Partagez | 
 

 Tancrel Gwyliam {Humain}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ecuyer
Gwyliam Tancrelavatar

 :Peuple :
Humain - Tancrel
 :Âge du personnage :
19 ans
 :Equipement :
Une lance, une dague, un cheval, sa foi.


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Tancrel Gwyliam {Humain}    Mer 23 Juil 2014 - 22:10

En quelques questions...
Nom: Tancrel
Prénom: Gwyliam
Sexe: Masculin
Age: 19 ans (né en 483)
Taille: 1m72
Poids: 66 kilos
Peuple: Humain
Classe: Ecuyer, protégé du Noble Luccin Tancrel





... d'un peu plus près...
Description Physique détaillée:
Il n'était pas joli. Il ne se trouvait pas joli. Et les Tancrel n'encourageaient pas la vanité. Il avait ce visage trop fin. Puis ces cheveux de fille incapable de tenir en catogan sans que des mèches folles s'obstinent à encadrer son visage. Il avait ce teint trop jeune, trop pur, que les temps et les vents n'avaient pas burinés. Il avait perdu les rondeurs de l'enfance, c'était déjà ça, et ses joues creuses faisait ressortir ses pommettes saillantes. Ce n'était pas encore viril, mais ça y allait. Ce qui était viril et ce qu'il aimait bien, c'étaient ses sourcils. Faut bien aimer quelque chose et ses yeux étaient encore trop médiocres pour s'y perdre. Il aurait aimé le bleu glacier et froid du Seigneur. Ou le feu sombre du Seigneur Luccin. Les siens étaient d'ambre. Il y avait un feu en eux. Celui de l'ambition, de la fierté, de l'émerveillement et même parfois de la gaîté car il n'était pas sombre, le jeune Gwyliam. Seulement ce n'était pas ceux des Seigneurs. Aussi, il ne les aimait pas. Sa bouche rattrapait le tout, aux lèvres un peu fines et juste devant un menton qu'il qualifiait de volontaire. Et son nez. La cicatrice au travers de son nez, résultat d'un entraînement à la Lance. Sa blessure de guerre visible (il en avait d'autres cachées sous les vêtements), le caractère de son visage, le signe de son travail. Il aimait son nez.

Sa silhouette également le rendait assez perplexe. Il avait des épaules larges, un poitrail développé par les années d’entraînement, maculé de petites cicatrices en fins traits sur ses flancs, son cou, son torse, jamais son dos, un Tancrel ne frappait pas par derrière, ce serait déshonorer les Dieux. Et puis derrière, rien. Une taille fine. Qui avait jamais vu un guerrier à la taille fine. Il ressemblait à un troubadour et il détestait ça. Et puis ses jambes et ses bras. Si fins. Musclés pourtant mais de muscles longs, qui ne gonflaient pas quoi qu'il arrive, malgré les travaux de son état, malgré les entraînements. On lui disait qu'il aurait la rapidité pour compenser. Et oui, il était rapide. Mais il aurait voulu être plus. Il voulait être plus. Ne plus ressembler à un adolescent trop vite poussé. Etre un homme. Un vrai. Un Tancrel.

Ecuyer, il s'habillait de vêtements simples mais de bonne qualité. Pour voyager, une tunique non teinte fermée par un simple cordon de cuir, un pantalon de cuir également, de bonnes bottes montant à mi-mollet. Parfois, quand le froid le prenait, il avait une lourde cape de laine, marron elle aussi, fermée de cuivre. Autour du cou, un médaillon en or pendait d'une chaîne en acier. Ce n'était pas le dernier vœux de sa première famille. C'était un cadeau de Luccin en l'envoyant en mission. Une bénédiction des Dieux. Le symbole du Tancrel. Le seul bijou qu'il ait jamais voulu mettre et le seul qu'il acceptera de mettre avant d'obtenir la chaîne en or et la bague qui feront de lui un Chevalier.


Caractère du personnage:
Il était fier, le jeune Gwyliam et cette fierté était au cœur de tout. C'était elle qui menait son obstination, son désir d'aller jusqu'au bout, toujours plus loin, pour la fierté de sa Maison. C'était de cette fierté que venait ses doutes, ses peurs. Celle de déplaire aux dieux. Celle pire encore de déplaire au Seigneur. Celle de déshonorer son nom, ce nom qu'il avait attrapé par hasard et qu'il vénérait plus que tout. Il prenait toutes ces angoisses, et il les enveloppait dans sa fierté. Il cachait ses peurs dans une assurance parfois mal venue. Il était humble pourtant. Au fond. Il avait ce doute qu'il n'avait pas ce qu'on semblait voir en lui. Et il se savait maladroit. Mais il était protégé de Luccin. Et par ce patronage, il devait se montrer à la hauteur. Toujours. Il devait être sérieux et érudit. Toujours. Il devait se montré posé et calme, toujours, même quand l'incertitude faisait battre son cœur et même quand il sentait que son instinct voulait se battre, encore. Il perdait parfois, la guerre de la raison contre la jeunesse. Il devenait impulsif. D'un coup. Comme une vitre se brise, il pouvait soudain se montrer colérique, violent, ou encore jeune, effrayé et déprimé. Il n'était pas un héros. Il était un jeune homme normal qu'on voulait habiller en héros. Et par gratitude, il enfilait ces habits trop grands, faisant de son mieux pour les remplir, parfois rattrapé par son naturel. Et parfois pas.

Impulsif de nature, ce qui lui avait valu sa Grande Chance, aimant, confiant en son prochain, moins dans la vie elle-même, il avait fait de son mieux pour suivre les voies de la Famille. Il avait apprit à respecter et craindre les Dieux, malgré cette petite voix qui lui soufflait de les aimer. Il avait apprit à se battre, il avait apprit à tuer, il avait apprit à être un homme. Chaque cicatrice sur son être était une leçon. Il savait maintenant ne pas avoir pitié d'un ennemi ou d'une proie. Il savait que la miséricorde était un noble sentiment une fois la bataille terminée, pour finir un blessé ou prier auprès d'un mourant, mais que celle-ci était parfois coûteuse. Il aimait les gens. Il avait apprit à ne pas détester les détruire. Et il se trouvait au milieu de ses contradictions, entre nature et éducation, seul pour la première fois, vivant le monde, l'appréciant, trouvant du plaisir dans la vue d'une jolie fille, et de la honte de ce plaisir même, à devoir apprendre qui il était, dans ce voyage qui devait, au bout du chemin, le lui dévoiler.


Équipement:
Si Gwyliam n'a pas d'argent, son équipement lui a été fourni, à son départ, par Luccin Tancrel. Il se comporte :
    – Un hongre alezan d'une dizaine d'année qui se nomme  Cadwaladr ce qui signifie « le premier au combat ». Son poil sombre aux reflets roux s'éclaircit au niveau des pattes et il possède une tache blanche sur le chanfrein. C'est une bonne monture, bien dressée, sans rien d'exceptionnel, comme il y en a tant dans les écuries du Seigneur.
    Une lance neuve donnée par Luccin. Longinus est son nom. Gwyliam l'aime beaucoup mais n'oublie pas que son but ultime est de trouver et conquérir Hallebarde.
    Un poignard usagé au cas où il arriverait au corps à corps. Pfeu.
    Un pourpoint de cuir s'il se trouve dans un combat et qu'il a le temps de se changer
    Des gants en cuir pour tous les jours
    Une bourse assez remplie pour lui permettre de démarrer sa quête sans avoir tout de suite l'air d'un pouilleux.
    Une bourses de runes aux symboles des Dieux pour prier où qu'il soit avec force et humilité.


Ambitions:
Son tout premier but est celui que Luccin lui a donné. Trouver et mériter Hallebarde pour la gloire de la Maison Tancrel et accessoirement passer Chevalier. Lui veut surtout être à la hauteur de ses protecteurs et avancer dans la vie. Le reste est un peu flou pour le moment. Il est jeune.






... et par la bande !
Mère 1: Caitria Rhodan est une cuisinière dans une taverne des Terres Tancel. C'est elle qui a donné naissance à Gwyliam mais pas son nom. A l'époque jeune serveuse dans la même taverne, ses fins cheveux châtain et ses yeux clairs mais surtout sa frimousse pleine de tâches de rousseurs ont beaucoup plus à un Chevalier de Passage. L'enfant en est né et a été donné à l'adoption le plus rapidement possible. Gwyliam ne sait rien d'elle. C'est une femme banale à la destinée banale.

Père 1:Roderick Nodlaigh est un Chevalier Tancrel. Sans tache et sans reproche à part cette nuit où, succombant à la tentation, il s'est laissé convaincre de suivre une jolie serveuse dans sa chambre, puis dans son lit. Il était jeune alors. Il avait les cheveux blonds des blés, les yeux dorés et la peau tannée par le soleil. De cette unique faute, la vie naquit et son honneur à jamais bafoué, il refusa depuis le nom de Tancrel que sa loyauté et son courage lui aurait fait mériter. Gwyliam ne sait rien de lui. C'est un Chevalier valeureux qui sert son Seigneur avec la Foi du Pur et l'humilité de celui qui ne l'est plus.

Mère 2:Talulla Braeden est une femme au foyer d'une petite famille bourgeoise. Stérile, elle ne pensait pas avoir un enfant un jour jusqu'à ce que la rumeur d'un bébé mâle abandonné dans une auberge des faubourgs lui donne l'opportunité d'avoir un fils. Le plus dur fut de convaincre Sleibhin mais l'épreuve fut largement récompensé par la venue de Gwyliam, comme elle le nomma. Gwyliam Braeden dont même à présent elle est si fière même s'il ne vient pas visiter. Même s'il a changé de nom. Même s'il est devenu Tancrel. Pour cette femme d'entre deux âges à la chevelure sombre striée de gris et aux yeux pâles, Gwyliam est son fils et le restera toujours. Le seul fils qu'elle aura jamais.


Père 2: Sleibhin Braeden est aide aux cérémonies au Palais de Ville des Tancrel. C'est lui par exemple qui donne un coup de main aux adoptions et aux serments d’allégeances. Sans pour autant les faire passer, il y assiste toujours. Très heureux d'avoir adopté Gwyliam (même s'il s'était un peu fait tirer l'oreille pour ne pas qu'on dise que sa femme décide de tout) et à été à la fois très surpris,très fier et très triste lors de l'adoption de ce dernier par la Famille Tancrel. C'est un homme qui commence à accuser son âge, aux cheveux poivre et sel et aux yeux doux qui sait doser avec précision la douceur et la rigueur.


Seigneur: Vatheïs IV est le dernier père adoptif en date du garçon. Il ne s'intéresse que peu à Gwyliam mais veille à lui fournir les professeurs et les tâches adaptées. Une fois par semaine, il convoque le jeune garçon pour s'assurer qu'il ne ternit pas le nom des Tancrel. S'il est son « Père » officiel, l'adoption était une décision de Luccin, qu'il a validé mais pour laquelle il refuse de s'investir plus que ça. C'est un homme déjà très occupé.

Héros:Luccin Tancrel est le fils adoptif du Seigneur en titre, bien que cela ne fasse pas forcément de lui l'héritier potentiel. Très pieux, il a choisi le point sur le front et s'applique à propager la parole des Dieux. C'est lui qui a demandé à ce que Gwyliam soit adopté en l'entendant réciter le serment. Il voulait en faire un prêtre ou un érudit mais au vu de l'énergie et de la fascination du garçon pour les chevaliers, il a changé d'avis avec le temps. Sévère et exigeant, il reste juste et surveille de près l'éducation de ce garçon dont il est responsable. C'est lui qui lui a fourni la plupart de ses cicatrices, son éducation religieuse et l'équipement pour sa quête. Il espère que l'enfant trouvera la voie de la Raison dans son voyage et reviendra comme il se doit avec Hallebarde et un point sur le front.





Dernière édition par Gwyliam Tancrel le Ven 1 Aoû 2014 - 12:53, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ecuyer
Gwyliam Tancrelavatar

 :Peuple :
Humain - Tancrel
 :Âge du personnage :
19 ans
 :Equipement :
Une lance, une dague, un cheval, sa foi.


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Tancrel Gwyliam {Humain}    Mer 23 Juil 2014 - 22:11

Il était une fois...

Quand il était parti, il s'était senti grand et fort. Il n'avait pas fait durer les adieux et d'ailleurs, il n'y avait pas de femmes pour le voir partir, et il ne s'était pas retourné, malgré son dos qui le démangeait. Il était parti comme un homme, sur les routes de son enfance, puis celles plus étrangères de la région d'à côté, jusqu'à ce qu'il ne reconnaisse plus rien. C'était là qu'il s'était retourné. Dans la semi-pénombre du crépuscule, sa monture fatiguée entre les jambes était la seule chose qui le raccrochait à son coin de terre natale. Il repensa au chemin parcouru depuis sa naissance jusqu'à ce jour. Et puis il monta le camp, parce qu'il y avait mieux à faire.

C'est à cheval que les pensées le reprirent. Là haut, il n'y avait rien à faire, vraiment. Il discutait avec les paysans et les voyageurs quand il en rencontrait, leur demandait l'état de la route, s'il y avait des brigands en chemin, si les cols étaient ouverts. Les montagnes de Mimir avaient leur beauté sauvage et les fragrances lui montaient à la tête. Il ne se faisait pas de soucis. Il avait toujours eu de la chance. De sa naissance dans une taverne en passant par ses différentes adoptions jusqu'à arriver là où il en était, un Tancrel, bientôt chevalier, si les Dieux le voulaient. Il n'était né de personne, vraiment. De ce qu'on lui avait raconté, c'était une serveuse qui l'avait trouvé dans une chambre qu'elle refaisait et avait fait passer le mot. On disait qu'il était le fils d'un Chevalier. Ou d'une noble. Ou de deux paysans qui en avaient déjà quinze. Il préférait bien-sûr la première hypothèse, même si, sincèrement, il était juste heureux d'être ce qu'il était. Maintenant, c'était lui le Chevalier. Ou presque.

Il fit halte à la grotte Leia pour déjeuner. Bientôt, il quitterait ses montagnes et les terres de ceux qui l'avaient élevé, dans tous les sens du terme. Bientôt, il quitterait l'enfance pour l'âge adulte. Il se demanda si ses premiers vrais parents seraient fiers de lui. Il le pensait. Il n'avait pas tellement de souvenirs d'eux. Il se rappelait de voix douces et de visages souriants. De jouets et bien entendu des cérémonies auxquelles il assistait, caché derrière une tenture, par la faveur de son premier père, assistant des cérémonies. Et des mots bien-sûr. A mi voix, perché sur les montagnes dans l'ombre desquelles il avait grandit, il se répéta ces mots de pouvoir qui avaient changé sa vie. Il rangea son bivouac et repartit sur les chemins. Il voulait atteindre le plateau de Danah avant la tombée de la nuit. Il camperait avant la forêt, déjeunerait au Sanglier rôti et pourrait camper aux environs du sanctuaire de Mannheim. On lui avait parlé d'une autre taverne dans le coin mais il avait oublié son nom.

Il ne pouvait penser longtemps à ses premiers parents adoptifs sans passer aux seconds. A Luccin, bien qu'ils soient frères sur le papier. Au Seigneur Tancrel. A cette irrésistible impulsion qui l'avait saisi, quand il avait six ans, et qui l'avait poussé à sortir de sa cachette, se planter devant le Seigneur avec cette impudence que l'on a enfant et que l'on perd après, et à réciter d'une traite le long serment de fidélité. C'était une chaleur dans son cœur, il s'en souvenait. Et une incommensurable fierté de le faire sans se tromper, malgré les mots difficiles et parfois inconnus. La stupeur des adultes renforçait ce sentiment. Il bombait le torse, heureux. Inconscient qu'il venait de jouer son destin sur un coup de dé. Les Dieux sont parfois joueurs.

C'était Luccin qui l'avait vu. C'était Luccin qui avait convaincu le Seigneur de le prendre, peut-être en souvenir de sa propre adoption, peut-être pour autre chose, on ne pose pas de questions quand on a six ans. Il se souvenait avoir pleuré sa mère le soir des premiers jours, mais avoir adoré tout de suite tout ce qu'on lui donnait soudain. Sa chambre était plus petite, certes. Plus spartiate aussi. Mais il avait des professeurs. Des adultes qui apprenaient des choses et le laissaient poser des questions. On lui donnait des choses à faire. On lui apprenait à courir dans les pattes des chevaux. A aller plus loin que ses limites. Et il adorait ça. Chaque cours était un jeu. Et chaque jour, Luccin venait, l'interrogeait sur sa journée. Le félicitait quand il faisait bien. Le traitait avec froideur quand il faisait mal. Et chaque jour, il aimait un peu plus le tout jeune homme austère qui s'occupait de lui.

Le paysage accidenté changeait comme les années étaient passées sur lui. Les rocs et les cols laissaient la place à une faune plus présente, cachée dans une flore qui commençait aussi à pointer le bout de son nez. Il avait changé sous l'égide de ses nouveaux parents. Son intelligence s'était révélée mais également son peu de goût pour les questions théologique. Il aimait être dehors. S'occuper des chevaux du Seigneur. De son armure. Se rendre utile de mille et une façons, pour le plaisir de voir Luccin trouver chaque chose là où il voulait les trouver. On avait enterré le projet d'en faire un prêtre pour le moment, ce qui avait déçu le chevalier. Les Dieux avaient plus d'un chemin pour arriver à leurs fins avait-il dit à l'occasion. Et Gwyliam devint page. Et il devint écuyer. Et si ses matinées étaient toujours réservées à l'étude et au culte de Mimir, ses après-midi devenaient plus sauvages. Luccin lui apprit les armes. L'endurance. La discipline du corps et celle de l'esprit du corps qui est différent de l'esprit de la connaissance. Il était homme maintenant, Luccin. Toujours grave et chaque jour plus occupé que la veille mais l'enfant avait agrandit son univers. Il avait le Maître d'Arme. Il savait courir seul pendant des heures pour travailler ses muscles, sa respiration, et se dépasser chaque jour. Luccin était devenu un modèle. Et Gwyliam deviendrait Chevalier.

Le plateau s'étendait devant lui, proche de la forêt qui serait sa seconde halte. Il avait quitté les Terres Tancrel. Il avait quitté le cocon. Il ouvrait les ailes. Devant lui, l'inconnu. Sa Quête. Laquelle, pour être franc, il ne savait pas du tout par où commencer. C'était ça être adulte. C'était se débrouiller seul. Faire des choix. Et revenir victorieux. Pour son adoubement. Pour que Luccin soit fier de lui. Devant le feu, à la lumière des étoiles, il déplia sa carte grossière qu'il avait recopiée avant de partir. C'était décidé. Pour commencer son voyage, il irait à Mannheim, au centre de Midgard.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Maaravatar


MessageSujet: Re: Tancrel Gwyliam {Humain}    Ven 1 Aoû 2014 - 15:57

Eh bien, en voilà une fiche qu'elle est belle !

Te voilà validé jeune Ecuyer, bon jeu !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tancrel Gwyliam {Humain}    

Revenir en haut Aller en bas
 

Tancrel Gwyliam {Humain}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Harmony :: REGISTRES :: Fiche de Personnage :: • Fiches Validées-