Partagez | 
 

 Chez Sephiran, le grand départ [solo-terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Chez Sephiran, le grand départ [solo-terminé]   Dim 8 Jan 2012 - 17:55

Pour fêter ce merveilleux et malheureux événement, la mère de Sephiran avait préparé un délicieux gâteau à la confiture de fraise et au miel dont elle avait le secret. Un des meilleurs atouts de cet as de la pâtisserie.

« C'est la moindre des choses, » disait-elle « après tout, ce n'est pas tout les jours que votre fils unique quitte la maison. Il faut partir le ventre plein. »

Sephiran et les autres avait l'habitude des petites attentions de cette femme adorable, aussi le dessert surprise était-il attendu. Son père, Num et lui étaient friands des pâtisseries de Marie, ils les dévoraient toujours en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. Maxence commençait à prendre du ventre, d'ailleurs.

« Tu es sûr que tu ne veux pas que ton père t'accompagne, mon chéri ? » demanda Marie.

« Madame ! On avait convenu que ce serait mon rôle... » intervient une voix.

C'était Anna, la dernière petite amie de Sephiran. Une jeune fille blonde aux cheveux courts, les yeux d'un brun tirant sur le noir très pénétrant. Elle aurait pu être très belle si le reste de son corps n'était pas si banal et son nez si gros. Mais elle convenait amplement à Sephiran, pour l'usage qu'il en faisait, à savoir lui tenir compagnie quelques temps ne demandait aucune intelligence ou beauté particulière. Anna était un minimum cultivée, beaucoup moins cependant que le mage. Le fait qu'il en soit un avait été son plus grand atout de charme avec elle. Elle se donnait des airs plus intelligents qu'elle ne l'était en réalité, ce qui agaçait beaucoup Num.

Num était dépité du départ de son neveu, même si cela était prévu depuis dix ans et qu'ils avaient tous remués ciel et terre pour préparer ce voyage, cela lui faisait quand même un choc. Il aurait aimé au moins venir avec Sephiran jusqu'à la sortie de Lleya, voir un peu plus loin, ne comprenait pas pourquoi cette tâche revenait à Anna qui était entré dans sa vie seulement quelques semaines plus tôt. Num avait toujours jalousé l'attention que Sephiran portait à ses petites amies, lui son oncle avait fait tellement plus pour lui. Lui apprendre les rudiments de la magie blanche, le maniement de base de l'épée, les cours, fabriquer sa tenue, le gâter quand il était petit, boire avec lui, le sortir de ses dettes. Alors il buvait. Un petit tonneau de vin était posé sur la table et se vidait à flot, Num remplissant régulièrement son verre. Anna, elle, entreprenait de faire faire un sevrage à son homme, qui n'osait pas enfreindre les règles devant elle, même si il savait qu'il ne s'y soumettait que par bonne volonté on ne peut plus éphémère. En fait, Num était ivre si souvent ces derniers temps que Sephiran aurait plus vite fait de compter les jours où il ne l'était pas que ceux où il l'était. Là, cela commençait à venir. De mauvais poil, il dit à Anna :


« Toi, la fille, il se fout pas mal de toi Sephiran... quand il en aura trouvé une plus jolie... ahah... »

Anna manqua de s'étouffer avec son gâteau, toussa en mettant la main devant sa bouche comme une fille bien élevée. Marie paraissait déçue par l'attitude de Num, même si elle y était habituée. En même temps, elle ne pouvait pas nier qu'il y avait une part de vérité dans ses dires. Sephiran était gêné, c'était la première fois qu'il avait à répondre de son comportement envers les femmes devant la dite femelle et toute sa famille, d'habitude, il s'arrangeait pour que cela n'arrive pas mais là, il avait du faire une exception pour fêter son départ.

« Mon frère... tu va gâcher la fête de ton neveu, est-ce vraiment ce que tu veux ? » sermonna Maxence.

« Non, bien sûr que non... désolé... je ne sais pas ce qui m'a pris, l'alcool sûrement. »

« Sephiran, ce n'est pas vrai n'est-ce pas ? »
demanda Anna.

« Mais non... » s'excusa il.

Quelque chose clochait, il souriait. Cela signifiait qu'il y avait une part d'ironie dans sa réponse, personne ne le souligna cependant. Sephiran aimait bien Anna, mais il n'en était pas amoureux, comme il se le répétait, il ne restait avec elle que pour ne pas être seul. C'était plus un flirt qu'autre chose, il ne se passait et ne se passerait probablement jamais rien de sérieux entre eux. D'ailleurs, le mage aurait trouvé particulièrement déplacé qu'elle lui fasse ne scène de ménage pour si peu.

Le reste du repas se déroula dans une ambiance moins joyeuse, mais sans autre débordement. A un moment, Num imita un chien pour faire rire les autres, mais seul son neveu eu le sourire. Anna murmura qu'il buvait trop et sans doute Marie partageait elle son avis, quant à Maxence et Sephiran, ils auraient été mal placés pour critiquer Num.


« Laisse, je vais ramasser la table, maman. »

« Non mon chéri, je m'occupe de tout »

« Bon d'accord... » fit-il à contrecœur « la dernière fois que j'ai débarrassé était donc hier soir, dorénavant je ne mangerais sans doute plus qu'à l'auberge et de mes provisions... »

Le garçon disait vrai, avec la petite fortune qu'il avait accumulé, c'était tout à fait possible. Pendant que sa mère faisait la besogne, impatient, il claquait des doigts en provoquant de petites étincelles magiques. Il fit un commentaire sur la fait qu'il avait trouvé le dessert délicieux que tout le monde sauf Num reprit. Marie rougit, flattée. Ce n'était pas souvent que son fils lui faisait des compliments. Anna, émerveillée devant les étincelles demanda :

« Sephiran, tu peux me faire une boule de feu ? »

« Non. Trop dangereux ici. »

« Oh ! S'il te plait, fais-le pour moi... »

*Trop gentil... je suis trop gentil.*

« Ok. »

Le mage joignit la base de ses deux mains et décrivit de petits cercles, le bruit grondant et crépitant du feu ne tarda pas à se faire entendre lorsqu'il se concentra en fermant les yeux. Marie rouspéta :

« Tu va encore cramer tes sourcils. »

Num qui avait assisté si souvent à la démonstration avait l'air de trouver cela ennuyeux, un coude sur la table la tête appuyée dans ses mains. Maxence regardait avec intérêt, mais pas autant qu'Anna qui le dévorait littéralement des yeux en tapant des mains nerveusement. Le feu brûlait dans les mains de Sephiran, devant eux un miracle ordinaire se produisait.

« Je peux toucher ?... » fit Anna.

« Non ! Malheureuse, c'est pas du faux. »

Et il décrivit un mouvement brusque pour empêcher qu'Anna ne se brûle, la boule partit contre le mur et le plancher de bois commença à s'enflammer. Une fumée âcre se dégageait de la flamme et envahissait l'endroit. Sephiran resta en plan devant la flamme, une part de lui, la mauvaise, était quelque peu fascinée. Cette part encore, lui proposait de laisser le feu prendre pour faire payer son oncle de sa réflexion désobligeante. Après tout, ce n'était plus son problème si l'endroit partait en cendre. Mais il réussit à la juguler, pas à sa famille, il ne pouvait pas faire ça à sa famille.

*Bon sang qu'est ce qui m'a pris de ne serait-ce qu'envisager cela ? Bon, magie élémentaire d'eau... hum, voyons...*


Et le jeune homme lança son sort aquatique sous les exclamations énervées de son oncle et les cris de terreur d'Anna, mais l'acte de magie ne fonctionna pas aussi bien que Sephiran le souhaitait, un petit jet d'eau seulement sortit de la paume de sa main, qui ne suffit pas à éteindre le feu. Maxence alla chercher une couverture et s'acharna sur l'incendie, grâce à sa promptitude, le pire fut évité. Sephiran souffla de soulagement. Il ne vit pas venir la gifle de sa mère. Elle lui expliqua qu'elle avait eu très peur. C'était comme l'incendie dans sa chambre quand il était petit, le plancher et la commode en garderaient les marques à vie.

« Tout ça pour impressionner une fille ! » ragea elle. « Et toi, Anna, je me retiens de ne pas te gifler aussi, tout est de ta faute ! Regardez-moi ça, mais ça aurait pu être pire sans ton père... »

La jeune fille se confondit en excuses, commença à pleurnicher. Sephiran la prit dans ses bras pour la consoler en lui murmurant à l'oreille. Ses sanglots cessèrent là où ils avaient commencés. Tout le monde put se calmer rapidement, Anna et Sephiran acceptèrent juste un verre de vin pour faire passer l'émotion. L'incident passa... Puis les hommes demandèrent aux femmes si elles pouvaient les laisser entre eux, allèrent dans le jardin fumer la pipe, Maxence offrit un délicieux tabac. Ils discutèrent de l'affaire Linda, des autres aventures qui attendaient Sephiran, de l'entraînement.

« Tu as été parfait mon fils. Je ne crois pas qu'un autre eut été plus patient que toi, pratiquement dix ans à attendre de mûrir, de grandir et d'acquérir du pouvoir avant de te lancer sur la route... Et ce malgré ton désir si puissant de partir. »

« Bien... la dernière fois, je suis parti alors que je n'étais pas prêt. Je n'ai du ma survie qu'à un caprice. Cette fois je serais mieux préparé. »

« Bien parlé. Garde toujours cet état d'esprit. »

Et Sephiran tira la dernière bouffé d'herbe de sa pipe. Il avait déjà préparé ses bagages, le sac à dos l'attendait dans l'entrée. Il alla enfiler sa toge et ses protections. Tout le monde le reconnaissait dans ce coin de la ville, attifé ainsi. C'était une petite renommée grâce à l'apparence. Sephiran embrassa tout le monde, ému, mais décidé, volontaire... ça faisait trop longtemps qu'il attendait ce moment pour ne pas le précipiter.

Il s'éloigna avec Anna en marche arrière, faisant de grands signes de la main aux trois de la famille Valle qui allaient rester là. Ils lui manqueraient bien assez tôt, mais pas maintenant. Le mage s'aidait de son bâton pour marcher, bien qu'il n'en eut nullement besoin pour l'instant, mais une longue marche l'attendait. A moins qu'il ne se décide à acheter un cheval, cela dit il avait toujours apprécié ces longues marches à pied. Quelque chose clochait cependant. Anna n'arrêtait pas de parler, puis Sephiran se rendait compte qu'il ne voulait pas d'elle à ses côtés, qu'il préférait être tranquille. Ou avec quelqu'un d'intéressant, pas elle, elle était gentille mais le mage s'était lassé d'elle. L'épisode du feu l'avait quelque peu énervé, il faut dire.


« … Et tu comprend, quand elle m'a dit ça j'ai tout de suite pensé à toi, je me suis dis que... »

« Anna... »

« Oui ? »

« J'ai changé d'avis. L'envie me dit plutôt de marcher seul, je sais que je t'avais dis que tu pourrais m'accompagner jusqu'à la sortie de la ville... »

« Ah... bon, je comprend mon chéri. Alors on ne va plus se revoir, n'est ce pas ? »

« Peut-être. Je ne peux rien te promettre. Faire le tour d'Yggdrasil c'est dangereux, je ne sais même pas si je reviendrais un jour... Cela dit, on ne sait jamais. »

Et ils se séparèrent finalement. Sephiran était seul à présent. Seul face à ce grand voyage qui n'attendait que lui. Seul face à ses ambitions, à la lumière et aux ténèbres, au danger, à l'amour et l'amitié. A la vie. Mais bien préparé.
Revenir en haut Aller en bas
 

Chez Sephiran, le grand départ [solo-terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Harmony :: CONTREES :: Midgard - Royaume des Humains :: Territoires Eivind :: Lleya :: Les Rues-