénith
et j'avais trouvé refuge près d'un grand arbre creux qui m'aurait fait
un abri idéal au besoin. J'en profitais pour cueillir quelques brins de la
fameuse herbe (Une chance que je sois tombée dessus, si je puis dire) et
attendis. Près d'une heure plus tard, j'ai entendu des craquements près
de moi. Persuadée que notre famille s'était mise à ma recherche, j'ai
appelé, appelé et appelé encore.


Quel fut mon désespoir quand je vis qu'il s'agissait d'un serpent
géant ! J'étais persuadée que j'allais mourir, aujourd'hui ! Mais...

Leea Caelum, le 15 Nani, Marais d'Ulaun.



Quoi ?! Arrêter ta lettre comme ça, en plein milieu ! Quelle
cruauté ! Vas-tu finir ?! Je crève d'envie de connaître la suite !

Méchante sœur !

Sandra De Montfichère, le 18 Nani, Mannheim.


Je continue, je continue ! Donc, j'étais persuadée de ma perte
quand, sorti de nulle part, un magnifique homme se mit entre
la créature et moi et, de sa longue épée, lui trancha la tête d'un
coup sec ! Il avait une forte carrure, inspirant le respect, de dos,
il portait une longue cape de voyage en lin marron et ses cheveux,
coupés courts étaient d'un noir de jais. Ce n'est que lorsque je le
vis de face que je fus subjuguée. Ses yeux, d'un vert éclatant, emplis
de bonté me regardaient avec douceur, il avait un sourire chaleureux.
Et, tendant sa main vers moi, il me demanda avec une pointe d'anxiété
(Il a une belle voix de ténor) si j'allais bien; « Je vous ai entendue crier ».
J'étais intimidée par cet homme, il avait quelques années
de plus que moi et surtout, beaucoup plus de classe. J'étais
couverte de boue et pourtant, lorsqu'il apprit que j'avais une cheville
cassée, il me prit dans ses bras comme si je n'avais pas pesé plus lourd
qu'un oiseau ! J'étais terriblement gênée mais il a tout fait pour
entretenir la conversation et peu à peu, je me détendis. Il avait
un regard tellement doux... Ah ma sœur... Quand il a quitté la
maison en s'étant présenté j'ai su, oui... J'ai su pour mon plus grand
malheur que je ne le reverrai jamais.

Il s'appelait Kalem L'Ulaun.

Leea Caelum, le 22 Nani, Marais d'Ulaun.


Mon ami,

Je désespère.

Je meurs d'amour. Une passion brûlante qui dévore les tréfonds de mon âme torturée.

Je te rendrai visite sous peu, j'ai besoin de l'oublier.
Et pour ça, j'ai besoin de ton aide.

Kalem L'Ulaun, le 13 Nani, Marais d'Ulaun.


Cher frère,

Je me retrouve face à un problème dont il faut que je te parle.
Mon fils aujourd'hui est revenu des marais (Oui, c'est sa lubie,
aller aux marais pour se battre avec les créatures qui les peuplent)
avec une histoire pour le moins rocambolesque. Il a rencontré une
paysanne, qu'il a sauvé d'un serpent, et tout chose à balbutié qu'il
aimerait la revoir ! N'est-ce pas honteux ? Un seigneur et une paysanne qui se côtoient !

Si tu veux mon avis, il aura trop lambiné dans ses marais.
Je te l'enverrai dès que possible, puisses-tu lui donner l'éducation militaire dont il a besoin.

Une paysanne ! Il faut l'en éloigner... !

Astaredus L'Ulaun, le 10 Nani, Marais d'Ulaun.


Cher ami,

Près d'une semaine après ta dernière lettre je n'ai pas
reçu une nouvelle de toi. Aurais-tu des ennuis ? Réponds moi, je te prie. Je m'inquiète.

Lith Lomalin, le 20 Nani, Demether.


Ah, si tu savais !

Mon père... Mon père a décidé de m'envoyer en camp militaire !
Pour que je devienne chevalier, chez mon oncle à Mannheim !
Cette lubie a dû lui prendre quand il a su que je comptais la
revoir... Pourquoi ai-je eu le malheur de parler d'elle !

Lith, mon ami ! Je ne pense qu'à elle. Elle hante mes jours et
je vois son visage la nuit ! Je sens encore ses bras fragiles qui entourent
mon cou ! Son corps fin et ses courbes sous mes doigts ! Ses cheveux d'or
cascadant le long de son dos, aux boucles parfaites, à la senteur de
lavande ! Et surtout, ces yeux... Ces magnifiques yeux bleus pailletés d'or
que je crois voir partout ! Dans le bleu de mon encre, dans le bleu du
ciel, dans les pétales de fleur qui bordent mon jardin.

Pourquoi devait-elle être trop belle ? Pourquoi sa voix devait-elle être si parfaite !

Désespoir !

Kalem L'Ulaun, le 22 Nani, Marais d'Ulaun.


Mon frère,

Je suis prêt à accueillir ton fils comme il se doit.
Puisses-tu me donner les directives à suivre sous peu.

Rhya L'Ulaun, le 15 Nani, Mannheim.


Lith, mon ami,

Aujourd'hui, je l'ai revue. De loin... Je l'ai observée le soir
venu, caché dans les broussailles... Elle se changeait alors,
dans sa chambre et j'ai vu son l'ombre de son corps nu à
la lumière d'une bougie. J'ai honte mais je n'avais pas le choix.
Je me nourris de sa beauté. Je ne peux pas partir. J'ai presque
22 ans, il est temps pour moi de prendre ma vie en main et elle
sera ma femme. Même si cela se doit faire dans l'ombre de la honte,
dans le refuge du secret.

Merci pour tout.

Kalem L'Ulaun, le 24 Nani, Marais d'Ulaun.


Mon frère,

Il est une chose que je ne t'ai pas dit mais je le dois,
pour mon neveu que je chéris. J'ai bien reçu ton fils en
ma maison, comme convenu il y a de ça une semaine.
Mais il n'était pas seul. Elle était avec lui. Tu peux bien
me haïr, je suis un chevalier. J'ai fait mon devoir.

Sache cependant que si elle a les moyens d'une paysanne, elle
a la grâce et le port d'une reine. Puisque tout, pour toi, n'est
qu'une question d'apparence.

Ils sont désormais mariés.

Rhya L'Ulaun, le 3 Lupini, Mannheim.


Ma sœur, j'ai une excellente nouvelle à t'annoncer !

Elle a mis en émois toute la famille, Mère a même
pleuré de joie en l'apprenant ! J'attends un enfant.
Selon les dire du médecin, il viendra d'ici migia. Quel bonheur !
Juste pour les festivités de fin d'année. J'espère que tu pourras
venir cette année. La neige ne devrait pas tomber avant le 20 migia,
nous pourrons t'accueillir au château que tu n'as pas encore eu la
chance de voir, même si père a du t'en faire une description fort détaillée.

Au plaisir de te voir.

Leea L'Ulaun, le 14 Damini, Marais d'Ulaun.


Dernière édition par Adrena L'Ulaun le Ven 30 Juil 2010 - 20:00, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
Adrena L'Ulaunavatar

 :Peuple :
Humain
 :Âge du personnage :
22 ans
 :Equipement :
Une sihelverd et quelques biscuits rassis


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: L'Ulaun Adrena - { Humain } - ( Terminée )   Lun 26 Juil 2010 - 2:01

IIWhen I was a child...





Mon cher ami,

Toutes mes félicitations pour la naissance de ta fille !
J'essaierai de passer sous peu avec ma femme et des cadeaux
pour la petite Adrena. Pour le moment, je dois m'occuper
du domaine, il est encore en restauration depuis l'incendie.

Que le lumi la protège !

Duc Lith Lomalin, le 3 Lyssia, Demether.


Sandra,

Que je suis heureuse d'avoir reçu de tes nouvelles !
La naissance s'est bien passée mais je vais devoir
rester inactive un certain temps. La petite est en train
de dormir dans son landau. Si seulement tu pouvais la voir
On dirait un ange. Elle est joufflue et pure comme la
neige, deux grosses tâches roses s'étalent sur ses joues toutes
rondes. Déjà nos boucles d'or parsèment son crâne fragile.
Elle a les yeux verts de son père et mes poussières d'or.
Tu passeras bientôt, n'est-ce pas ? Ton visage nous manque.

Embrasse tes enfants et ton mari pour moi.

Leea L'Ulaun, le 29 Migia, Marais d'Ulaun.


Ma sœur,

Tu ne me réponds plus... Que se passe-t-il ? Je m'inquiète. Je t'en prie, donnes
moi de tes nouvelles.

Leea L'Ulaun, le 6 Lyssia, Marais d'Ulaun.


Ma chère belle-sœur,

Je meurs de tristesse. La maison est en deuil !
La lumière de ma vie, ma chère, chère et précieuse femme
[Ici une larme aura partiellement effacé l'encre] une fièvre maligne !
Elle a dû attraper ça pendant le voyage que nous te rendîmes.

Elle est morte, Leea... Si vite ! Si vite ! Je meu[Idem] moi-même
en y pensant !

Préviens ta famille, les obsèques se dérouleront au plus tôt.

Duc Alieron de Montfichère, le 12 Lyssia, Mannheim.


Cher ami,

Je te remercie d'être venu ce jour,
j'en avais besoin. Leea n'a rien dit du voyage et
je la comprends. De tout ses six frères et sœurs
Sandra était, de loin, celle dont elle était le plus proche.
C'est une énorme perte pour nous tous et je suis sûre qu'elle a
apprécié ton soutien.

J'aurais aimé que ma petite Adrena la connaisse. C'était une
femme bien.

C'est la fin d'une ère...

Kalem L'Ulaun, le 18 Lyssia, Marais d'Ulaun.


Lith,

J'ai une bonne anecdote à te raconter. Aujourd'hui,
j'avais pris le soin de faire moi-même à manger à
ma fille. Une espèce de purée de légumes, d'aspect infâme
et de goût sûrement juste mangeable, mais bourrée de protéines !
Sache qu'Adrena en voyant la cuillère s'approcher d'elle a froncé
les sourcils d'un air boudeur et m'a jeté un regard noir.

Alors, dans un effort particulièrement intense, elle a prononcé son premier
mot : « Bouse ». Je ne sais comment le prendre.

En espérant que cette histoire t'ait fait rire,

À bientôt.

Kalem L'Ulaun, le 9 Andelo, Marais d'Ulaun.


Mon oncle,

J'aurais besoin de ton aide, ou plutôt de celle de ma tante.
Je la sais très compétente en matière de soin, bien plus que notre
minable médecin de village. Adrena a deux ans, aujourd'hui, et
se trouve être brûlante. Leea a peur de reconnaître les symptômes
de la fièvre maligne qui emporta sa sœur il y a de ça quelques années.

Pourriez-vous passer rapidement ? C'est un long voyage et je ne
vous demanderais pas ça si je ne pensais pas que ce soit urgent.
En l'attente de votre réponse.

Kalem L'Ulaun, le 25 Migia, Marais d'Ulaun.


J'ai envoyé un coursier, nous serons là après-demain.

Rhya L'Ulaun, le 27 Migia.


Lith, mon frère,

Je viens te rassurer concernant l'état d'Adrena. D'après ma tante,
elle devrait s'en sortir sans trop de mal. Mais c'était bien la fièvre
foudroyante qui a emporté Sandra, il y a deux ans. On a eu beaucoup
de chance.

Cette enfant est miraculée.

Kalem L'Ulaun, le 1 Lyssia, Marais d'Ulaun.


Mon père,

Je viens t'annoncer la naissance de ton deuxième petit-enfant.
C'est un garçon du nom de Keira. Il te ressemble
énormément et tu devrais le voir, qu'est-ce qu'il est gros !
J'espère que tu passeras bientôt avec maman, ton frère est à la
maison en ce moment. Il t'embrasse et je cite : « Il faudra que
tu viennes te faire botter le cul chez moi, bourrique. Un petit duel, comme
à l'époque ! »

On t'embrasse, maman et toi.

Kalem L'Ulaun, le 24 Nani, Marais d'Ulaun.


Chère Laranna,

Aujourd'hui, Adrena a entrepris de faire elle-même
un gâteau pendant que je m'occupais des animaux.
Erreur fatale quand on a quatre ans.
Elle a mis la cuisine sans dessus-dessous à mon grand
désespoir puisque j'ai dû tout ranger après elle et l'ai
d'ailleurs sévèrement grondée.

Mais comment peut on supporter les larmes sur un
visage aussi angélique ? La réponse est simple, on ne peut pas.
Pour la consoler il a fallu faire pas moins de cinq gâteaux
avec elle ! Vous rendez-vous compte !

Mon mari m'a informée que vous désiriez la prendre
avec vous quelques temps. Et je suis tout à faire pour !
Je crains seulement qu'elle soit un peu perturbée par les
bruits incessants de la ville mais surtout par la violence
des chevaliers que Rhya instruit.

Leea L'Ulaun, le 6 Damini, Marais d'Ulaun.


Mon neveu,

Comme promis je te donne des nouvelles de ta fille.
Depuis qu'elle est arrivée à Mannheim, elle ne cesse de s'émerveiller
des couleurs, des sons et de l'agitation constante de la capitale.
Elle apprécie particulièrement les marchés, et les magiciens
de pacotille qui m'amusent presque plus qu'elle.
Il y a plus encore ! Ta fille est absolument captivée par ces chevaliers
que j'entraîne. Elle passe des heures et des heures à contempler les
armures rutilantes et les armes qui s'entrechoquent avec une
crainte presque révérencielle. Si tu veux mon avis, ta fille ne
sera pas paysanne !

Rhya L'Ulaun, le 15 Damini, Mannheim.


Mami,

Aujourd'hui j'ai apprit a écrire un peu. Mais c'et pas facile.
Maman m'a di de t'écrire une lettre alors je le fait. J'aime
pas trop le mettre, il et sévére. Je prefere courir chez tonton
Rhya. Fait un bisou a papi. Vous me manqué bocoup.

Je vous aime fort !

Adrena l'Ulaun, le 26 Vapyri, Marais d'Ulaun.


Mon cher ami,

Les obsèques se sont bien déroulées, je te remercie. Adrena
n'a pas rendu bien facile la cérémonie en ne cessant de demander
si son grand-père allait se réveiller. J'entends encore sa petite voix fluette :
« Il va revenir, hein ? Pourquoi on met de la terre sur lui ? », « Pourquoi
tout le monde pleure ? Pourquoi on part sans papie ? Je veux mon papie ! »

Ah Lith ! Comme ça m'a fait mal !

Ma mère va devoir s'occuper du domaine seule
maintenant, ça me fait un peu mal. J'ai parlé avec Leea
d'emménager là bas. La mort de mon père
nous a tous grandement affecté, surtout ma femme, elle
avait une grande affection pour lui. Et c'était réciproque.

Il lui a légué une parure d'une grande valeur qui appartenait
à sa mère et à Adrena un sautoir qui se transmet de générations
en générations et pour lequel je savais qu'il avait une
adoration particulière. Du haut de ses sept ans, c'est une petite fille
qui sait ce qu'elle veut. J'envierais presque son courage.

Mon ami, j'aurais tellement besoin de toi.

Kalem L'Ulaun, le 2 Nani, Marais d'Ulaun.



Voilà presque deux ans que notre grand-père est mort,
que dirais-tu, cousin, de lui rendre une petite visite ?

Adrena l'Ulaun, le 14 Minorus, Marais d'Ulaun.


Mère,

Je suis partie avec Alelan sur la tombe de papie, on rentrera ce soir.
Je vous aime.

Adrena l'Ulaun, le 17 Minorus, Marais d'Ulaun.



Qu'est-ce qu'elle a grandi, pensera sa mère.
En effet, quelques lettres illisibles plus tard, l'hésitante main trouvera...


Cher oncle,

Je viens t'annoncer une grande nouvelle. Ma petite fille a décidé de
suivre ton enseignement. Elle désire devenir chevalier ! Ce n'est trop
ce que j'envisageais pour elle mais si c'est son choix, je le
respecte et l'encourage même. Ah... Où est passé le temps
où elle faisait des gâteaux avec sa mère,
où elle jouait dans la terre du jardin avec son jeune frère ? Qu'elle a grandi !

J'espère qu'elle sera digne de son père ! Nous vous rendrons visite prochainement
pour organiser tout ça.

Kalem L'Ulaun, le 30 Guaria, Marais d'Ulaun.


Dernière édition par Adrena L'Ulaun le Sam 31 Juil 2010 - 12:07, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
Adrena L'Ulaunavatar

 :Peuple :
Humain
 :Âge du personnage :
22 ans
 :Equipement :
Une sihelverd et quelques biscuits rassis


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: L'Ulaun Adrena - { Humain } - ( Terminée )   Jeu 29 Juil 2010 - 0:47

IIII just wanted to learn...


Mère, père,

Je suis enfin arrivée chez mon grand oncle, à
Mannheim. J'ai bien du mal à croire que je suis déjà
venue dans la capitale.

Pour moi qui n'ai comme souvenirs que le calme des marais ou,
tout au mieux, la faible agitation de Demether, la ville
me paraît être une fourmilière géante, survoltée,
insomniaque. J'ai bien eu du mal à dormir, les premiers jours !
Dès le petit matin les rues grouillent de monde qui se piétine,
hurle, rit. Les odeurs de fritures, de boulangerie,... Le bruit
métallique des lames qui s'entrechoquent dans la cour
d'entraînement. Tout ça !

Je commence mon apprentissage demain, à priori. J'espère que
tout se passera bien ! Mon grand-oncle semble très strict avec
ça, mais je me montrerai digne du nom que je porte.

Je tiens aussi à vous informer que je ne reviendrai pas
avant d'avoir parfait ma formation. J'espère que vous
serez compréhensif... Elle durera environ 8 ou 9 ans.
Bien entendu, je donnerai régulièrement des nouvelles !
J'enverrai des spécialités de là-bas... Notamment les
brioches aux épices et à la crème. J'en raffole !

Je vous embrasse tous,
votre visage va me manquer.

Adrena L'Ulaun, le 20 Andelo, Mannheim.


À notre fille chérie,

Sache que tu nous manques énormément. Surtout à
ton petit frère. Il nous demande jour après jour si
tu nous as envoyé une lettre, un soir, on pense même
l'avoir entendu pleurer, dans sa petite chambre. Vous étiez tellement
proches.

Je verrai à l'envoyer en visite, bientôt. Il a besoin de sa grande sœur.

Nous t'aimons, petite Adrena.

Kalem L'Ulaun, le 30 Andelo, Marais d'Ulaun.


Cher neveu,

J'espère que vous allez bien. Je viens aux nouvelles et également
t'annoncer que je serais ravi d'accueillir ton fils
pour quelques temps !

Adrena n'en sera que plus heureuse. D'ailleurs...
Ta fille est impressionnante ! Elle ne rechigne
à aucune tâche, et quel acharnement ! Qui va de pair
avec un appétit insatiable et un sommeil de pierre, d'ailleurs.
Mais ses travaux sont toujours impeccables, elle ne perd
jamais son temps. C'est une bonne qualité, elle ira diablement
loin cette petite ! Elle a l'étoffe d'un grand chevalier et crois moi,
le marquis d'Ulaun en a vu passer !

Je vous embrasse.

Rhya L'Ulaun, le 25 Migia, Mannheim.


Ah !

Qu'il est difficile de devenir chevalier bon sang !
Je passe mes journées à récurer les écuries de fond en comble
ou à rester assise sur une chaise pour écouter d'ennuyeux
cours ! Voilà le compte rendu de ma semaine de bachelière !

Gula - écuries
Ira - écuries
Avaritia – courtoisie/ histoire
Invidia - courtoisie/ histoire/ géométrie (Je déteste !)
Luxuria - écuries
Pigritia(e) - écuries
Superbia - géométrie

Moi qui avais tellement hâte de tenir une épée, ça promet d'être
long !

Je m'accrocherai.

Adrena L'Ulaun, le 5 Lyssia, Mannheim.



Ah ma fille !

À quoi t'attendais-tu donc ? Aucun apprentissage n'est facile,
tu ne verras sans doute pas la couleur d'une épée avant
quelques années mais j'admire ta détermination.

Tu dois avoir dans les yeux, le même reflet d'acier que ta mère.

Ton petite frère te rendra visite d'ici le mois prochain, ou celui d'après
si la route n'est pas belle, et pour quelques semaines. Essayez de ne pas faire
tourner votre grand-oncle en bourrique.

Tu nous manques, nous t'aimons.

Kalem L'Ulaun, le 10 Lyssia, Marais d'Ulaun.


Mon frère,

J'ai terriblement hâte que tu me rendes visite
mais il me faut te dire quelque chose. Quelque chose
dont je dois absolument parler mais qui me vaudrait
des représailles si ça atteignait les oreilles de nos parents
ou de Rhya. Voire plus...

Vois-tu, il y a, dans la demeure, un mauvais page appelé
Dranerb Mire. C'est un jeune homme d'allure très soignée; cheveux
gominés, peau impeccable (c'est rare), il prend soin de ses
vêtements comme un chevalier, et dont l'élégance n'a d'égale
que la méchanceté. Il n'a de cesse de me harceler en prétextant
que jamais je ne serais chevalier, et qu'étant une femme
je continuerais à récurer les écuries éternellement. Je sais,
bien sûr, que c'est totalement faux. Il n'empêche que ça m'a mise
dans une sacrée colère ! Normale... Sauf qu'il fait une tête et demi
de plus que moi, sans parler de ses muscles... Aussi, pour me
ridiculiser il a engagé un combat à l'épée.

C'était terrible. Je n'avais jamais tenu une arme auparavant.
Elle était lourde, pratiquement intenable pour ma faible
carcasse.

J'ai été rétamée. Jamais je n'avais senti un tel désespoir...

Les combats, les duels, entre bacheliers sont interdits bien sûr ! Et
il en a profité pour faire de moi son esclave, en m'assurant que si
je ne lui obéissais pas il irait tout raconter à Rhya. Je n'y étais pour
rien dans tout ça ! Mais les règles sont les règles,... Depuis il me refile
toutes les sales besognes, qu'il vaut d'ailleurs mieux que je m'applique
à faire !

Notre grand-oncle est très content de mes efforts, mais s'il savait...
Oh non, il ne serait pas content du tout !

Depuis ce jour, c'était le 23 Migia, je n'ai eu de cesse de
m'entraîner dans un bois près de la résidence. Jour après jour,
jusqu'à tomber d'épuisement parfois... Et je ne peux
toujours pas lui tenir tête !

Si seulement tu pouvais me conseiller, mon frère, mon ami !

Tu me manques.

Adrena l'Ulaun, le 14 Lupini, Mannheim.


Kalem,

Je voulais prendre de tes nouvelles, il y a longtemps
que nous nous sommes vus. Voudriez-vous passer, une fois
votre fils envolé pour Mannheim ? Ça nous ferait extrêmement
plaisir !

Nous vous embrassons.

Duc Lith Lomalin, 20 Lupini, Demether.


Cher neveu,

J'ai peur pour ta fille. Très peur. Après son apprentissage,
elle disparaît dans la nuit et ne revient parfois qu'au petit matin.
Couverte de branchages et d'égratignures, elle arbore aussi
des bleus de la taille d'un poing qu'elle tente de cacher et,
avant de se coucher, se fait un brin de toilette pour paraître présentable
après les deux heures de sommeil dont elle jouira.

Inquiétude.

Ton fils doit être au courant, demande lui. Adrena ne dira rien,
elle est de la même trempe que moi.

En attendant de tes nouvelles.

Rhya l'Ulaun, le 17 Centarus, Mannheim.


Père, Mère,

Je suis bien arrivé chez Rhya. J'enverrai prochainement une
lettre sur mes premières impressions. Avant ça, j'ai une petite
histoire à vous raconter, concernant mon arrivée.

La pluie avait fait rage la veille et le terrain d'entraînement, par
lequel on arrive, était couvert d'une boue épaisse et gluante.
Je me demande comment ma sœur fait pour rester dans un endroit
aussi sale et empli de violence, ça me dépasse. Passons...
Toujours est-il qu'elle vint m'accueillir à la sortie du carrosse
(comme elle a pu grandir et s'embellir en quelques mois !) et,
après quelques embrassades, m'accompagna jusqu'à la porte de
la demeure, pour m'indiquer ma chambre. Là, sans me méfier,
je glissais et tombais à genoux dans la boue, éclaboussant au
passage une armoire à glace qui me toisa et à l'adresse
de laquelle je bredouillais une excuse.

Qui ne lui suffit pas... Alors qu'il s'avançait vers moi, main levée,
prêt à abattre une gifle violente sur ma joue droite, Adrena – C'était
incroyable ! - m'a poussé pour s'interposer, a esquivé la gifle sans mal
et lui en a retourné une d'une violence inouïe !
Le claquement a résonné dans la cour, tout le monde était
médusé ! Il n'a vraiment pas demandé son reste.

Je peux pas m'empêcher de sourire en y pensant...

Je vous aime.

Keira L'Ulaun, le 27 Centarus, Mannheim.




Un morceau de papier, une écriture gribouillée sauvagement : Ce soir, clairière, duel. À côté, un journal de cuir ouvert, une plume posée en guise de marque page et ces quelques mots :

Un duel... Il était évident qu'il n'allait pas laisser passer un tel affront mais tout de même, était-il assez bête pour réunir des témoins ? Sûrement ! C'est ma seule chance de me libérer de son emprise, je me suis durement entraînée pour ça. Je ne peux pas perdre.


« Adrena va faire quelque chose de dangereux Rhya, il faut la surveiller ! »

Voilà ce que m'avait dit ton fils, il y a cinq jours, et j'ai eu tôt fait de
me précipiter dans la cour et de suivre les pas
qui se dirigeaient, en troupeau, vers le bois derrière la demeure.

Le spectacle que j'y vis fut, contre tout attente, loin d'être le danger
auquel je pensais exposée ma petite-nièce. Il y a, dans ces bois, une
clairière d'herbes basses à laquelle tu allais d'ailleurs souvent étant petit.
Le très jeune oncle que j'étais alors, presque un frère, t'y emmenait
cueillir de jolies fleurs. Passons...

Ta fille s'y tenait, droite et fière du haut de ses quatorze années,
face à un des pages que j'instruis. Une vraie brute, d'ailleurs...
Un petit groupe d'apprentis chevaliers était amassé autour d'eux
et formait une arène hurlante. Adrena portait une lame et s'apprêtait
à faire un duel, face à une personne plus âgée qu'elle, de surcroît !
N'importe quel autre apprenti aurait été viré sur le champ
mais c'est ma curiosité, plus que mon lien de parenté, qui l'a sauvée.

Elle se déplaçait aussi vite, voire plus vite, que lui; la
différence de gabarit était flagrante, ta fille, elle, était
vive comme un cours d'eau. L'épée, dans sa main, ne
semblait pas peser plus lourd qu'une plume et une telle
façon de manier l'arme n'était pas chose courante chez les
« galopins ».

D'ailleurs, elle ne porta pas un coup ! Elle se contenta d'esquiver
encore, encore, encore et encore jusqu'à ce que le géant porte un
coup trop violent, plein de rage, qui l'envoya valdinguer
dans les herbes folles remplies de puces. J'étouffais un rire – je
l'aimais pas ce type, quelle prétention ! - et retourna dans ma chambre
à la fois rassuré et perturbé, tandis que derrière moi résonnaient
des exclamations enjouées.

Ah, quel bonheur !

Tu peux être fière d'elle, Ady est faite pour ça.

Rhya L'Ulaun, le 7 Minorus, Mannheim.


Père, Mère,

J'en suis sûr. J'ai la conviction que je ne suis pas
fait pour les armes. Adrena est passée page maintenant
et je suis extrêmement content d'avoir pu prolonger mon séjour
plusieurs mois ! Elle me manquait tellement... Je voulais
vous annoncer que je rentrerai tout de même la semaine prochaine.
Je ne peux tout simplement plus supporter les cris, la transpiration,
le bruit métallique des lames qui s'entrechoquent ou celui des os
qui craquent.

Je ne sais pas comment elle fait pour survivre dans cet enfer,
pour ma part, je ne peux pas y rester un mois de plus !

Je vous embrasse.

Keira L'Ulaun, le 16 Cybia, Mannheim.




Les lettres qui suivent n'ont pas de réelles importances dans l'apprentissage d'Adrena. Ce fut long, fastidieux, mais déjà dans son jeune âge, grâce à son acharnement, elle parvenait à conserver un niveau bien au dessus des autres bacheliers. Seules quelques lettres sont essentielles à la compréhension, le reste est superflu...


Trois années plus tard...

Ah mon frère !

Si tu savais ce que j'ai fait, si tu avais pu être là,
tu en aurais sans doute été à la foi fier et impressionné !
Notre grand oncle, qui me jugeait apte à devenir écuyère,
a décidé un jour de me soumettre une genre de
mission « aléatoire ». Je devais aller traîner
dans un coin inhabité et surtout hostile près de
Mannheim, et ramener le cadavre de la première créature
sur laquelle je tombais.

Sauf que je ne m'attendais pas à ce que je tombe sur cette bestiole
là.

C'était un colosse qui devait bien avoir trois têtes de plus
que moi, des bras comme de jeunes troncs d'arbre, une
petite tête plate – et sans doute creuse -, un teint grisâtre.
Il avançait mollement, comme un vieillard en traînant une
massue d'un bois sombre, faiblement vêtu, et tourna son
crâne chauve vers moi.

Une étincelle d'intelligence semblait passer dans ses yeux
lorsque ses deux neurones s'agitèrent pour me
considérer comme une ennemie... Ou de la nourriture.
Comment une telle créature pouvait survivre ici ?
Je ne le sus qu'après.

Il s'approcha lentement, au moins aussi vite que notre
grand-mère, et lorsqu'il fut à proximité de moi, leva sa massue
avec la vivacité de l'éclair et frappa dans le but de me fracasser le crâne.
Oui, une brute. J'y échappais de justesse, surprise.
C'était visiblement son stratagème, et il avait échoué – ce qui
ne devait pas lui arriver souvent au vu de l'état dans lequel il se
mit après ça – et il était bel et bien décidé à me réduire en bouillie.

Comme je ne pouvais rivaliser en force, je rivalisa en vitesse.
Ses jambes lourdes et musclées avaient bien du mal à suivre
mon mouvement que, subrepticement, j'accélérais. Encore et encore
et encore. Ce qui arriva, arriva. J'atteignis un niveau de vitesse que son énorme
carcasse ne pouvait suivre, ses jambes se retournèrent sous lui, brisées.
Il hurla à la mort et un coup sec dans la gorge le fit taire à jamais. Bien
sûr je ne pu le transporter et pour faire simple, j'apportais notre oncle à
lui. Ce dernier n'en revint pas. Moi non plus d'ailleurs.

Un autre pourra trouver cette méthode lâche. Néanmoins, face à une
situation aussi difficile, le chevalier n'est-il pas supposé faire preuve
de malice et, surtout, de sang-froid ?

Adrena L'Ulaun, le 19 Guaria, Mannheim.

Quatre ans plus tard...

Ah père !

Je ne supporte plus cette vieille bourrique de chevalier !
Voilà quatre années que je le traîne comme un boulet,
que je fais ses sales besognes et qu'il en récolte tous les lauriers !
Ça commence à bien faire ! Surtout que c'est cette carcasse
qui va écrire la lettre au roi pour me soumettre à la cérémonie
d'adoubement - mais je fais déjà son travail ! - je serais prête à parier
qu'il ne la fera jamais !

Je vais rester une écuyère pour le restant de mes jours !

Adrena L'Ulaun, le 6 Damini.

Je n'en reviens pas...

Cet abruti sera arrivé à un niveau d'incompétence
inconnu jusqu'alors. Figure-toi, mon père, qu'aujourd'hui,
alors qu'il nous avait perdu dans je-ne-sais-quelle-forêt du nord
du pays, nous avons entendu de grands cris de détresses.

Au début, il a fait comme s'il n'entendait rien puis,
comme nous nous rapprochions de ces cris et qu'il sentit
mon regard noir coulisser sur son dos, il se décida à me
faire entrer en action. Les cris, ceux d'une femme, sortaient
d'une crevasse profonde de quelques mètres seulement mais
diablement bien caché dans les broussailles. Il me jaugea et,
après un long silence, me dit très clairement : « Et bien, qu'attends-
tu ? » avant d'incliner le visage en direction de la faille.

Avec un soupir, je me pencha sur le bord et entraperçus une faible
créature pelotonnée dans un coin et qui sursauta lorsque ma voix, douce et claire,
résonna contre les murs en pierre. « Ne vous en faite pas, j'arrive, je vais venir
vous chercher. Vous devez être blessée. » (En effet, elle avait une cheville
brisée !)

Lorsqu'elle fut sortie du trou, mon précepteur, comme à son habitude
eut tôt fait de me pousser derrière le cheval pour faire valoir son
statut de chevalier et jouer de courtoisie pour obtenir des services.
Et ça marchait, des fois... Mais pas aujourd'hui. La jeune femme, une
brune élancée aux magnifiques yeux bleus, lui lança un regard
méprisant avant de tourner son regard glacé vers moi;
« Comment vous appelez-vous ? », je lui dis, « Êtes-vous une écuyère ? »,
je hochai la tête.

« Vous serez récompensée. »

J'étais étonnée. Et déçue aussi, parce que je préférais des
remerciements que des récompenses, c'est contre
mes préceptes de chevalier.

M'enfin, qu'importe... Tout ça pour dire que j'étais terriblement
heureuse que cette foutue chèvre se soit fait remettre à sa place !
Après quoi, nous ramenèrent la dame dans une ville.

C'était une journée agitée mais fort agréable !

Adrena L'Ulaun, le 12 Cybia.


Mon neveu !

C'est une très grande nouvelle, si tu savais ! Préviens
toute la famille, vous devez être à Mannheim de toute
urgence, le plus tôt sera le mieux !

Adrena va être adoubée, vous rendez-vous compte ?
Quel bonheur !

Duc Rhya L'Ulaun, le 24 Cybia, Mannheim.




Dernière édition par Adrena L'Ulaun le Ven 30 Juil 2010 - 20:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Chevalier
Adrena L'Ulaunavatar

 :Peuple :
Humain
 :Âge du personnage :
22 ans
 :Equipement :
Une sihelverd et quelques biscuits rassis


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: L'Ulaun Adrena - { Humain } - ( Terminée )   Ven 30 Juil 2010 - 18:35

IVTo Become somebody.

Cette dernière partie, très courte, ne se passe que sur une année. Celle-ci n'est pas, comme les précédentes, un recueil de lettres mais l'extrait d'un journal trouvé dans une maison, abandonné bien des années après la mort du chevalier. Il n'est pas la narration des exploits qu'Adrena a pu accomplir dans cette première année de chevalerie mais le pâle reflet de l'estime qu'ont les gens du peuple envers elle.

    Date du 23 Guaria.

    Cher journal, Mon ami,

    Aujourd'hui, j'ai fait une rencontre extraordinaire, presque divine. Savais-tu que depuis près d'une année, un chevalier du roi fait beaucoup parler de lui ? Je suppose. Qui ne connaît pas le chevalier à la rose, comme on s'amuse à l'appeler juste parce qu'il a, un jour, sauvé sous les yeux d'un public sceptique une femme qui vendait des roses des mains d'un noble véreux et qu'elle lui en a offerte une. C'est une personne, dit-on, fondamentalement bonne, qui n'hésite pas à mettre sa vie en danger pour sauver « la veuve et l'orphelin » et il est vrai que de nombreux témoignages sont parvenus à mes oreilles et sa réputation le précède par delà les frontières; c'est « Un grand Homme ! », que l'on dit.

    Tantôt solitaire, tantôt solidaire, il est dit qu'il n'accepte aucune récompense si ce n'est le sourire des gens qu'il sauve. Noble... Comme ses origines. Paraît-il. Ah ! On dit tant de choses de lui ! Qui croire ? On dit qu'il aurait vaincu des dragons, trois exactement (On sait pourtant bien qu'ils n'existent pas !), qu'il aurait su dérober la richesse de nains tyranniques, qu'il aurait passé près de 40 jours dans le désert de Noctis en buvant l'eau des cactus que la providence plaçait sur son chemin... Et bien d'autres choses encore. Bien entendu, je ne crois pas un mot de tout cela, comme je ne croyais pas non plus les éloges que l'on faisait sur cet homme jusqu'à ce que je rencontre Moi-même des gens qu'il avait sauvé. Et jusqu'à ce que... Non, gardons cela pour plus tard. Toujours est-il que plus sa réputation se formait – On parlait de nouveaux exploits tous les jours ! - plus il est devenu, en quelques sortes, mon but ultime que de rassembler des informations qui, qui sait, pourront un jour entrer dans la légende.

    Que veux-tu, ami, je suis barde. Mon rôle est de raconter les évènements tels qu'ils sont, je pense. En tout cas, c'est ce que j'essaie de faire. Mais ce chevalier est un fantôme, irrattrapable, qui sème dans son sillage un bonheur temporaire et imparfait. Ses actions précédaient sans cesse mes arrivées et étais-je sur les lieux qu'il se trouvait déjà dans une autre contrée. Qu'importait au final, tout ceux que je croisais me donnait la même impression; celle d'avoir rencontré un envoyé de Dieu, venu pour les sauver. N'importe lequel de mes compatriotes aimerait entrer dans la légende en narrant officiellement les exploits de cet homme ! Mais voilà,... J'ai eu une chance qu'aucun de mes compatriotes n'aura eu jusqu'à présent. J'ai rencontré cet homme.

    Et cet homme est une femme.

    « Je ne me rappelle ni du visage, ni nom de tout ceux que j'ai sauvé car il y a, dans le monde, bien plus de miséreux que je ne l'aurais pensé. Et j'espère également au fond de moi que ces gens ne se souviendront ni de mon visage, ni de mon nom, mais seulement de mes actions par lesquelles j'ai tenté de soulever, avec eux, le poids qui pèse sur leurs épaules chaque jour. »

    Je me promenais dans la forêt, en ce jour et, comme souvent, j'aimais rejoindre les rives du Nordi, qui coulait calmement sous le clair de lune. C'est là que je composais quand j'étais dans la région. J'étais bien seul habituellement mais je compris, lorsque je vis l'animal brouter l'herbe verte et couverte d'eau de la plaine, que l'habitude n'existait pas réellement. Une personne était assise sur une des berge, les pieds pendants dans l'eau un peu trop froide en cette époque, je voulus ne pas y faire attention mais un éclat métallique attisa ma curiosité. Une arme était posée contre le rocher sur laquelle la silhouette était assise et que j'assimilais comme étant celle d'une femme. Baignant ainsi dans la lumière faiblarde, je pus sans aucun mal voir son visage humide, tourné vers un billet qu'elle tenait dans ses mains et qu'elle rangea vivement à mon approche, s'empressant de poser sa main sur le pommeau de l'arme.

    Je m'étonnai dans un premier temps de sa jeunesse, puis de l'arme, fort peu commune, et enfin de son air farouche, à la foi méfiant et déprimé. Elle devait avoir la vingtaine, tout au plus, ses yeux d'un vert éclatant étaient alors noyés par les larmes mais avaient l'éclat dur d'une personne qu'on vient vraisemblablement de déranger. Ses longs cheveux d'or cascadaient dans son dos. Elle m'inspirait la musique, cette femme. Je ne pourrai jamais l'oublier. Une muse.

    « C'est une bien belle arme que voilà, dis-je avec douceur, vous devez avoir un mari bien riche et visiblement très protecteur. »

    Elle me regardait, lisait en moi, et baissa les yeux avant d'ajouter qu'elle n'avait pas d'époux.
    Naturellement, je lui demandai son nom et la façon dont elle pouvait posséder une telle arme vu qu'elle n'était pas mariée et sa réponse me figea sur place.

    « Je suis Adrena l'Ulaun, plus connue sous le nom du chevalier à la rose, voilà pourquoi. »

    Je sais ce qu'on pourrait penser en lisant mon récit. Que cette femme racontait des histoires, que mon récit n'avait aucun intérêt et je vous arrêterais tout de suite ! J'ai lu dans ses yeux froids comme le givre qu'elle ne mentait pas, pas une seule seconde elle n'a hésité, tout comme j'ai su qu'il fallait que je couche sur du papier cette rencontre nocturne. Cette femme n'est pas une envoyée de Dieu, c'est ce que j'ai appris ce soir là.

    Elle souffre comme n'importe qui mais ne peut se permettre de le montrer au visage du monde, parce qu'elle est l'Espoir. L'image inaltérable du bonheur aux yeux des peuples.
Revenir en haut Aller en bas
Fondatrice
Lenwëavatar

 :Peuple :
Indéfini
 :Âge du personnage :
18 ans
 :Equipement :
Clés du forum


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: L'Ulaun Adrena - { Humain } - ( Terminée )   Dim 1 Aoû 2010 - 23:30

Tout d'abord une mise en forme originale et appréciable, bien qu'assez peu pratique à certains moments... C'est presque un jeu pour savoir qui est qui, surtout pour les premières lettres!
Une description finalement assez détaillée de ton apprentissage de chevalier, juste, où l'on retrouve tous les points importants. Aucun problème pour la première partie de la fiche, bien que je te trouve un peu jeune pour être à ce niveau chez les chevaliers.
Il y a juste pour ton arme... j'aimerais connaître l'avis de Dyn à ce propos, les nains forgerons ne font pas des cadeaux comme ça.

Pour ton histoire, ou plutôt cet échange de lettres, l'ensemble est bon. Une seule petite chose me chiffonne, c'est cette victoire contre la bête que tu décris de "colossale" [Lettre d'Adrena L'Ulaun, le 19 Guaria, Mannheim].
C'est un peu flou, étrange...

Après, j'ai moins accroché à ton dernier post, cette dernière partie qui propulserait presque ton personnage au rang de numéro 1. Mais ton niveau et ta catégorie te laisse cette marge, et tant mieux si tu l'utilises au maximum. Belle, puissante et bonne, tu ne fais pas la chose à moitié, c'est le moins que l'on puisse dire!
Je suis pressée de voir ce que ce personnage va nous donner en rp.

Et aussi, en petit plus... cette grosse bête, ce serpent énorme qui revient par deux fois dans ton histoire... Je suis étonnée. De même, j'attends l'avis de Dyn là-dessus.

Et une bonne fiche tout de même, un bel exercice d'écriture, agréable et remarquable.

_________________
Personnage rp: Jiliann Hesyl

Revenir en haut Aller en bas
http://final-harmony.forumactif.com
Chevalier
Adrena L'Ulaunavatar

 :Peuple :
Humain
 :Âge du personnage :
22 ans
 :Equipement :
Une sihelverd et quelques biscuits rassis


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: L'Ulaun Adrena - { Humain } - ( Terminée )   Dim 1 Aoû 2010 - 23:56

Bonsoir, bonsoir ! Et merci, dans un premier temps ! =)

Il est temps pour moi d'éclairer certains points de cette présentation :

    L'arme que porte Adrena est un cadeau de son grand-oncle. Je dois dire que je l'ai prise, un peu "Au petit bonheur la chance" disons. Si ça passait, tant mieux sinon... Non ! Alors ça ne me gêne absolument pas d'en changer pour une autre de moindre qualité pour le début du RP. Dans un sens ce serait même tout à fait logique ^.^ !


    Ensuite la "fameuse" victoire contre le colosse; je dois dire que j'ai bien tourné en rond pour cette lettre. Parce que j'avais une idée assez précise de la façon dont je voulais la tourner mais... Bien entendu, la créature est un colosse et un monstre de force pour une gamine de 17 ans qui n'a aucune expérience de combats réels. Disons qu'on niveau de la puissance, Adrena ne pouvait absolument pas rivaliser. Elle a donc fait en sorte que cette force se retourne contre lui. Elle a augmenté sa vitesse petit à petit mais, la différence de gabarit, et donc de poids, étant importante, à même vitesse les jambes de la brute ont du supporter plus de force motrice que celle d'Adrena et ont donc "cassées" en quelques sortes. Je sais que ça peut paraître flou... Et s'il faut, je changerai ça aussi x)


    Pour finir le serpent "Géant" auquel la mère d'Adrena fait référence au tout début de sa lettre serait simplement un GROS serpent à sonnettes (Genre... 3 mètres. Un peu plus gros que la moyenne quoi °°"). S'il avait été aussi gros que sur l'illustration (Que j'ai mis parce que, je l'avoue, elle collait presque bien °°"), Kalem n'aurait pu lui trancher la tête d'un coup sec !


En espérant avoir pu vous éclairer *.*
Revenir en haut Aller en bas
Fondatrice
Lenwëavatar

 :Peuple :
Indéfini
 :Âge du personnage :
18 ans
 :Equipement :
Clés du forum


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: L'Ulaun Adrena - { Humain } - ( Terminée )   Lun 2 Aoû 2010 - 21:51

Après avoir tout juste relu les quatre premiers bouquins d'Harry Potter, ton explication pour ta victoire sur le fameux colosse me semble tout à coup bien plus plausible. Cela peut passer... à condition que l'on ne retrouve pas ce genre de chose sans arrêts dans des rp, etc. Mais je pense qu'il n'est pas vraiment utile de te le dire, d'après mes premières impressions te concernant.

Pour le serpent, de même, bon bonne argumentation, cela reste tout à fait possible... Donc plus de problème de ce côté là.
Après, pour ce qui est de l'arme, de même, c'est Dyn qui tranchera [héhé... jeu de mots de merde --']

Donc pour moi tout cela va sans trop de problèmes, mais ce n'est pas moi la spécialiste de ce peuple ici, donc Dyn aura évidemment le dernier mot.

Bonne chance pour la suite, avec l'espoir de lire un ou deux de tes rps à mon retour!

_________________
Personnage rp: Jiliann Hesyl

Revenir en haut Aller en bas
http://final-harmony.forumactif.com
Chevalier
Adrena L'Ulaunavatar

 :Peuple :
Humain
 :Âge du personnage :
22 ans
 :Equipement :
Une sihelverd et quelques biscuits rassis


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: L'Ulaun Adrena - { Humain } - ( Terminée )   Lun 2 Aoû 2010 - 22:00

Okay ! Merci beaucoup, Lenwë ! ^O^

Plus qu'à attendre l'avis du monsieur °°' !
Revenir en haut Aller en bas
Fondateur
Dyn Astyavatar

 :Peuple :
Humain
 :Âge du personnage :
22 ans
 :Equipement :
Clés du forum


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: L'Ulaun Adrena - { Humain } - ( Terminée )   Mer 4 Aoû 2010 - 16:52

Je pense que tout est en règle, ton rang social sera "Aisé". Pour l'armure des nains, j'insiste sur le fait que ce fut une dépense assez importante, au point d'y avoir mit toutes tes économies °° Bien sûr, tu rempliras ta bourse avec de nouvelles quêtes, tu n'est pas non plus de la classe sociale "Pauvre" ^^

Tu es la 4e validée, félicitation !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://final-harmony.forumactif.com

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L'Ulaun Adrena - { Humain } - ( Terminée )   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'Ulaun Adrena - { Humain } - ( Terminée )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Harmony :: REGISTRES :: Fiche de Personnage :: • Fiches Validées-