Partagez | 
 

 Sur l'eau [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Sur l'eau [Terminé]   Dim 10 Oct 2010 - 0:23

Quelque part sur le Sudri...

Deux jours s'étaient écoulés depuis la rencontre fortuite entre Ylero et Laëla sur les quais de Mannheim. Deux jours de navigation lente et méthodique sur la vieille péniche que possédait le jeune gitan, qui repoussait alors la date butoir de leur arrivée a Argos, la ville portuaire de Midgard. Entretien et réparations allaient bon train sur le petit bateau de transport depuis que cette main d'œuvre bon marché avait rejoint l'équipage, et Ylero ne se gênait pas pour donner a la jeune sourde les tâches les plus ingrates. Aussi généreux était-il, il n'en restait pas moins un gitan rusé et roublard. Les deux compagnons avaient précipitamment fui Mannheim après la course-poursuite de la jeune femme. Le voyageur avait alors manœuvré sur les eaux placides du lac de Midgard avant de traverser Lleya dans la soirée. Il eurent la fortune de ne pas croiser de troupes ayant connaissance de leurs statuts de fugitifs, et purent souffler un grand coup quand il passèrent les murs de la ville des mages. Ils étaient désormais a l'abri des griffes impitoyables de la justice de Cid, et pouvaient dormir sur leurs deux oreilles. Respectant sa part du marché, Ylero hébergeait la jeune femme avec tout le confort vétuste qu'il pouvait lui fournir. Aussi, Laëla pouvait se restaurer sur le pont un fois ses corvées achevées, en attente de nouvelles besognes. Une couverture de laine ainsi qu'une gourde d'eau et une miche de pain avait été mise a sa disposition, a l'égal du jeune homme.

La soleil avait commencé a se coucher sur les eaux du fleuve, et bientôt, les deux voyageurs allaient entamer leur troisième jour de navigation. S'il avait fait preuve d'un peu plus de volonté, le gitan aurait déjà amarré sa péniche sur les quais fluviaux d'Argos, mais la situation avaient été trop belle pour la manquer. Quelques oiseaux voletaient autour du bateau, cherchant sans doute quelques carcasses de poisson, inexistantes a bord, a chiper. Un doux vent s'était levé sur les territoires sauvages de Midgard, accélérant légèrement le rythme de l'eau, bien que la péniche avait gardé une cadence régulière. Aucune autre péniche ne se profilait a l'horizon, laissant le champ libre a Ylero et Laëla.

Le gouvernail de la péniche avait été libéré de ses cordages, et le maniement de l'embarcation semblait bien plus facile. Tenant le levier qui servait a la direction de son bâtiment, Ylero portait un ambitieux regard vers l'horizon, un mystérieux sourire en coin dessiné sur son visage enfantin. Sans doute songeait-il a quelques facéties dont lui seul avait le secret, au grand dam de Laëla. Le vent lui balayait doucement les cheveux, qu'il avait détaché, de même que les tissus colorés qui lui servaient de vêtements. Laëla était un peu plus loin sur le pont. Le gitan lui avait demandé de vernir la balustrade de sa péniche au moyen d'un pot de résine et d'un vieux chiffon, pour redonner un coup de neuf a ces vieilles planches. Chafouin, le gitan sifflotait allégrement, tout en manœuvrant son bateau. Finalement, il chercha a attirer l'attention de sa passagère, voulant lui glisser quelques mots. Il attrapa une petite boule de cordage qui trainait a ses pieds, et la lança nonchalamment sur la travailleuse, qui n'allait sans doute pas apprécier ce geste. Après tout, Ylero n'était pas réputé pour être très délicat avec les clandestines...

- Hé, Laëla ..!


Dernière édition par Ylero Du Fleuve le Mer 27 Oct 2010 - 6:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Sur l'eau [Terminé]   Lun 11 Oct 2010 - 4:00


Le soleil plombant lui avait arraché des soupirs de grande tragédienne tout l’après-midi, aussi Laëla accueillit-elle son retrait avec une joie qu’elle ne chercha pas à cacher. Ses gestes se firent plus légers, son travail se fit avec plus de bonne volonté.

Pourtant, ses doigts criaient à l’injustice tandis qu’elle frottait. Depuis deux jours, elle avait trimé dur, réprimant l’envie d’envoyer balader Ylero et ses tâches ingrates. Alors qu’il tenait la barre, cheveux au vent et sourire aux lèvres, la jeune femme devait se coltiner le vernissage de la balustrade avec un chiffon sale. Ses mains s’en sortiraient rouges et écorchées tellement elle y mettait du sien. Puisqu’elle était obligée de travailler, elle le faisait pour que Ylero soit satisfait, pour qu’il ne puisse rien trouver à redire. Laëla enviait beaucoup le gitan : elle aurait adoré regarder l’horizon en maniant la barre. Elle n’avait jamais joui de la liberté dont Ylero était empreint et naviguer, pour elle, en était la parfaite métaphore.

Un objet mou percuta sa tête. Elle se redressa et avisa un morceau de corde au sol. Le ramassant, elle avisa Ylero. Avait-il vraiment osé ? Plus amusée qu’outrée par ses manières singulières mais amicales, elle marcha vers le jeune homme de sa démarche féline. Arrivée à côté de lui, elle lui tendit la corde.

- Tiens, je crois que tu as perdu ça sur ma tête.

Elle sourit et croisa les bras. Sans reproche, juste pour plaisanter, elle lui demanda :

- Que puis-je pour toi ? Tu as trouvé un coin du bateau que je pourrais récurer à coup de langue ?

Dans la situation de Ylero, bien sûr qu’elle en aurait profité pour donner à l’autre les tâches indésirables. Elle le comprenait, alors aussi bien le prendre avec humour.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Sur l'eau [Terminé]   Mar 12 Oct 2010 - 18:38

C'est avec un sourire radieux illuminant son visage fin que le gitan empoigna la petite boule en cordage tenue par sa lieutenante éphémère, avant de la jeter placidement auprès d'un amas de cordes et autres ficelles qu'il avait entassé là, a défaut d'une place plus appropriée, a l'abri de l'humidité. C'était bien ce genre de détails réservés qui rongeaient indirectement Ylero, qui en secret se morfondait encore des travaux que demanderait sa péniche avant d'être entièrement opérationnelle. Plusieurs planches qui la composaient, notamment de la cale, une zone particulièrement sensible, étaient usées, et menaçaient a tout moment de se fendre face aux attaques de l'eau. Ses cordes n'étaient elles-non plus toutes jeunes, et son gouvernail de fortune semblait bien incertain sur la durée.

En bref, le navire du jeune gitan exigeait de nombreux soins, et sous ses fines fourberies se cachait un véritable besoin de rénover ce jadis beau bâtiment. Et nul doute que Laëla participait grandement a ces travaux. Cette dernière lui lui conta une petite ironie, ce qui étonna positivement le jeune passeur au teint mat. Mais plus encore, elle l'avait tutoyé. Depuis le début du voyage, Ylero avait fait attention a ne pas fourcher sur ce genre de broutilles. Un client, même forcé, restait un client, et le gitan ne s'attendait pas a ça.

- Heuuuu...Bah je voulais déjà te remercier de tout ce que tu as fais ici...

Il désigna du bout du nez plusieurs endroits de son bateau qui avaient reçut la visite de le jeune femme, parmi lesquels la balustrade au vernissage inachevé. Un son au loin attira brièvement l'attention du gitan, qui regarda vers le bout du fleuve en tendant le cou, avant que ce dernier ne reporta son attention sur la demoiselle.

- Comme ça, par hasard... Tu as des projets quand tu sera arrivée a Argos ? De la famille sur place ?

Le son qu'il avait entendu au loin était le cri d'une mouette, Ylero en était certain. Les oiseaux n'avaient aucun secret pour lui. Ce qui signifiait qu'ils s'approchaient de la mer. Peut-être allaient-ils arriver a destination un peu plus tôt que prévu....
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Sur l'eau [Terminé]   Ven 15 Oct 2010 - 17:44


Incertaine, Laëla promena son regard dans la même direction que celui de Ylero, mais elle ne distingua rien. Un son, peut-être. Cela n’avait aucune importance, pensa-t-elle comme à chaque fois que son handicap lui empêchait de comprendre. Au fil du temps, elle en était venue à croire cette simple parole qui emprisonnait toute la frustration qu’elle pouvait ressentir. Toujours légèrement indisposée par le mouvement du bateau sur les vagues, Laëla alla s’adosser à la rambarde. Elle qui, en bon ninja, se targuait de maîtriser toutes les aptitudes nécessaires à sa profession comme l’équilibre, voilà que, sur les flots, elle se voyait confrontée à la réalité ! Tenir debout trop longtemps sur la péniche la fatiguait.

La jeune femme sourit des remerciements du gitan. Il était vrai qu’elle trimait dur, non sans ressentir un sentiment de fierté à la vue de la petite péniche qui avait maintenant plus belle allure. Elle ne bénéficierait jamais de tout ce travail accompli, elle qui quitterait le navire à Argos, mais elle était tout de même contente pour Ylero : c’était un gentil garçon qui méritait un bon bateau. Elle ne l’avait pas tutoyé pour rien et son malaise l’amusait. Elle n’avait jamais compris pourquoi les gens avaient tendance à prendre le tutoiement comme un acte impoli ; au contraire, pour elle, il s’agissait de montrer à une personne le respect et l’amitié. Tutoyer était synonyme de bonne entente.

Ils n’avaient pas beaucoup parlé durant leur voyage, aussi Laëla bondit-elle sur l’occasion de discuter et de donner un court répit à ses mains endolories.

- Non, je n’ai aucune famille nulle part.

Son ton était neutre, sans tristesse ni colère. Elle avait depuis longtemps accepté le fait qu’elle était seule, et cela ne lui causait nulle souffrance. Oh, il était vrai que, plus jeune, elle avait pleuré en appelant sa mère à maintes reprises, mais la blessure s’était cicatrisée. Il n’y avait rien d’inguérissable. Toutefois, elle préférait éviter la lourde discussion qui pourrait s’ensuivre si Ylero la questionnait sur sa famille. Pour l’éviter, elle se fit volubile :

- Je travaille à Argos. Je fais souvent le voyage de Mannheim à Argos, car je suis une messagère. Parfois même, je trouve quelques petits boulots là-bas et j’y reste plus longtemps, même si je préfère la capitale, et de loin. Et toi, ta cargaison ? Qu’est-ce ? Pour qui est-elle ? Si cela n’est pas indiscret... J’espère que ta mésaventure avec moi ne t’empêchera pas de la livrer à bon port.

Elle connaissait peu les gitans, mais savait que souvent la nature de leur travail était illégale. Peut-être avaient-ils les mêmes employeurs sans le savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Sur l'eau [Terminé]   Dim 17 Oct 2010 - 23:26

L'instant d'une manœuvre, Ylero tira son gouvernail de quelques degrés vers lui, s'assurant de rester a bonne distance des berges verdoyantes du Sudri. Il avait eu plusieurs fois l'occasion de racler la cale de son navire sur les bas-fonds du fleuve, et depuis, ses molaires n'avaient jamais plus été les mêmes tant elles grincèrent ce jour-là. Ce fut alors l'histoire de plusieurs heures de travail, de sueur et de sang pour dégager le bâtiment, n'ayant alors pas de bête de somme a disposition pour faciliter cette tâche des plus ardues.

Dans le sillage de son navire, les roseaux se balançaient d'avant en arrière, comme une élégante révérence a ce prince des fleuves, ce seigneur nomade des routes fluviales. S'il avait eu plus de temps, et moins de préoccupations, le gitan aurait volontiers plongé un hameçon dans les eaux froides de ce fleuve austral, afin de débusquer quelques beaux poissons des roseaux protecteurs. Sans nul doute qu'il aurait pu les vendre a un commerçant des quais d'Argos en moins d'une heure. Quand Laëla questionna Ylero sur sa cargaison, ce dernier esquissa un sourire vers celle-ci, en lui déclarant d'une voix faussement naturelle :

- Ces caisses, là ? Oh...pas grand choses. Du tissu, des outils et du grain pour quelques clients d'Argos... Rien de bien passionnant.

Son sourire en disait long sur la véracité de ses dires, mais le gitan n'y portait pas attention. Il n'avait pas besoin de se dissimuler, pas sur son propre navire. Le second cri lointain d'une mouette le conforta dans ses prévisions. Ils seraient arrivés a la ville des pirates dans la nuit, ou en début de matinée dans le pire des cas.

- Pas très urgent, j'avais mon temps. D'ailleurs, j'ai bien l'impression qu'on sera arrivé d'ici peu. Prête a débarquer ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Sur l'eau [Terminé]   Mer 20 Oct 2010 - 21:41



Ils étaient là, tous les deux, sous le soleil d’été, à se mentir effrontément. Laëla ne savait pas si Ylero savait qu’elle masquait la vérité, mais elle, elle voyait qu’il le savait. Elle avait passé sa vie à regarder le visage des gens et il fallait un menteur hors pair pour la déjouer. Ylero ne semblait même pas vraiment vouloir lui cacher la vérité, il n’avait pas cherché à se montrer convaincant, crut la jeune femme. Au fond, tout cela n’avait pas la moindre importance : elle respectait son silence. Elle-même n’irait certainement pas lui dire que le clan de Jared l’attendait. S’il connaissait l’homme, il ne la regarderait plus de la même manière, croyant qu’elle avait choisi de faire partie de sa bande de criminels déshumanisés.

À la question sur sa hâte d’arriver à Argos, Laëla glissa sa main sous son gilet pour frôler le tatouage sur son omoplate. La peau sectionnée n’avait jamais vraiment guéri et elle ne le ferait jamais, laissant à tout jamais une trace de Jared sur elle. Cette fois-ci, Laëla oserait-elle protester ? Peut-être. Elle détestait de plus en plus la tournure que prenaient les événements.

- Je suis prête, mais je n’ai guère hâte, avoua-t-elle à Ylero. Argos est une ville détestable... Je préfère de loin être ici, tu peux donc continuer à nous faire progresser lentement.

Un petit sourire moqueur illumina ses lèvres une seconde, juste le temps qu’elle pense à plus sérieux.

- Fais-tu souvent le voyage de Mannheim à Argos ?

Non, elle n’allait sûrement pas oser lui demander de la reprendre un de ces jours sur sa péniche... Quoique. Elle lui avait rendu de bons services, cela pouvait faire oublier la déplorable manière dont elle s’était incrustée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Sur l'eau [Terminé]   Jeu 21 Oct 2010 - 18:46

"Argos est une ville détestable..."
Ces mots se répétaient dans le cortex déjà travaillé du jeune gitan a la manières d'échos s'appauvrissant de leurs matières impalpables, disparaissant lentement dans un espace immatériel appelé "Souvenirs", tandis que d'autres scènes prenaient la vedette, étroitement liées aux dires de la clandestine.

...

"Argos est une ville détestable, alors pourquoi tiens-tu tant à y travailler ?"
Le bateau du Clan du Fleuve s'était amarré sur les quais de Mannheim pour le nuit, et profitant de ces quelques instant de calme relatif, l'impétueuse Maria avait fait face a son premier fils, Rico. Le jeune homme, plus tôt dans la journée, avait annoncé a ses parents qu'il partirait très prochainement pour la ville des Pirates. Le "Jormungand", puissant navire lourd de guerre aux ordres du Roi Cid II, lui proposait alors un juteux contrat militaire en échange de ses services de marin. Si tôt arrivé a Argos, il s'enrôlerait dans les rangs royaux, et partirait en mer pour plusieurs mois en patrouille au large de l'île de Djatigard. La proposition avait été mal acceptée par la mère de famille, qui avait conservée quelques aprioris traditionaliste sur les gitans sédentarisés.
"Tu veut mettre la honte sur la famille, c'est ça ? Tu veut briser le cœur de ta mère ? Ta propre mère !"
Rico avait été laconique ce jour-là. Il savait pertinemment qu'il n'aurait pas eu le dernier mot, pas avec Maria du Fleuve. Et puis trop de discours auraient été futiles, sa décision avait été prise, et il avait déjà signé un engagement sur l'honneur. Ylero, assis dans un coin du bateau de bonne taille, avait assisté a toute la scène. Il venait alors d'apprendre la première disparition de l'un de ses six frères...

...

Le jeune navigateur sortit de ses pensées, relâchant le regard hagard qu'il avait posé sur le visage de Laëla. Il lui sourit quelques secondes, réalisant avec peine qu'elle lui avait posé une nouvelle question. Faisait-il souvent le voyage entre ces deux villes ? D'une certaine manière, oui. Il avait fait ce trajet depuis tout petit, et ses parents s'étaient attachés au Sudri. Chaque famille de gitan, bien qu'elle fusse libre d'aller où bon lui semblait, possédait un lien particulier avec l'un des quatre fleuves, et actuellement, Ylero naviguait celui-ci. Il trouvait d'ailleurs étonnant de ne pas avoir encore croisé la péniche du vieux Sebastian, son père. Peut-être ce dernier était-il en arrêt a Argos...

- Ça m'arrive assez souvent, oui. Tant que cette vieille barque ne sera pas remise a neuf, j'évite de trop passé par le point névralgique des fleuves, a Ymir. Routes peu fiables, trop isolés. Alors en attendant, je fais ce petit trajet par le Sudri.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Sur l'eau [Terminé]   Dim 24 Oct 2010 - 20:23


Elle n’osa pas lui demander s’il voudrait l’héberger à nouveau. Quand elle avait avoué ses sentiments sur Argos, le visage du gitan s’était fermé, refusant de révéler ce qui le torturait. La ninja ne posa aucune question, ne demanda rien pour son compte. S’ils se recroisaient un jour, tant mieux. Elle croyait avoir fait un assez bon travail sur son bateau pour qu’il accepte de la reprendre à bord. Elle leva son chiffon en souriant.

- Bon, ben... Au travail, tant que le soleil nous le permet.

Laëla ne savait pas quoi ajouter et préférait retourner au travail. Se faire des amis n’était pas son fort, elle devait bien se l’avouer. Son handicap l’avait coupé des autres enfants qui, à cet âge naïf pourtant si cruel, ne comprenaient pas le mal qu’ils lui faisaient en la ségrégant. Puis, sa fugue n’avait fait qu’empirer les choses. Elle n’avait plus rencontré de jeunes, se contentant de la présence de son mentor. Milos, un sourd-muet d’un an son ainé, était le seul ami qu’elle possédait. Leur handicap les avait rapprochés et leur amitié était devenue solide au fil du temps sans qu’aucun d’eux ne le réalise vraiment. Il était le seul, à l’exception d’Érakiel, en qui Laëla avait confiance. Elle appréciait Ylero, mais elle ne savait pas quoi lui dire. Ah, les relations interpersonnelles... Elle était plus douée pour travailler.

Motivée à l’idée de finir le lustrage de la balustrade aujourd’hui, elle reprit sa besogne.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Sur l'eau [Terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sur l'eau [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Harmony :: CONTREES :: Midgard - Royaume des Humains :: Territoires Invidia-