Partagez | 
 

 Départ pour les festivités à Mannheim [Solo] - [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Départ pour les festivités à Mannheim [Solo] - [Terminé]   Dim 10 Juil 2011 - 22:11

La nuit venait de tomber, attirant avec elle les travailleurs dans la taverne la plus fréquentée de la ville. Au milieu du brouhaha, de la fumée et des rires ininterrompus, les serveurs glissaient entre les tables bondées, déposant de ci une bière, de là un vin fruité, pour enfin revenir au comptoir prendre une nouvelle tournée de verres et de chopes.
- Nom des dieux Stark, fais-moi sortir cette puanteur !
- Hum ?...

Luminen leva un sourcil interrogateur vers le tenancier qui le regardait sévèrement, avant que ses yeux brillent au travers des verres qui les couvraient. Il baissa le regard sur l’animal qui se tenait à son pied gauche, haletant de fatigue et de chaleur. Le mage en avait tellement l’habitude qu’il ne remarquait ni ne craignait plus l’odeur pourtant nauséabonde qui se dégageait de l’épaisse fourrure du chien.
- Bon… viens là Akin.

Faisant demi-tour, il franchit en sens inverse le seuil qu’il venait de passez, sortant de l’une de ses poches une longe de cuir tressée qu’il attacha au cou de l’animal d’un côté, au dos de l’abreuvoir laissé là pour les chevaux des voyageurs de l’autre. Il gratifia la bête d’une caresse sur la tête et d’un mot gentil avant de rentrer à nouveau dans l’ambiance joyeuse de la taverne. A peine eut-il fait quelques pas qu’on le héla :
- Hey Stark ! Ca te dit une partie de belotte ? Et Frank paye sa tournée !
- Tu dois bien le savoir !
- Ouais quand t’arrêtera de faire le radin aussi.
- C’est bon je viens, et la prochaine est pour moi… Greysen ! Quatre pintes pour cette table !
- Comprit !

Enfin le mage s’assit sur la chaise qu’on lui désigna, soupirant. La journée avait été longue et il n’avait que très peu dormit la nuit passée. Ses recherches n’en finissaient jamais : déchiffrer, interpréter et utiliser les runes pour se jouer de la magie de ce monde, tout demandait un temps considérable. Alors quand il s’accordait une pause, rien de mieux pour décompresser et oublier les formules qui lui trottaient en tête que de se rendre au milieu de la foule et d’apprécier en compagnie d’hommes forts braves les saveurs des alcools locaux.

Greysen, le tenancier au visage poivre et sel couvert d’une barbe mal taillée, grand et maigre, vint lui-même apporter les quatre chopes à la table du mage. Celui-ci paya de suite, car il ne comptait pas s’attarder ce soir et ne voulait pas que les vapeurs éthyliques ne lui fassent oublier sa dette. Même si ses camarades de beuverie se seraient fait une joie de débourser leur or pour lui, même si le patron aurait été prêt à l’inscrire sur son ardoise. Car Luminen était pour le moins un homme apprécié, respecté et admiré.

- Alors, commença le jeune homme sur sa droite, tu te rends à Mannheim pour la fête du roi Cid ?
- Déjà ?... Haaa que le temps passe vite. Oui, j’irais sans doute, c’est l’occasion de croiser une foule de personnes intéressantes…
- Et ça te sortira la tête de tes parchemins !
- Ouais, je sais pas si tu t’es regardé, mais tu as l’air d’un homme sur le point de mourir, v’la les valises sous tes yeux.
- Sans doute… heureusement que le houblon est là pour me réveiller !
Il but une longue gorgée et la tablée rit de bon cœur avant d’effectuer le même mouvement.
- Tu penses y aller Kain ?
- Oh oui ! Je pars demain, avec autant de vin que je pourrais entasser dans ma charrette. Pas manquer une occasion de faire partir la marchandise tiens !
- Mmmm… Et un vieil homme et son chien auraient-ils leur place à tes côtés ? Pas que marcher me fait peur mais mon dos risque de me faire des misères.
- Haaa si c’est toi, tu te doutes bien que je vais pas refuser.

L’homme sourit au mage et celui hocha doucement la tête, ponctuant d'un « merci, mon jeune ». Ils burent une nouvelle gorgée de concert, alors que Luminen se rappelait le visage blanchâtre de la femme de Kain, à deux doigts de la mort alors qu’une maladie lui rongeait les reins. Pour la mage, ce n’était que broutille de ramener la santé de la pauvrette au beau fixe, mais pour le commun des mortels, l’exploit était immense. Ici, à Lleya, la magie était accueillie comme un don du ciel, et ceux qui la pratiquait en héros respectables. Dans d’autres contrées cependant, le peuple y voyait la marque du démon, leur incompréhension les rendant des plus craintifs. C’était le cas de la famille de Stark, paysans au savoir bien limité et à l’esprit fermé.
- Tu distribue, Zephir ?
- De suite.

Les cartes s’étalèrent sur la table et la partie commença rapidement, dans la bonne humeur et les rires. Qui allait gagner importait peu, seul le jeu comptait et ils jouèrent pendant plusieurs heures. Les tournées se succédèrent et Luminen emplit à de nombreuses reprises sa pipe de tabac pour en tirer des volutes de fumée âcre qui piquait les yeux des non-fumeurs. Sa volonté de rentrer tôt s’estompa tandis que l’alcool emplissait ses veines. Il était bien et discuter de banalités le changeait de ses études acharnées.
- Bon… pas le tout, mais la femme va me faire un scandale si je rentre pas vite fait.
- Ouais… c’est vrai qu’elles sont bien un là pour nous tenir.
- Toi t’en es pas emmerdé au moins, Stark.
- Non, ya bien que Akin qui me tienne à peu près à la réalité.
- Ton bâtard de chien puant ? Il a l’air aussi cadavérique que toi ce soir tiens !

L’hilarité saisit un moment le petit groupe, même si le rire du mage était forcé, puis tous jetèrent leurs cartes, que Zephir rassembla en un tas uniforme. Kain soupira longuement :
- Et dire que demain faut que je prépare toute l’affaire, atteler les bœufs, charger la vinasse et traîner le tout jusqu’à la capitale, bouaaah.
- Demain ? Tu veux dire tout à l’heure…
- Haaaaa… Bon ! D’autant plus l’heure de rentrer alors.

Il se leva et tous firent de même. S’assurant qu’ils ne devaient rien au tavernier, ils lui dirent au revoir, alors que celui-ci courait encore d’une table à l’autre, servant ses plus fervents clients. La soirée n’était pas terminée pour tous et certains ne sortiraient de l’établissement qu’à l’aube levée, chassés par un tenancier exténué. Luminen et ses compagnons se retrouvèrent dans la rue, sous le poids de la nuit avancée, et savourèrent les relents d’ivresses qui leur faisaient tourner la tête.
- Tu penses partir à quelle heure demain Kain ?
- Bouah, je dirais le plus tôt possible mais… le temps que je me remette, que je charge l’affaire et que j’attèle les bœufs… pas avant midi en fait.
- Je viendrais t’aider, c’est la moindre des choses.

ooooo

Le mage arriva devant l’échoppe de son ami Kain en milieu de matinée. Ensemble, ils portèrent les lourds futs sur la charrette de bois aux roues grinçantes. Puis Luminen rassura les animaux tandis que l’autre leur passait les harnais et les attachait fermement. Le soleil était à son zénith quand ils eurent terminé et ils grimpèrent enfin sur le banc rustique où ils se tiendraient tout au long du voyage. Kain saisit les rênes et talonna d’un baton fourchu les cuisses des bœufs. Tout branlant et tremblant, le véhicule se mit à avancer au rythme lent des pas animaux.

Ils durent faire porter leurs voix pour écarter les passants qui s’activaient dans tout Lleya. Les rues blanches et lumineuses défilèrent en douceur, alors qu’en vent du nord se lever pour venir balayer leurs visages rougis par l’effort de la matinée. Talonnant la charrette à l’arrière, Akin trottait tranquillement, ne s’écartant pas d’un pouce de la route tracée par son maître. Il haletait déjà, mais ses muscles taillés par des années de marche le porteraient sans peine jusqu’à la capitale.

Mannheim , ils ne l’atteindraient sans doute qu’en toute fin de journée, sans doute même à la nuit tombée. Kain prévoyait de loger chez un cousin à lui jusqu’aux festivités et tout au long de celles-ci. Luminen se retrouverait donc seul, avec son vieux chien. Cela ne lui portait pas peine, bien au contraire. Les quelques jours à venir, avant et pendant la célébration, serait pour lui consacrés au repos et à la méditation. Il s’était forcé à n’emporter aucun objet à étudier, seulement un traité d’histoire que déjà, assises sur le banc de la charrette, il feuilletait en survolant les paragraphe, pour se donner un avant gout.

Après des années à se forger une réputation de guérisseur, Luminen avait une large clientèle fidèle, et il ne manquerait pas de rendre visite à cette fillette qu’il avait sauvée in extremis l’an passé. Le mage se mettait aussi régulièrement au service de guerriers qui montaient des expéditions, soignant les blessés. C’était lors de contrat de ce genre qu’il remportait le plus d’argent. A tel point qu’aujourd’hui, il avait largement les moyens de vivre aisément. Arrivé à la capitale, il ne manquerait pas de louer une chambre pour les jours à venir dans une auberge confortable.

Revenir en haut Aller en bas
 

Départ pour les festivités à Mannheim [Solo] - [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Harmony :: CONTREES :: Midgard - Royaume des Humains :: Territoires Eivind :: Lleya :: Les Rues-