Partagez | 
 

 Vitdröm Mänen {Créature} - terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Créature
Mänen Vitdrömavatar

 :Peuple :
Créature
 :Âge du personnage :
19 ans
 :Equipement :
des bricoles et de la volonté


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Vitdröm Mänen {Créature} - terminée   Lun 4 Aoû 2014 - 14:41



Etiquetée

    - Nom: Vitdröm
    - Prénom: Mänen
    - Sexe: Féminin
    - Age: 19 ans
    - Taille: 1,57m
    - Poids: 49 kg

    - Peuple: Créatures
    - Classe: Chimère



Physique - Yeux de biche et peau constellée

Plutôt petite, plutôt fine, Mänen se distingue par une fluidité dans sa démarche, par une souplesse héritée de son éducation gitane. D'ailleurs, gitane, elle l'est restée au fond. Sa peau de miel en témoigne, bien qu'elle soit depuis sa transformation en chimère parsemée, en plus de ses grains de beauté, de tâches blanches comme celles des daims et biches qui hantent les forêts. À son grand soulagement, cependant, ces marques de disgrâce ont le bon goût de ne pas s'aventurer plus loin que sur ses épaules et son échine. On ne peut pas en dire autant de toutes les greffes des vampires... Au beau milieu de son visage dont les joyaux étaient autrefois ses iris noisette, une expérience a mal pris et laissé une esquisse de truffe, qui ponctue de noir le bout de son nez, dépare ses traits, détourne l'attention de ses lèvres pleines. Plus haut, au sommet de l'ovale doux de son visage, des bois jaillissent de sa cascade de cheveux bruns, arrogants, impossibles à dissimuler. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé. De temps à autre, sur une impulsion, elle crée des coiffures folles, des bandeaux, des couronnes de bric et de broc pour tenter de noyer dans la masse les appendices rugueux. Rien à faire. L'effet, systématiquement, demeure bizarre.

De son peuple d'origine, la chimère a conservé un amour pour les vêtements fluides, légers et pratiques. Faute de moyens et de relations avec les marchands, cependant, elle fait comme elle peut et arbore plus d'étoffes de seconde mains que de tissus exotiques de son enfance. Elle a tout de même réussi à troquer des onguents et baumes contre une paire de bottes solides et a acquis auprès d'un ondin une jolie ceinture composée de multiples poches et sacoches. Enfin, elle porte autour du cou une perle sur un cordon de cuir. Trouvée en cherchant des fruits de mer, Mänen n'a pas pu se résoudre à la céder - parce qu'au fond, elle veut être gitane, et que pour ça elle a besoin d'un bijou.

Psychique - Une bête prise au piège des amateurs de beauté

Mänen a cet espoir paradoxalement désespéré d'animal chassé et acculé - celui de ne pas être brisée définitivement. Elle a vu, dans son enfance, de ces tasses aux émaux riches fracassées. Elle avait un cousin qui n'aimait rien tant que rassembler ces éclats pour les réassembler. Mais pas avec de l'argile, non - avec un filet de métal précieux en guise de mortier. "Regarde, Mänen. On peut sublimer ce que les terrestres jugent être un rebut." Alors quand elle perd espoir, quand elle croise son reflet défiguré, la chimère se répète inlassablement ces mots. Parce qu'elle veut vivre. Parce qu'elle veut cautériser ses terreurs sous des éclats de splendeur.

Profondément attachée à un passé qu'elle sait révolu, elle a du mal à aller de l'avant. Elle reste fidèle aux valeurs de voyage aquatique de son peuple, à leur attention portée aux herbes et aux bijoux. Elle confectionne des colifichets de bois et d'ivoire et hante les rives des cours d'eau. Elle reforge avec ces grigris un peu de son assurance passée, assez pour se prendre à espérer pouvoir repartir à l'aventure - sauf que reste le problème des gens et de ce qu'elle est devenue. Mänen aime les gens, majoritairement. Mais leur ferveur à sa vue ne fait jamais que retourner le couteau dans une plaie mal cicatrisée.

Puis le problème, c'est bien elle. La chimère abhorre ses bois pour tout ce qu'ils symbolisent, tout ce qu'ils lui rappellent. Elle déteste les cauchemars ramenés de l'antre des vampires, la faiblesse qui est devenue sienne, son souffle qui la trahit au moindre reflet rubis dans un regard. Elle se soigne, cela dit. Elle espère être bien partie pour gagner ce combat contre elle-même - pour redevenir la fille aimante et aventureuse qu'elle était, pour ressortir grandie de cette épreuve. Pour aimer et s'aimer à nouveau. Mais elle couperait bien ses bois quand même - juste un instant, pour croire que tout puisse redevenir normal.


Armée pour la vie... ou pas

- Équipement:
. une perle au cou, sur un ruban de cuir
. une ceinture un peu usée aux poches multiples remplies des trésors qu'elle trouve : bouts de plantes ou de corail, fleurs, bouts de bois gravés ou à graver, des plumes, des crins et même quelques piécettes
. une dague, récompense pour ses soins à un voyageur blessé
. quelques vêtements de médiocre qualité, dont une bonne paire de bottes
. des grigris de bois, d'os ou d'ivoire, sculptés dans ses périodes de cauchemar, des talismans sans pouvoir

- Ambitions:
Mänen voudrait naviguer à nouveau sans se sentir déplacée, pouvoir fréquenter les gens sans regard sur ses greffes, dormir sans cauchemars. Elle aimerait retrouver les siens, leur assurer qu'elle ne les a pas abandonnés, les rassurer.
Ne plus jamais voir un vampire de sa vie, à défaut, ferait l'affaire.

Famille au fil de l'eau

- Mère - Svana Vitdröm :
Belle et rieuse, Svana est une aventurière tendre avec ses proches et à la langue acérée envers quiconque l'irrite. Elle a légué à sa fille les ondulations et les reflets riches de sa chevelure. Depuis l'enlèvement de Mänen, elle continue à parcourir le monde, entre deuil et certitude que sa fille, sa perle de lune, saura affronter l'univers et, peut-être, un jour, lui revenir.
- Père - Edrÿs Vitdröm:
Edrÿs a fait la cour à Svana pendant des années, l'a couverte de fleurs rares, de présents, l'a épousée finalement. Herboriste de talent, il tente de se convaincre que Mänen est partie à l'aventure sur un coup de foudre sans réellement y croire.
- Frère - Loëdre : Né sur le tard, Loëdre, du haut de ses 9 ans, est un baume au coeur de ses parents et un garçon plein de vie, devenu coeur de la famille depuis que sa soeur a disparu. Malgré toute leur bonne volonté, ses parents ont tendance à un peu le couver.


Crédits

- Illustration(s): Image by Cyroh, couleur by Deryn
- Citation de la partie "psychisme" : Eluard


Dernière édition par Mänen Vitdröm le Lun 4 Aoû 2014 - 18:57, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Créature
Mänen Vitdrömavatar

 :Peuple :
Créature
 :Âge du personnage :
19 ans
 :Equipement :
des bricoles et de la volonté


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Vitdröm Mänen {Créature} - terminée   Lun 4 Aoû 2014 - 14:43


Histoire - Condamnée à la Terre

Elle était née fille de l'eau. Les fleuves, les rivières et les mers n'avaient pas de secret pour elle. Elle se riait des terrestres qui tentaient de l'avertir - qui répétaient que la mer était jalouse, que l'océan était possessif, le fleuve traître. Mensonges. Mensonges apeurés de piétons aveuglés. L'eau était douce et nourricière, aventureuse et mystérieuse. L'eau était fluide comme les voilages qui dansaient dans son sillage et nimbaient sa silhouette d'arabesques éphémères.

Elle était née avec l'une des lunes, aussi, celle que l'on voyait par la fenêtre de la péniche familiale émerger de l'océan. C'était de là qu'était venu son nom, son nom qui signifiait lune et qui la faisait rire, dévoilant le croissant blanc de ses dents. Elle le trouvait joliment absurde, son nom, apposé à sa peau d'or de gitane et à sa crinière brune. Il y avait tant de noms qui auraient mieux correspondu - Ambre, Ebène, Solaire... Et parce qu'ils auraient mieux cadré avec la réalité, ils en auraient été d'autant plus fades. Alors elle arborait le sien comme un sourire perpétuel, avec ses étoffes légères, ses pieds nus et ses rubans - et comme elle arborerait plus tard sa maîtrise des plantes et ses bijoux. Il fallait juste attendre de trouver son premier trésor ou d'enfin découvrir des fleurs qui donneraient des gemmes comme les huîtres des perles - et dire que les terrestres osaient comparer la mer à une mégère.

D'ailleurs, c'était de la terre qu'était venue sa perdition. Et quelle visage elle avait, sa perdition - des traits sublimes comme un cauchemar et un sourire à vous damner. Elle lui avait rendu son sourire, alors qu'elle était au marché pour s'offrir une écharpe pour un voyage, et c'était la seule invitation dont il ait eu besoin. Elle avait senti un regard entre ses omoplates toute la journée, un que la foule du marché ne pouvait s'attribuer, perçant et obstiné. Elle avait tenté de le noyer dans les rires et les danses, dans les jeux de troc et de tractation. Elle l'avait presque oublié quand elle pris le chemin du retour. Jusqu'à ce qu'un bras s'enroule autour de sa taille, de sa gorge. On l'avait emmenée. On l'avait enfermée. On ne l'avait pas blessée. On ne l'avait pas heurtée. On l'avait traitée en oiseau fragile, on avait étouffé ses rébellions et ses cris comme on épingle un papillon - méticuleusement, avec une forme de tendresse sadique, de soin cruel. Elle avait agoni d'insultes les yeux rubis qui passaient, leur avait promis sa malédiction éternelle. Elle avait gratté à la porte et tiré sur les barreaux. Elle avait prié.

Ils étaient venus avec le silence - quand sa voix s'était éteinte, à court de malédictions et de prières, à court de voix mais pas de volonté. Elle pouvait lire le rire dans leurs iris. Elle avait rué à défaut de pouvoir crier, quand ils l'avaient emmenée au travers des couloirs, des geôles et des donjons. Elle avait rué et lutté en vain. Alors elle avait ravalé ses larmes, pour ne pas leur donner cette victoire. Du moins au début. Elle n'était pas certaine pour après - pour le désert de douleur aride qui avait suivi, pour la profanation de son être exposé aux scalpels acérés et aux regards plus tranchants encore. L'odeur du sang, de son sang, l'avait suffoquée. Les reflets de grenat des regards l'avaient pétrifiée. Les conversation qui passaient au-dessus d'elle, malgré tout, l'avaient indignée. Quelque chose à propos d'yeux de biche qui avaient tué la précédente. Quelque chose à propos de tâches blanches sur l'or de sa peau. Est-ce que ça irait avec son teint ? Est-ce que ça irait avec ses bois ? Et encore et toujours des lames froides et des mains plus froides encore incisaient son être dans des rivières de sang et des lacs de sanglots. Elle se serait damnée pour mourir au bord de l'eau - ou juste pour se rappeler la couleur du ciel.

Les mains froides l'avaient finalement abandonnée, dans un coin de forêt. Doublement nue - sans vêtements à part la brume et la rosée, sans humanité autre que celle qui lui restait, amputée, diminuée. Elle était restée prostrée, le nez dans l'herbe, sans parvenir à y croire. C'était lumineux ; ça sentait l'extérieur ; ça sentait la vie d'avant. Elle avait titubé jusqu'au murmure du ruisseau pour y noyer ses traumatismes. C'est en se penchant pour boire qu'elle avait croisé son reflet - son reflet avec ses cornes, ses tâches blanches, son museau. Elle en aurait pleuré mais elle était tombé à court de sanglots dans les donjons. Alors elle avait fui. Vite, vite et loin. Elle ne voulait plus jamais les voir, eux, leurs yeux de rubis et le reflet qu'ils lui avaient donné. Elle avait couru jusqu'à ce que ses poumons soient en feu puis marché jusqu'à ce que ses muscles crient merci. Elle avait dormi jusqu'à ce que l'épuisement ne parvienne plus à tenir à distance les cauchemars. Elle était repartie.

Quelque part dans sa fuite effrénée, elle avait glané ici et là une pièce de vêtement - une tunique laissée à sécher sans surveillance, des sandales abandonnées à cause d'une lanière brisée, raccommodées par ses soins. Un chasseur, trompé par ses bois, peut-être, l'avait aperçue alors qu'elle cherchait le fleuve, où elle pourrait trouver les siens. De sa stupeur émerveillée, elle n'avait gardé que l'impression d'être un monstre. Chimère. Le mot lui collait à la peau. Le plus gros choc, cependant, ç'avait été de découvrir que son pied si sûr sur les ponts des navires s'était émoussé. Il avait suffit d'un radeau, d'une traversée d'un fleuve - et elle avait saisi sans un mot qu'ils avaient fait d'elle, gitane et fille de l'eau, un animal terrestre.
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Maaravatar


MessageSujet: Re: Vitdröm Mänen {Créature} - terminée   Lun 4 Aoû 2014 - 21:11

Très belle fiche comme toujours, et un personnage tout fendillé qu'on a envie de recoller à coups de câlins.

Je te valide de ce pas, et bon jeu sur Yggdrasil !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Vitdröm Mänen {Créature} - terminée   

Revenir en haut Aller en bas
 

Vitdröm Mänen {Créature} - terminée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Harmony :: REGISTRES :: Fiche de Personnage :: • Fiches Validées-