Partagez | 
 

 Manque - Partie I [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mage
Cëryl Eludiaavatar

 :Peuple :
Humain
 :Âge du personnage :
19 ans
 :Equipement :
Du matériel de voyage, de lecture et d'écriture !


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Manque - Partie I [Terminé]   Dim 30 Jan 2011 - 23:31

Un feu brûlait dans la cheminée de la maison familiale, Cëryl était assis par terre et regardait les flammes crépiter, près de sa mère en train de coudre, assise quand à elle sur l'unique fauteuil du salon. Dehors, son petit frère s'amusait avec des amis du quartier, entre deux entraînements. Cëryl était perdu dans ses réflexions, son journal ouvert devant lui, cherchant sans succès à mettre de l'ordre dans sa vie.

Son départ des marais L'Ulaun avaient été précipité par le besoin de retrouver Adrena le plus vite possible. Malheureusement ses recherches avaient été infructueuses puisqu'il n'avait pu obtenir aucun élément susceptible de l'aider dans sa quête. Il avait tout d'abord cherché du côté des chevaliers responsables de la garde de la cité, mais aucun d'entre eux n'avait pu lui apporter de réponses. En effet, Adrena était bien venue ici, mais elle était repartie après avoir reçu un ordre de mission strictement confidentiel, dont vraisemblablement personne à l'exception des hautes instances de l'armée ne connaissait la teneur. Et entrer en communication avec cette noblesse était difficile, bien trop difficile pour un simple fils de paysan comme Cëryl. Il avait tout de même tenté de faire la démarche mais on lui avait simplement rit au nez.

Il était revenu des marais bientôt quatre jours auparavant, après avoir pris congé des parents de son amie, et avait cherché intensivement pendant les trois premiers jours, au point de ne presque plus dormir, au grand dam de sa mère. Sa mère l'avait presque forcé à se reposer en fin de compte, et c'est ce qu'il faisait depuis le matin-même. Une grande morosité l'avait envahie et il avait l'impression de détester le monde entier, sauf Adrena et sa famille. Retrouver celle-ci lui avait fait du bien mais ce sentiment de bonheur s'était rapidement estompé après tant d'échecs. Il avait même demander à son frère d'obtenir des renseignements de son maître, un vieux chevalier assez prestigieux, mais n'avait pu rien savoir : ce qui était confidentiel le restait, c'était le maître mot de l'armée. Rien de filtrait à Mannheim.

Déprimé, le jeune mage regardait le feu devant lui, sentant la chaleur incandescente lécher sa peau, et tenait sa tête entre ses mains. Sa mère, qui était en train de remettre en état son étoffe qui avait été plutôt abîmée lors de ses aventure des derniers mois, le regardait sans dire un mot. Son inquiétude se lisait sur son visage mais elle ne voulait pas torturer son fils plus que ça, sachant qu'il souffrait déjà bien assez du manque qui l'habitait. Son petit frère s'inquiétait également dans une moindre mesure, en l'observant derrière la fenêtre, entouré par ses camarades. Mais Cëryl ne semblait même pas se rendre compte que son entourage se faisait du souci, il n'avait qu'Adrena en tête.

Il repensait à cette fameuse nuit où il pouvait respirer son parfum enivrant, à la beauté qu'il discernait dans le noir, à ses formes qui l'ensorcelaient, à l'envie qu'il avait de lui offrir tout ce qu'il pouvait lui offrir. Et il était triste à l'idée de ne plus jamais la revoir s'il lui arrivait malheur, ou si elle rencontrait un jour quelqu'un qui la charmerait... Et il était surtout triste de l'avoir quitté dans ces conditions, sans avoir pu lui dire quoique ce soit, lui délivrer un quelconque message. Il était en rage contre lui-même. Il luttait contre l'irrépressible envie de se gifler, de cogner contre quelque chose juste pour se faire souffrir en se maudissant de tous les mots. Le présence de ses proches lui empêchait de faire de telles choses.

Cëryl tourna la tête et regarda sa mère, il examina son visage, et vit sans les voir de nombreuses rides qu'il n'existaient pas quelques jours plus tôt et des sourcils froncés en signe d'anxiété. A dire vrai, son regard portait plutôt dans le vide, il se demandait simplement quoi faire et était exténué à force de faire tourner ses méninges à plein régime. Il pensait qu'en dernier recours il pouvait revenir à la demeure des L'Ulaun et tout bonnement attendre, encore et encore, elle finirait par revenir. Mais la mère de son amie l'avait prévenu, combien y aurait-il de temps avant qu'elle revienne, des jours, des mois ? Cëryl voulait la retrouver vite. Il ne pourrait supporter d'attendre autant, son âme n'était pas accoutumée au manque. Il n'avait jamais connu ça. Il n'avait pas l'habitude d'une telle tristesse, même la mort de son père ne lui avait pas causé autant de chagrin.
Il se mit debout et s'approche de sa mère. Pour essayer de faire bonne figure il lui embrassa le front et lui demanda si elle avait besoin de quelque chose, prétextant le besoin d'aller faire un tour en ville. Celle-ci le remercia mais n'avait besoin de rien. Après un bref hochement de tête en direction de son frère en sortant dehors, Cëryl s'éloigna en direction du cimetière.

Il faisait doux en ce début d'Ark, le froid de Lumi ce dissipait doucement mais sûrement. Cëryl avait récupéré son étoffe qui lui tenait chaud et paraissait presque neuve à présent fois rafistolée proprement par les soins de sa génitrice. Autour de lui la vie se mouvait, les gens semblaient pressés de rentrer chez eux pour le repas, pour retrouver leur famille. Au dessus de la ville le temps se couvrait et l'atmosphère était sinistre. Le mage n'y prêtait pas vraiment attention et se contenta de poursuivre sa route vers le lieu où les défunts sommeillaient. Une fois parvenu au milieu des tombes, il n'aperçut personne, absolument personne, même pas le moindre fossoyeur. Au moins serait-il tranquille, se dit-il.

Il retrouva avec facilité l'emplacement de la tombe de son père et s'agenouilla devant pour lui accorder quelques prières. Un détail près de la tombe attira son attention, c'était un os.

La vision de l'os eut l'effet d'une explosion intérieure et d'un flot de souvenirs si soudain qu'il ouvrit la bouche et la referma, plusieurs fois, avant de sentir ses lèvres trembler et de se mettre à pleurer.

Des semaines plus tôt... Quand il avait rencontré Adrena, il s'était tenu au même endroit où il était à présent et avait dévoré des morceaux de poulet, ce qui avait d'ailleurs provoqué la fureur de la chevalière, venue rendre un hommage tout comme lui. Il se rappelait de la suite de la journée en question, où ils s'étaient d'abord rendu à l'auberge puis à l'extérieur de la cité, sur la plage... Avant d'aller dormir dans la demeure d'Adrena et de décider de faire route ensembles par la suite.

Une fine pluie se mit à tomber, rajoutant davantage de nostalgie à l'instant, car en ce fameux jour qui semblait si lointain il pleuvait justement. L'heure était aux regrets, et Cëryl se laissa chuter face contre terre, décidé à y rester tant qu'il n'aurait pas épuisé sa peine au maximum. Les larmes cessèrent au bout d'un moment, mais sa douleur lui rongeait le ventre, la chair, et il ne se sentait plus la force de bouger. Heureusement pour lui la pluie n'augmentait pas en intensité, ce qui l'empêcherait déjà d'avoir la crève.

Ce fut un une main qui vint lui saisir l'épaule et le tourner brutalement sur le côté.

« -Yvan...? Je peux savoir ce que tu veux ? »

Yvan s'était accroupi près de lui et le secouait doucement, il avait visiblement l'air d'être horrifié par le spectacle de son grand frère écroulé sur le sol. Cëryl ne voulait pas lui faire peur et se redressa sur son céans.

« -Qu'est ce que tu me veux Yvan ? J'étais fatigué, j'ai dû m'endormir en me recueillant. »

Yvan secoua la tête d'un air réprobateur.

« -Non, arrête de te foutre de moi Cëryl ! Je vois bien que ça va pas parce que t'as pas retrouvé ta copine. Alors j'ai quelque chose à te dire, fit-il sans se préoccuper du regard choqué de son frère. Tout à l'heure je parlais avec mes amis, eux aussi écuyers. L'un d'eux est celui du chevalier Howard Frostlaner et son maître est bien plus proche des membres les plus influents de l'armée que tous les autres. Je l'ai supplié de se renseigner sur ton « Adrena » et il a pu obtenir quelque chose... »

Cëryl se releva presque immédiatement, les yeux ébahis par l'étonnement et la joie confondus.

« -Où ? Où est-elle Yvan ?! »

-C'est pas grand chose, ne te mets pas dans des états pareil... Mais sa mission l'a fait partir pour l'ouest apparemment.

-L'ouest...? Tu veux dire, Lysangard ? Interrogea le jeune homme.

-Et bien... Probablement, mais c'est tout ce que je sais. Ne répète pas ça s'il te plait, il en couterait cher à mon ami. »


Cëryl, rendu presque euphorique grâce à cette nouvelle, s'empressa de l'enlacer et de le remercier des dizaines de fois. Quand il eut relâché son étreinte, ce fut pour voir le sourire de son petit frère, fier et heureux de lui avoir été utile.

«-Yvan, la prochaine fois que je reviendrai, prépare-toi à recevoir une grosse surprise ! »


Le sourire du garçon atteignit ses oreilles, et il jubila, voulant savoir de quoi il s'agissait. Cëryl riait aux éclats tout en lui disant qu'il ne le saurait pas, et c'est ainsi que la tombe de leur père fut seule témoin du bonheur des deux frères qui s'adoraient.

* *
*

Quand Cëryl fut prêt à partir, sa mère lui tendit une bourse. Cëryl s'en offusqua et voulut lui refuser ce don trop généreux à son goût. Mais celle qui l'avait mis au monde tint bon et lui pris la main pour déposer l'argent au creux de celle-ci. Elle referma les doigts du mage sur la bourse et l'empêcha de desserrer son emprise.

« -Ton père m'avait dit un peu avant de mourir de veiller à t'aider si tu avais des problèmes. Vois ça comme une promesse que je tiens. Que je suis forcée de tenir. Tu ne peux pas m'en empêcher Cëryl. »

Esquissant un sourire, Cëryl rangea lentement l'argent dans sa sacoche. Il enlaça sa mère, puis son frère, leur rappela qu'il serait de retour bien vite s'il ne trouvait rien, et qu'il s'arrangerait pour leur faire parvenir un message dans le cas contraire. Il les embrassa une dernière fois après maints adieux et s'en alla, aux portes de la cité, vers l'ouest.

Il pensa qu'il irait là où les étoiles le mèneraient, il chercherait jusqu'à l'épuisement pour la retrouver. Cela l'omnibulait, ce désir profond qu'il éprouvait, ce besoin essentiel de la revoir, et cette fois, de ne plus hésiter lorsqu'il serait face à elle.


_________________________________________________________________________________________________________________

Fin Du Topic




Dernière édition par Cëryl Eludia le Sam 9 Juil 2011 - 13:47, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://don-lope.over-blog.fr/#fromadmin
Mage
Cëryl Eludiaavatar

 :Peuple :
Humain
 :Âge du personnage :
19 ans
 :Equipement :
Du matériel de voyage, de lecture et d'écriture !


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Manque - Partie I [Terminé]   Dim 30 Jan 2011 - 23:32

Fin Du Topic
Revenir en haut Aller en bas
http://don-lope.over-blog.fr/#fromadmin
 

Manque - Partie I [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Harmony :: CONTREES :: Midgard - Royaume des Humains :: Territoires Eivind :: Mannheim :: Le Quartier des Quais-