Partagez | 
 

 Départ vers l'aventure. [ Solo ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Départ vers l'aventure. [ Solo ]   Mar 14 Juin 2011 - 20:42

Un Ira en plein Damini.

Spoiler:
 
L'aube se leva, laissant de majestueuses lueurs pénétrer à travers le volet et la fenêtre d'une maison tout à fait ordinaire parmi tant d'autres. L'éclat infime du jour n'eut aucun mal à atteindre le visage de l'homme qui dormait dans ces lieux. La pièce n'était pas très grande, mais suffisamment espacé pour contenir deux lits et deux commodes. Nilf dormait sous un matelas fait de feutre fin et bourré de laine de mouton cardée. Le second lit appartenait à sa soeur aînée. Le jeune chevalier dérangé par la lumière, ouvrit les yeux et aux vues de l'aurore bientôt trépassé, il s'étira et se leva. Il jeta un coup d'œil sur l'autre lit, mais personne n'était allongée dessus ; la literie avait été soigneusement faite, démontrant alors que la sœur s'était levée bien avant lui. Il se dirigea vers la bassine d'eau, disposée sur une petite table, en-dessous de l'unique fenêtre de la pièce. D'un geste vif, il trempa ses mains et imbiba son visage d'eau fraîche, très efficace contre l'apathie matinale du réveil. Torse nu et n'ayant qu'un bas en guise de pyjama, après avoir achevé sa toilette, il enfila une chemise blanche en lin, ajoutée par-dessus les manches d'une paire de brassards en cuir noir qui longe ses poignets, puis d'un pantalon en cuir acajou et son habituelle paire de bottes en cuir brun. Aux pieds de son lit, se tenait un coffre qui renfermait ses armes et ses objets de valeur, notamment sa bourse. Étant scellé par un cadenas, il chercha la clé qui permettrait de l'ouvrir, qui était minutieusement dissimulée dans les vêtements de sa commode. Il récupéra ensuite son épée et sa bourse, attachés sur une ceinture en cuir épais, sur laquelle des clous en laitons décoraient toute la longueur.

Il n'y avait que trois pièces dans cet habitat : la salle à manger - qui faisait également office de cuisine - et les deux chambres. Nilf traversa la pièce principale de la maison et s'en alla allumer un feu dans la cheminée malgré le Dielli, la saison chaude et ensoleillée qui arpentait actuellement tout le royaume. Ce feu permettrait de faire bouillir les plantes que sa sœur cueillerait, afin de préparer des breuvages apaisants contre la maladie de leur mère adorée. Le bois crépitant, il se rendit dans la chambre parentale et y trouva sa mère endormie. Le fils aimant embrassa longuement le front de sa mère et lui caressa ses longs cheveux dorés. À l'écoute d'un claquement de porte, il supposa que Sophitia, sa sœur aînée, était rentrée de sa cueillette. Nilf embrassa une dernière fois le visage pâle de la femme qui l'avait mis au monde et convenablement éduqué avant de rejoindre son alchimiste de sœur.

« Tiens ! Te voilà enfin réveillé. Je te remercie d'avoir allumé un feu. Comment se porte notre mère ? Suspicieuse de son état, elle se précipita dans ses mouvements et se hâta de préparer les potions de soins.


- Son sommeil est imperturbable. Ne t'en fais dont pas, elle va de mieux en mieux. Lui répondit-il, d'une quiétude sans pareille. Un bref silence s'engendra. Je vais voir père à la forge, embrasse notre mère de ma part dès son réveil. »
Le chevalier quitta leur habitation et chemina les ruelles comme raccourci jusqu'au centre-ville. De là, il emprunta la rue menant aux quartiers des marchés, où se tenait la forge Vodník. Nuran Vodník, père et forgeron, travaillait d'ores et déjà à l'aube, accompagné d'un jeune apprenti. Nilf venait régulièrement lui apporter son aide, car en cette saison, beaucoup d'aventuriers lui achetaient des armes ou demandaient de multiples réparations concernant leur équipement. Il fallait donc plusieurs main-d'œuvre, mais les moyens de payer des employés étaient malheureusement minimes, alors son fils s'était généreusement proposer à l'aider bénévolement. De cette façon, il apprenait le métier et avait la liberté de réparer son arme, son plastron et tout autre objet en sa possession.

La journée s'écoula rapidement. Au coucher du soleil, les Vodník fermèrent la forge et se dirigèrent chez eux. Les hommes ramenaient une bourse bien remplie, mais le ventre complètement vide. Marledia, mère et épouse, préparait à manger avec l'aide de Sophitia. Au menu : un bourguignon aux épices ; des morceaux de bœuf mariné dans une sauce d'épices et de vin rouge. Une excellente gastronomie qui leur permettait de se rassasier l'estomac et de dormir profondément. Il ne se permettait une telle recette que rarement, la viande étant très coûteuse. Ils savouraient alors ce repas qui était un pur régal. Pendant le dîner, une discussion sur les rumeurs à propos de la volonté des descendants de la lignée des Jaseth de reprendre la couronne, anima l'atmosphère de la salle à manger, créant une ambiance à la fois de rire et de doute. Mais Nilf n'y participait pas. Il les observa silencieusement avec un sourire nostalgique, car demain était le jour de son grand départ à l'aventure qu'il n'avait annoncé à personne. Depuis son adoubement, deux années s'étaient écoulés et le jeune chevalier ne mettait plus les pieds autre part qu'à Midgard. Il se lassait de suivre le quotidien, alors qu'il rêvait de découvrir le monde.

Le monde enfin couché, il quitta discrètement son lit et prépara dans les fontes de la selle de son cheval tout le nécessaire pour son périple. Une corde, une couverture, des vêtements de rechange et sa longue cape y étaient disposés. Ouvrant le buffet de la salle à manger, il ajouta dans l'une des fontes : une miche de pain avec du fromage et du saucisson, tous les aliments enroulés dans un tissu. Il s'assura que sa bourse était attaché à sa ceinture, ainsi que sa petite sacoche en cuir où il avait mis son briquet - fait de ses mains -, une carte, quelques parchemins, un encrier et une plume. Il y sortit de quoi écrire et rédigea à sa famille une lettre expliquant son départ précipité, qu'il déposa sur la table du salon. Au seuil de la porte d'entrée, il contempla une dernière fois sa demeure et s'en alla. À l'extérieur il empoigna l'espèce de bâton en forme de massue et l'enroula à l'extrémité dans un tissu imbibé d'huile, qu'il alluma à l'aide de son briquet.Nilf traversa Mannheim sous un ciel magnifiquement étoilé. Arrivé à l'entrée de la ville, des gardes le laissèrent passer, il dut ensuite descendre les cinq cent marches de la ville avant de pouvoir atteindre l'écurie. Alsvid, son étalon, logeait dans l'une des écuries qui bordaient la ville ; aucun cavalier ne pouvait y pénétrer avec sa monture. Après l'avoir équipé de son harnachement, c'est-à-dire la selle, les fontes de la selle, la bride, etc, Nilf monta son cheval avec agilité, la torche à la main, et partit au galop pour un voyage nocturne.
Revenir en haut Aller en bas
 

Départ vers l'aventure. [ Solo ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Harmony :: CONTREES :: Midgard - Royaume des Humains :: Territoires Eivind :: Mannheim :: Le Quartier des Marchés-