Partagez | 
 

 Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elfe
Dyrlian Eslinavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
97 ans
 :Equipement :
Une dague, un brin d'amour-propre et une pointe d'humour piquant


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Sam 27 Nov 2010 - 1:22

"Dieux, mais c'est pas vrai ! Mais comment est-ce que j'ai fait pour me paumer comme ça ?!"

La fatigue due au voyage, les nombreuses intempéries essuyées lors des quatre-vingts kilomètre de marche, me rendaient assez vulgaire. D'autant que le pire là-dedans, ce n'était pas que je m'étais perdu (et encore : allez confondre le nord et le sud, et on verra si ce n'est pas grave), mais je ressentais un profon dégoût pulser dans mes veines dès l'instant où j'avais pris conscience de ma destination...
J'étais arrivé, après quelques jours où même la pluie, le vent et le froid ne m'avaient pas détourné de mon objectif, j'étais arrivé, disais-je, à Argos. Et encore, Argos en elle-même m'était inconnu ; non, ce qui causait vraiment mon dégout, c'était de savoir qu'Argos est à l'est de la forêt d'Aranwë. En plein Midgard, en plein pays humain...

J'étais alors dans une immense colère contre moi-même. Il allait vraiment falloir que je révise mes points cardinaux et que je revoie comment me repérer dans la nature. Je poussai alors un soupir rempli de désespoir, de dégoût et de haine. De désespoir envers moi-même ; de dégoût et de haine contre cette humanité pervertie...
Car je ne voyais pas en chaque homme et chaque femme de Midgard un être vivant, non, loin de là. Chaque être humain n'était pour moi qu'un frère, une soeur, un père, une mère, un fils, une fille, que sais-je encore !, de ces cinq salo... sales assassins responsable de mon malheur et de ma vie passée sur les routes.

Je me décidai, après bien des minutes à peser le pour et le contre, à rentrer enfin dans cette ville. Argos n'était peut-être pas mon objectif premier, en effet, mais il ne faudrait pas oublier de refaire le plein pour la route. D'un pas assez vif, les mains dans les poches, j'entendais sautiller dans ma bourse quelques piécettes, maigre fortune pour pouvoir m'octroyer de quoi vivre en ville. Mais je ne m'en formalisai pas : d'ici demain, au plus tard dans deux ou trois jours, j'aurais repris ma route, et soit je m'enfoncerais encore plus profondément en pays humain, soit je rebrousserais chemin pour retourner dans ma patrie. En attendant, essayons de profiter un maximum de mon petit séjour dans la ville portuaire.

Essayant de me détendre un peu, j'avançai pourtant d'un pas rageur dans la cité. Les rares personnes dont je croisais le regard s'éloignaient aussitôt, sûrement surprises et peut-être même choquées de voir un elfe parmi eux... Je ne m'en formalisai pas, et me remis encore à me parler à moi-même. Cela arrivait très souvent ces temps-ci. Trop à mon goût...

"Mais qu'est-ce que je fais ici ? Je suis sûr que je vais passer un jour sans histoires dans cette ville, et que je vais repartir la haine au ventre, parce que ces humains auront encore ravivé en moi ces peines douloureurses... Franchement, qu'est-ce qui pourrait m'arriver ici ?"


Dernière édition par Dyrlian Eslin le Ven 31 Déc 2010 - 0:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-heavenghost.forumgratuit.org/
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Dim 28 Nov 2010 - 16:48



Laëla tourna dans une ruelle. Son pied se posa sur un déchet qu’avait laissé tomber un habitant négligeant et la jeune femme dérapa. Ses genoux heurtèrent le sol. Laëla jura et porta à nouveau sa main à son épaule ensanglantée. La blessure était bénigne, mais tout de même douloureuse. Toutefois, la sensation était douce comparée à ses poumons qui brûlaient. Elle avait couru, zigzagué dans Argos tellement de temps qu’elle était à bout. Ses jambes demandaient grâce. Pourvu qu’au moins elle ait semé ses poursuivants.

Pourquoi diable avait-il fallu que Jared franchisse la limite ? Pourquoi lui avait-il demandé ce qu’elle ne pourrait jamais faire ? Toute son âme avait crié non et la ninja n’avait plus eu le choix : courir.

Elle se releva et fonça.
--------
Laëla avait quitté Ylero sur une brève accolade tout en le remerciant de sa gentillesse. Elle avait réalisé qu’il lui manquerait peut-être un peu, ce jeune homme à l’air malicieux. Voguer sur la mer lui manquerait aussi, mais le devoir l’attendait. Son sac à dos sur les épaules, elle avait quitté le port pour aller retrouver Jared.

Cette fois-ci, elle n’avait fait nul détour, souhaitant s’acquitter rapidement de sa tâche. Elle connaissait le trajet qui menait à son patron et, par automatisme, ses pas l’avaient guidée dans les ruelles sales et lugubres. Elle avait croisé quelques personnes dont une en particulier qui avait tout d’un pirate, avec sa bouteille d’alcool en main, sa démarche chancelante et la comptine de marin qu’il fredonnait. La jeune femme avait pris soin de ne pas le regarder pour ne pas attirer son attention. Elle ne voulait pas d’ennui, aujourd’hui, pas d’altercation indésirée dont elle avait le don, à ses heures. En toute quiétude, elle s’était rendue au bar qui abritait les criminels.

Les événements survenus chez Jared étaient confus. Tout semblait s’être déroulé en même temps et la totale confusion qui régnait dans la pièce à ce moment s’était répandue jusque dans l’esprit de Laëla, incapable de raconter les événements avec logique. Elle était arrivée et avait donné sa lettre à Jared. Elle se souvenait de son visage noir durant la lecture, puis du sourire qu’il avait eu en la regardant.

Toi, Laëla, avec ta pseudo formation de ninja... Tu peux nous faire ça. Sur ton chemin de retour, tu peux t’arrêter un instant pour tuer un indésirable.

La panique. Elle avait protesté, il avait insisté. Elle se rappelait son poing qui atterrissait dans le visage de Jared qui grimaçait de douleur, puis des hommes qui lui avaient sauté dessus. Une bagarre confuse avait suivi et Laëla ne se souvenait que de la lame du couteau qui s’enfonçait dans son épaule. Ensuite, elle avait fui. Avait-elle passé dans le bar en courant devant tous les habitués ? Sûrement. Elle ne se rappelait plus trop. L’important demeurait que depuis, elle n’avait cessé de courir.
--------
Elle ne pouvait pas être certaine, mais elle croyait avoir semé les hommes. En atterrissant dans une nouvelle ruelle, elle se laissa choir par terre pour retrouver ses esprits. Alors qu’elle se croyait seule, elle releva la tête et se figea. Un jeune homme la regardait. Un elfe...



Dernière édition par Laëla Helderwin le Dim 5 Déc 2010 - 16:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elfe
Dyrlian Eslinavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
97 ans
 :Equipement :
Une dague, un brin d'amour-propre et une pointe d'humour piquant


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Lun 29 Nov 2010 - 0:00

Je déprimai. Fortement d'ailleurs...
Non content de m'être trompé de direction primaire, d'être descendu vers Argos au lieu de faire route vers la capitale de ma contrée, je m'étais perdu dans les ruelles de la ville humaine. Zut, zut, zut et re-zut !
Je donnais un coup de pied dans un des rares déchets laissé là, au sol, par un individu qui se moquait bien du fait que cela polluait la nature. Les humains étaient-ils donc tous les mêmes ? Ne voyaient-ils que dans leur planète une source de revenus bonne à être extraite ? Je pense que jamais je n'aurais la réponse... D'ailleurs, je ne préfère pas l'avoir. Les raisons des humains ne m'intéressent pas. D'ailleurs, les humains ne m'intéressent pas...

Quelque chose allait me faire changer d'avis. Je vis arriver au pas de course une jeune fille. Humaine, bien sûr - pourquoi aurait-je vu un des miens à Argos ? -, et celle-ci était essouflée. Elle avait du courir de nombreuses minutes pour manquer d'air à ce point. Elle semblait sur le point de s'évanouir, et elle s'affaisa par terre, en plein milieu de la rue. Une partie de mon cerveau me dit : "Bien fait pour elle ! C'est une humaine ne l'oublie pas : le fait même qu'elle existe donne une justification à cette fatigue. Sa naissance est une erreur, comme celle de tous les humains, alors elle mérite de soufrir...". Mais l'autre partie m'apporta un autre raisonnement : "Et si tu tendais pour une fois la main à ton prochain humain ? Vos deux races se détestent depuis les temps immémoriaux, mais pourquoi donc cette haine continue de nos jours ? Parce que vous restez campés sur vos anciennes croyances. Alors fais le premier pas et va la voir !". La guerre fut longue en mon for intérieur, car de nombreux arguments défendaient chaque cause. Finalement, j'y tranchai court en me postant devant la jeune humaine. C'était la deuxième que je voyais de mes propres yeux. Je lui donnais une petite vingtaine d'années, soit dans les quatre-vingts ans quatre-vingt-dix ans pour les gens de ma race. J'étais donc son aîné, quelque soit le peuple. Je la dévisageai : grande, pour une femme j'entends, cheveux blonds, yeux bleus, vêtements légers... Mon regard s'arrêta un petit moment sur les deux oreilles rondes que je trouvai quelque peu étrange avec cette coupe non-pointue.

Je fis par réflexe un geste que je ne pensais jamais faire en face d'une humaine : je fis un petit signe d'acquiessement, pour la saluer. Je ne m'en rendis compte que trop tard. Je dus donc donner suite à mon geste, et décidai de me présenter. Je n'étais pas en face de cette "Abysse", qui connaissait ma langue. Une chance, mon père m'avait appris les bases du langage humain. Je fis donc passer mon identité dans un message rudimentaire mêlant parfois des mots elfques à sa langue.

"Bonjour... Je me nomme Dyrlian Eslin. Désolé de vous dévisager ainsi, mais pouvez-vous me dire en quoi une fille aussi jeune que vous fait au milieu de la rue, assise en plein milieu du passage ? Et la cause de votre essouflement ?"
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-heavenghost.forumgratuit.org/
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Mar 30 Nov 2010 - 2:29



Son air se voulait avenant. Il la regardait, avec ses yeux verts, intéressé à savoir d’où elle venait, ce qu’elle avait vécu. Laëla ne répondit pas tout de suite : pour la première fois de sa vie, elle voyait un elfe ! Tandis qu’elle reprenait son souffle, elle l’examinait de la tête aux pieds. Somme toute, il ressemblait à un humain, à l’exception de ces drôles de petites oreilles pointues. Pour le reste, avec sa chemise noire et ses longs cheveux blonds – caractéristique très elfique mais aussi humaine – il n’avait rien de spécial. Laëla se méfiait toutefois. Son enfance avait été bercée de légendes sur les elfes, ces êtres magiques qui possédaient plus de force qu’un simple humain. Fable ou réalité ? Elle ne pouvait pas se prononcer sur la chose, aussi valait-il mieux rester sur ses gardes.

Quoique, dans l’état où elle se trouvait, se méfier ne lui serait d’aucune aide. S’il décidait de lui faire du mal, elle était comme une poupée de chiffon entre ses bras. Ses membres tremblants ne lui permettraient pas de se défendre, pas plus que le couteau trop loin au fond de son sac. Le mieux restait d’essayer d’attirer sa pitié grâce à sa blessure. Et puis, si cet elfe s’était aventuré en terres humaines, il ne devait pas être si hostile que cela.

Laëla le regarda dans les yeux et lui parla du débit lent qui était le sien quand elle ne s’efforçait pas de cacher son handicap. Elle avait vu l’hésitation sur les lèvres de Dyrlian, elle avait compris qu’il ne maîtrisait pas parfaitement la langue humaine. Elle tenait à ce qu’il la comprenne bien.

- Vous n’auriez pas quelque chose pour ma blessure ?

Son souffle devenait plus régulier, maintenant qu’elle était au repos. Elle se redressa brièvement, le temps de s’adosser à un mur de l’étroite ruelle. D’une main, elle dégagea la longue coupure sur son épaule. Désireuse de répondre à l’elfe, quoique vaguement, elle le regarda d’un air dur.

- Argos est une ville dangereuse... Pour ceux qui frayent avec les mauvaises personnes, mais surtout pour ceux qui ne se méfient pas.

Revenir en haut Aller en bas
Elfe
Dyrlian Eslinavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
97 ans
 :Equipement :
Une dague, un brin d'amour-propre et une pointe d'humour piquant


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Mer 1 Déc 2010 - 0:36

Elle s'était relevée. Et en même temps, elle m'avait demandé si je pouvais l'aider. Bon, d'accord, elle ne me l'avait demandé explicitement, mais sa question n'était qu'une de ces nombreuses formulations pour faire comprendre à son entourage qu'on nécissite leur aide. Je comprenais mieux leur langue que je ne la parlais, et la conversation était donc facilité. Dans un seul sens seulement malheureusement.
Je pouvais lui parler. Essayer de parler aurait été plus exact, mais vous l'aurez compris, ma faculté de langage n'est pas des meilleures en dehors de ma langue natale. Donc, je vous ferai grâce (ou du moins j'esserai) des répétitions à ce sujet.
Une partie de mon cerveau était toujours réticente. "Laisse la !", me disait-il, "C'est une humaine, tu me comprends ? Une Humaine ! H-U-M-A-I-N-E ! SI elle est blessé, c'est son problème, pas le tien." Mais je l'ignorai encore une fois et préférait nouer des ponts avec cette race. Je lui montrai que je n'avais rien sur moi qui aurait pu l'aider à lui faire un bandage. Elle perdait toujours son sang. Je réfléchissais très rapidement. Alors, je mis ma main sous ma cape, du côté droit et, en la ressortant, je tenais ma fidèle dague. Devant son air étonné et appeuré, je souris et essayai de m'expliquer.

"Ne vous inquiétez pas pour cela ! Je ne vais pas vous tuer... Je n'ai même pas encore pris position sur le comportement que je dois adopter vis à vis de vous. Mais vous êtes blessée et je dois vous soigner."

Je m'approchai un peu plus d'elle. Je m'apperçus qu'elle était vraiment jeune. Ces traits étaient durs, mais son visgae sortait à peine de l'enfance. Je me penchais vers son épaule, qui avait l'air vraiment en sale état. Mais l'important n'était pas à l'heure actuelle de savoir d'où venait cette blessure. L'important était de la nettoyer, de la bander pour éviter les infections.

"Auriez-vous l'amabilité de m'aider à soigner votre blessure ? Si vous avez des bandes de tissu propres, cela me permettra de vous faire un bandage dans les règles de l'art..."

Je pense l'avoir déjà fait remarquer mais, d'habitude, je parle beaucoup moins, même lorsque je suis seul. Maintenant que je suis lancé, autant continuer jusqu'à ce que je n'ai plus assez de salive pour prononcer le moindre mot intelligiblement.

"Nos deux races sont parties sur le mauvais pied, vous ne trouvez pas ? Si nous apprenions à nous connaître, nos peuples seraient moins méfiants et racistes les uns envers les autres... Enfin, je m'égare, et je monopolise la parole. Vous qui savez vous exprimer dans une langue que je comprends mieux que je ne la parle, vous pouriez peut-être m'expliquer où je suis arrivé ? Vous avez dit Argos, je ne me trompe pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-heavenghost.forumgratuit.org/
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Jeu 2 Déc 2010 - 16:49



Je n'ai même pas encore pris position sur le comportement que je dois adopter vis à vis de vous.

Laëla ravala un commentaire désobligeant, trouvant la remarque déplacée. Cet elfe envisageait-il vraiment d’adopter un comportement hostile alors qu’il se trouvait en plein territoire humain ? Il devrait apprendre à faire profil bas s’il voulait rester à Argos.

"Auriez-vous l'amabilité de m'aider à soigner votre blessure ? Si vous avez des bandes de tissu propres, cela me permettra de vous faire un bandage dans les règles de l'art..."

Laëla n’avait pas de bande propre, mais elle ôta quand même son sac de ses épaules pour y fouiller. Sentir sa dague sous ses doigts la rassura. Juste au cas où. Ce Dyrlian n’avait pas l’air menaçant, mais Laëla n’était pas du genre à prendre des risques. Elle fit mine de fouiller et ne réalisa pas tout de suite que l’elfe lui parlait. Quand elle releva la tête, elle comprit qu’elle avait raté une partie du discours.

...vous exprimer dans une langue que je comprends mieux que je ne la parle, vous pouriez peut-être m'expliquer où je suis arrivé ? Vous avez dit Argos, je ne me trompe pas ?"

Un sourire amusé que Laëla ne put refouler naquit sur ses lèvres.

- Vous vous êtes perdu ? Mais où alliez-vous donc pour vous perdre jusqu’à Argos ? Enfin, oui, vous êtes sur cette ville sur le bord de l’océan, mais vous êtes encore proche de la forêt d’Aranwë.

Elle sortit un gilet de son sac pour éponger son épaule, puis elle tendit le vêtement à Dyrlian.

- En le déchirant, pouvez-vous faire quelque chose ? Si non, tant pis... Il ne faut pas s’éterniser ici, ou du moins il faudrait éviter de vous faire voir avec moi. Je préfère être honnête avec vous, je suis un gage d’ennuis.


Revenir en haut Aller en bas
Elfe
Dyrlian Eslinavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
97 ans
 :Equipement :
Une dague, un brin d'amour-propre et une pointe d'humour piquant


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Ven 3 Déc 2010 - 0:54

"Vous vous êtes perdu ? Mais où alliez-vous donc pour vous perdre jusqu’à Argos ? Enfin, oui, vous êtes sur cette ville sur le bord de l’océan, mais vous êtes encore proche de la forêt d’Aranwë."

Un sourire naissait sur ses lèvres. Cela l'amusait que je me sois perdu ? Moi, ça ne faisait pas du tout rire... J'avais un sens de l'orientation... particulier, disons... Bon d'accord, j'avais un sens de l'orientation totalement nul, voire inexistant. Enfin, grâce à cette fille, j'avais la confirmation de là où j'étais : Argos. Je n'étais peut-être pas si perdu que ça, finalement... Argos était à la frontière entre Lyzangard et Midgard. Mon détour dans la civilisation humaine ne serait donc pas trop long...
Mais pourquoi je pensais ça ? Franchement, j'avais en face de moi une jeune humaine qui avait besoin de soins urgents, je m'étais persuadé de laisser derrière moi les préjugés de plus de cinq cents ans et d'aller à la rencontre de l'autre, et voilà que mon esprit associait de nouveau le mot "humain" au mot "ennemi". Je secouait la tête pour me débarasser de cette idée détestable. Définitivement.

Pendant ce temps, la jeune fille avait sorti de son sac un gilet, et me le tendit. Je compris alors ce qu'elle voulait que j'en fasse, ses paroles qui suivirent ne firent que me le confirmer.

"En le déchirant, pouvez-vous faire quelque chose ? Si non, tant pis..."

J'allais lui répliquer que ce serait parfait, même si rien ne remplaçait des bandages prévus à cet effet. Mais elle continua sur quelque chose qui m'enleva l'envie d'ouvrir la bouche.

"Il ne faut pas s’éterniser ici, ou du moins il faudrait éviter de vous faire voir avec moi. Je préfère être honnête avec vous, je suis un gage d’ennuis."

Une source d'ennuis ? Elle ? C'était une plaisanterie ? Et puis, de toutes façons, j'avais déjà vécu bien pire pendant plusieurs années. Je ne pus m'empêcher, et les comissures de mes lèvres se relevèrent, puis j'éclatai de rire. Un rire très nerveux.

"Un gage d'ennuis, vous dites ? Si vous saviez ce que j'ai vécu durant ces seize dernières années, vous ne m'auriez même pas fait connaître ce détail... Je sais ce qu'est la fuite, et je ne vous questionnerai pas plus sur les raisons de votre fuite. Maintenant ne bougez plus, il faut que je vous bande votre épaule..."
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-heavenghost.forumgratuit.org/
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Dim 5 Déc 2010 - 17:04



Elle le regarda éclater de rire, sûr de sa « supériorité » en matière d’ennuis. Elle ne douta pas de ses propos concernant sa fuite, chacun ses problèmes, mais il avait tort de ne pas se méfier. Il n’avait pas l’air d’un guerrier et Laëla aurait misé sur les hommes de Jared si une confrontation devait advenir. Enfin, elle préféra le laisser croire qu’il ne craignait rien et elle ne releva pas, cela ne la vexait pas qu’il croit qu’elle exagérait. Elle se contenta de faire un petit sourire en coin.

- Comme vous voulez.

Elle laissa l’elfe tripoter et bander son épaule sans protester. Elle serra simplement ses dents, ravalant les bruits de douleur qui voulaient franchir ses lèvres. Dyrlian œuvra rapidement sur son épaule, avec des gestes qui laissaient croire qu’il avait déjà fait cela auparavant. Après un petit moment, jugeant qu’elle avait passé trop de temps ici, Laëla commença à regarder derrière son épaule et au dessus de celle de Dyrlian. Elle ne voyait rien, mais un criminel pouvait surgir n’importe quand au bout de la ruelle et la voir. Laëla ne voulait pas que sa course effrénée reprenne, sa condition physique ne lui permettrait pas d’aller bien loin.

Dyrlian finit enfin sa tâche et la jeune femme se releva aussitôt.

- Merci.

Le silence de mort auquel elle s’était habituée depuis toutes ces années lui pesait plus que d’habitude aujourd’hui. Un ennemi aurait pu se trouver juste au coin de la ruelle qu’elle ne pouvait pas le savoir. Elle le saurait quand il serait trop tard.

Il fallait bouger. Elle regarda l’elfe, se demandant quoi faire. Un soupir lui échappa.

- Bon... Écoutez. Il y a des hommes dangereux qui parcourent la ville à ma recherche, en ce moment. Je dois partir. Mais vous devez vous méfier, vous aussi. Ces hommes sont sûrement furieux et prêts à tabasser n’importe qui se dressant devant leur chemin. Vous avez beau avoir de l’expérience, parfois ce n’est pas suffisant. S’il ne me trouve pas, et je compte bien que ce soit le cas, ils risquent de chercher d’autres victimes pour se défouler. Meurtre, vol, viol... vous voyez le genre ? On n’est jamais trop méfiant et vous ne devriez pas vous croire à l’abri. Surtout que vous êtes un elfe... Ce n’est pas tous les humains qui vous apprécient, loin de là.

Laëla se mit en marche, passant devant Dyrlian.


HRP : N’oublie pas que Laëla est sourde, Dyrlian peut s’en rendre compte Wink, mais voilà, ne la fait pas s’arrêter si Dyr l’interpelle =P Tu peux faire venir le criminel si tu manques de « matière » pour ton post, sinon je le ferai après !
Revenir en haut Aller en bas
Elfe
Dyrlian Eslinavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
97 ans
 :Equipement :
Une dague, un brin d'amour-propre et une pointe d'humour piquant


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Lun 6 Déc 2010 - 0:53

À peine avis-je fini de panser son épaule, la jeune humaine se releva. J'ouvis la bouche pour reprendre la parole, lorsqu'elle poussa un court soupir. Je la refermai aussitôt, pour écouter ce qu'elle voulait me dire.

"Bon... Écoutez. Il y a des hommes dangereux qui parcourent la ville à ma recherche, en ce moment. Je dois partir. Mais vous devez vous méfier, vous aussi. Ces hommes sont sûrement furieux et prêts à tabasser n’importe qui se dressant devant leur chemin. Vous avez beau avoir de l’expérience, parfois ce n’est pas suffisant. S’il ne me trouve pas, et je compte bien que ce soit le cas, ils risquent de chercher d’autres victimes pour se défouler. Meurtre, vol, viol... vous voyez le genre ? On n’est jamais trop méfiant et vous ne devriez pas vous croire à l’abri. Surtout que vous êtes un elfe... Ce n’est pas tous les humains qui vous apprécient, loin de là."

Et, sur ce, sans me laisser le temps de réagir, elle partit tout droit, me passant devant sans un autre regard. Je sentis mon sang dans mes veines. Il bouillonnait. J'avais aidé cette humaine en danger, faisant fi des différences de races et de ce que mon instinct me disait, et elle, pour toute récompense, me donnait un avertissement. "Merci" était-il un mot inexistant dans la langue humaine ? Je lançai donc dans sa direction une invective d'un ton acerbe.

"Et bien ! On ne vous a jamais appris à dire merci ? Franchement, j'aurais pu vous laisser au milieu de la chaussée, et personne ne vous aurait aidé ! Ah, ça m'apprendra à vouloir aider des humains !"

Elle ne réagit pas le moins du monde. Je sentis mes oreilles siffler. Cette humaine allait apprendre ce qu'il en coûtait d'ignorer les remarques de certaines personnes. Je me mis à marcher à sa suite, continuant de lui faire des remontrances.

"Eh ! Vous m'écoutez ? Franchement, vous êtes gonflée ! La moindre des choses, c'est de dire aux gens qu'on ne veut pas leur parler ! Mais, répondez, enfin quoi ! Vous allez m'ignorer comme ça longtemps ?"

Je l'avais presque rattrapée, lorsque je vis un homme sortir d'une ruelle. Grand, élancé, vêtu sobrement, il aurait pu être un simple passant. Aurait pu, s'il ne se déplaçait pas le plus silencieusement possible avec un couteau dans la main. Je compris sa cible : c'était après la jeune fille qu'il en avait ! Mais elle ne l'avait pas vu, elle était passée avant qu'il sorte de sa cachette. Malgré la froideur avec laquelle elle m'avait quittée, je ne pus m'empêcher de bondir vers elle en hurlant.

"ATTENTION !"

Soit elle se fichait totalement de ce que je pouvais bien lui dire, soit elle ne voulait pas m'entendre, toujours est-il qu'elle fut surprise quand je finis mon saut sur elle. Je l'entraînai dans une roulade, et je ne sais pas si son épaule allait supporter ces efforts. Enfin, entre une blessure rouverte, et une mort certaine, que choisir ? Je vis le meurtrier jurer dans sa barbe inexistante, pius s'en aller. Mais je me doutais bien qu'il n'allait pas loin, juste le temps de préparer une nouvelle attaque.
Je ne fis pas état de son regard indigné, et lui saisis les bras. Les yeux dans ses yeux, je lui hurlai dessus le plus ilencieusement possible.

"Mais vous vouliez y laisser la vie ? Pourquoi n'avez-vous pas réagi à mon avertissement ? Vos êtes sourde ou quoi ?!"

Soudain, je m'en rendis compte. Si, depuis tout à l'heure, elle ne réagissait pas, c'est parce qu'elle ne m'entendait pas. Cette fille était vraiment sourde.
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-heavenghost.forumgratuit.org/
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Mar 7 Déc 2010 - 4:02



La jeune femme regarda l’elfe quelques secondes, le regard interrogateur. Qu’avait-il bien pu se passer en si peu de temps ? Les hommes de Jared, ici ? Elle voulut couper Dyrlian pour demander des détails, mais la fin de son discours lui en enleva momentanément l’envie.

Vous êtes sourde ou quoi ?

Laëla referma la bouche. Elle se mordit la lèvre, vexée. Voilà longtemps que son handicap ne la complexait plus, mais se faire dire ce genre de méchanceté, même si elle n’était pas calculée de la part de l’elfe, la blessait.

- Oui, en effet, dit-elle sans laisser paraître son trouble.

Désireuse de passer à autre chose –elle ne laissait jamais personne lui parler de son handicap- elle saisit le bras de Dyrlian et le força à venir avec lui. Il trouverait son attitude indignante, elle ne le connaissait pas mais elle pouvait le deviner, mais tant pis pour la délicatesse. Si vraiment Laëla venait d’être retrouvée, elle devait bouger. Et Dyrlian pouvait maintenant être une cible, lui aussi. Jared n’aimait pas ceux qui osaient contrarier ses plans. Laëla entraîna donc l’elfe, en regardant droit devant elle, n’en ayant rien à faire s’il lui parlait. Elle voulait juste s’éloigner. Après un moment, toutefois, elle baissa l’allure et lâcha Dyrlian qui avait fini par la suivre, comprenant sûrement qu’elle ne le lâcherait pas ou décidant qu’il était curieux de savoir le fin fond de l’histoire.

- Qu’est-ce qui s’est passé exactement ? Un homme a essayé de m’attaquer ? Si c’est le cas, je ne saurais vous remercier assez. Mais tant que vous serez avec moi, vous risquez de devenir une cible. Et même si vous me quittez... Ces hommes peuvent être rancuniers. Ce sont des... des criminels dont il faut avoir peur. Vraiment.

Elle crut distinguer un homme au coin d’une maison, qui rapidement avait regardé dans leur direction avant de se recacher. Laëla plongea la main dans son sac et en sortit son poignard dont elle cacha la lame dans sa manche.

- Vous pouvez vous défendre en cas d’attaque, je présume ?

Revenir en haut Aller en bas
Elfe
Dyrlian Eslinavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
97 ans
 :Equipement :
Une dague, un brin d'amour-propre et une pointe d'humour piquant


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Mer 8 Déc 2010 - 0:18

"Oui, en effet."

Ce fut la seule réponse que j'eu de sa part à ce sujet. Elle ne voulait pas le faire paraître, mais on entendait à la lègère varitation dans le ton de sa voix qu'elle ne voulait pas aborder le sujet. L'aurais-je vexée sans le faire exprès ? Sûrement. Mais avant que j'aille plus loin dans mes investigations, elle me prit le bras et nous nous mîmes à courir dans les ruelles de la ville. Elle m'entraînait avec une certitude dans son itinéraire époustofflante. Soit elle nous conduisait tout à fait au hasard, misant sur la chance, soit elle connaissait parfaitement les endroits non-dangereux là où l'homme ne pourrait pas nous atteindre.
L'homme, ou peut-être les hommes. Je ne devais laisser aucune piste de côté. Cette humaine était sans doute poursuivie non pas par un homme seul, mais par une sorte de bande. Mon sang ne fit qu'un tour : vu la blessure qui avait été infligée à la jeune fille, il ne fallait pas sous-estimer ses agresseurs.

Pendant qu'elle m'emmenait Dieu-sait-où, je réfléchissais. Je n'avais pas bien vu le visage de l'homme qui nous avait attaqués, mais, étrangement, il me semblait que je l'avais déjà vu quelque part. Je sondais dans ma mémoire abyssale, mais rien de tout ce que j'avais appris étant petit ne pouvait être associé à ce visage. Je réfléchis longtemps. Et, pendant tout ce temps, nous nous faufilions dans Argos. Puis, au bout d'un moment, elle s'arrêta et m'adressa de nouveau la parole.

"Qu’est-ce qui s’est passé exactement ? Un homme a essayé de m’attaquer ? Si c’est le cas, je ne saurais vous remercier assez. Mais tant que vous serez avec moi, vous risquez de devenir une cible. Et même si vous me quittez... Ces hommes peuvent être rancuniers. Ce sont des... des criminels dont il faut avoir peur. Vraiment."

J'allais lui répondre de l'affirmative, qu'en effet un homme avait tenté de l'attaquer, mais qu'il n'avait pas réussi. Mais je ne dis rien, trop choqué par un souvenir qui venait de refaire surface en moi. Il datait de seize ans au paravant, juste avant ma fuite. Je n'avais plus trop envie de me souvenir de ce jour abhoré, mais tout me revint d'un coup.

"L'homme...", dis-je plus pour moi-même que pour elle, "Cet homme fait partie de l'ancien groupe d'assassins qui a détruit ma famille !"
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-heavenghost.forumgratuit.org/
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Ven 10 Déc 2010 - 20:41



L'homme... Cet homme fait partie de l'ancien groupe d'assassins qui a détruit ma famille !

Son cerveau mit une seconde à réaliser ce qu’il avait vraiment dit, à comprendre l’horrible réalité. De quel homme parlait-il ? Ils étaient plusieurs à lui courir aux trousses et elle n’avait pas pu distinguer celui qui se cachait au coin de l’immeuble. Était-ce le même qui l’avait attaquée sans qu’elle ne le réalise ? Probablement. Sans même l’avoir vu, elle avait quand même une petite idée de qui il s’agissait. Dyrlian était un elfe. Sa famille devait donc vivre sur les territoires elfiques et la plupart des humains évitaient ces contrées. Un homme, par contre, récemment recruté par Jared, était parfaitement le genre d’homme à oser se lancer dans l’assassinat d’elfes. Il possédait le culot et l’arrogance nécessaires à cela.

La ninja fut sortie de sa réflexion quand elle avisa l’air de Dyrlian. Il avait l’air choqué, mais aussi... La vengeance. Il avait enfin retrouvé l’assassin qui lui avait tant causé de douleur, il ne pouvait pas rester de marbre et choisir la fuite. Il allait forcément choisir l’affrontement !

Pas question ! Laëla devait empêcher cela, car si l’elfe passait à l’action, tous les ennuis retomberait sur elle, elle qui était son « amie ». Pire : peut-être l’accuserait-on du meurtre de l’homme, si Dyrlian réussissait. Dans ce cas-là, elle n’avait pas fini d’en baver...

Laëla saisit le bras de Dyrlian et l’obligea à regarder droit dans ses yeux.

- Ressaisissez-vous. Je peux comprendre le trouble qui vous habite, mais tout cela reste du passé. Du passé, vous comprenez ? Aussi douloureux que ce soit. Aller voir cet homme, c’est choisir les ennuis que vous causeront vos actions. Votre vie n’est pas garantie, vous ne pouvez pas décider d’agir sans y réfléchir. Mieux vaut nous cacher, pour le moment. Moi, je n’ai jamais tué et je ne compte pas tuer. Ça dénature pour toujours... Ça aussi, vous devez y penser. Il faut parfois apprendre à laisser aller les choses pour son bien.

Elle espérait l’avoir convaincu, ou alors s’être mépris sur ses intentions. Peut-être n’avait-il jamais eu l’intention d’obtenir vengeance ? Si cela pouvait être vrai !

- Je connais un endroit où nous cacher, ajouta-t-elle.


Revenir en haut Aller en bas
Elfe
Dyrlian Eslinavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
97 ans
 :Equipement :
Une dague, un brin d'amour-propre et une pointe d'humour piquant


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Sam 11 Déc 2010 - 2:54

Vengeance. Ce mot pulsait en moi de plus en plus fort. Jour excécré, hommes abhorés, vie détestée ! Je n'avais plus qu'une envie, celle de revenir dans la rue, de tirer ma dague et d'exterminer cet homme qui m'avait conduit là où j'en étais... Je faillis succomber à la forte tentation, mais la voix de la jeune fille me permit de faire voler cette tentation en éclats.

"Ressaisissez-vous."

Dès les premiers mots, mon adrénaline tomba. Mon sang ralentit son rythme, et mes yeux se fixèrent sur mon interlocutirce. Elle avait le ton pour me convaincre de ne pas faire de choses stupides. Sa main sur mon bras s'ajoutait à ces facteurs de persuasion et bientôt mon coeur fut tout à fait calme pour écouter la suite de ce qu'elle avait à me dire.

"Je peux comprendre le trouble qui vous habite, mais tout cela reste du passé.
Du passé, vous comprenez ? Aussi douloureux que ce soit."

Mon cerveau se remit à fonctionner à vive allure. Malgré le fait qu'elle ait raison, je ne pouvais accepter que Père, Mère, Shem' et Faelan appartiennent au passé. Pour moi, ils étaient tous... tous... Je n'avais pas de mots pour dire ce qu'ils étaient, mais une chose était sûre, ils l'étaient. Alors, je ne supportait que très mal le fait qu'on me dise de telles choses. Mais elle continua à parler, et je dus me reconcentrer sur ces paroles.

"Aller voir cet homme, c’est choisir les ennuis que vous causeront vos actions. Votre vie n’est pas garantie, vous ne pouvez pas décider d’agir sans y réfléchir. Mieux vaut nous cacher, pour le moment. Moi, je n’ai jamais tué et je ne compte pas tuer. Ça dénature pour toujours... Ça aussi, vous devez y penser. Il faut parfois apprendre à laisser aller les choses pour son bien."

Elle avait raison. Bien entendu, elle avait raison. Le crime appelle le crime, et je ne comptais pas de si tôt ôter la vie à qui que ce soit. Mais ça, je préférais le garder pour moi. La mort était presque un sujet tabou dans mon village. Parler d'un mort comme tel, c'était s'exposer aux différentes malédictions qui ont été inventées par les cultistes. Alors, donner la mort était vraiment un acte affreux, et personne ne s'y risquait. Mais voir la mort, voir mourir ses proches et ne rien pouvoir faire, c'était tellement frustrant...
Elle reprit la parole, me tirant de mes pensées déprimantes.

"Je connais un endroit où nous cacher."

Je déglutis. Difficilement d'ailleurs. Ces yeux étaient d'un bleu profond. Ils n'étaient pas aussi sombres que ceux de ma soeur, mais ils y ressemblaient énormément. Et cela me gênait : je revoyais par moment ma soeur dans cette personne que je connaissais à peine... Je rougis, sans doute, et détournai le regard. En regardant au loin, je lui répondis avec beaucoup de retard.

"Donner la mort n'est pas si dérangeant, d'une certaine manière. J'ai vu mourir ma mère à trente ans, mon père et ma soeur sont morts par la main de ces assassins, et je ne sais rien du sort de mon frère. J'ai vu mourir mon meilleur ami, et je suis toujours là. Profondément marqué, mais toujours là. Je ne vous contredis pas, et ne me sent pas plus malheureux que vous. Je vous expose juste ce que je ressens..."

Avec un sourire triste, je la regardai à nouveau. Et à nouveau la ressemblance avec Faelan s'afficha. Mon coeur se serra. Ma pauvre soeur...
Je repris la parole pour couper court à toute nostalgie.

"Avant de vous suivre, bien que je ne doute pas de votre attitude bienveillante, puis-je au moins savoir votre nom, mademoiselle ? Si nous devons échapper au même ennemi, il serait bon de nous connaître un peu plus, vous ne pensez pas ?"
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-heavenghost.forumgratuit.org/
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Dim 12 Déc 2010 - 23:19



Un trouble immense avait envahi Dyrlian qui rougissait. Laëla ne fit aucune remarque sur sa déclaration. Elle ne voulait pas discuter de mort avec quelqu’un qui avait tant d’expérience dans le domaine. Qu’il devait se sentir mal, par moment ! La famille de Laëla n’était techniquement pas morte, mais au fond, c’était un peu la même chose et la jeune femme croyait comprendre ce que Dyrlian ressentait. L’abandon. La solitude.

- Laëla.

Ce fut la seule réponse qu’elle lui donna avant de l’enjoindre de la suivre. Elle marcha à pas vifs, désireuse de mettre le plus de distance entre elle et le criminel qui les observait.

- On va faire quelques détours.

Les minutes s’étirèrent alors qu’ils marchaient en silence en zigzaguant dans les diverses ruelles. Tour à tour, ils regardaient vers l’arrière en se demandant s’ils verraient une silhouette qui les suivait. Personne – de visible, du moins. Dans un quartier malfamé, Laëla piqua vers une petite maison visiblement abandonnée. La peinture s’écaillait des murs depuis longtemps et une planche manquait dans l’escalier qui menait à la porte.

- Je viens souvent dormir ici. J’ose espérer que cette petite cachette est encore un secret.

Dyrlian et elle entrèrent. Elle le conduit au salon. La noirceur y régnait, car toutes les fenêtres avaient leur rideau tiré. Laëla eut besoin d’un moment pour allumer une lampe à l’huile et elle espéra que Dyrlian ne lui avait pas parlé. La lampe fit une petite lueur suffisante et elle invita Dyrlian à s’asseoir sur un vieux divan défraîchi. Elle posa la lampe près de lui pour être certaine de voir ses lèvres.

- Je fais partie de cette guilde de tueurs... contre mon gré. J’ai refusé de leur obéir aujourd’hui, alors je suis très mal pour longtemps. Ils n’oublient pas vite. Je crois que je vais devoir disparaître... Et vous, que comptez-vous faire ?



Revenir en haut Aller en bas
Elfe
Dyrlian Eslinavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
97 ans
 :Equipement :
Une dague, un brin d'amour-propre et une pointe d'humour piquant


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Sam 18 Déc 2010 - 2:41

"Laëla."

Son prénom avait une consonnance elfique. Trois syllabes, parfait palyndrome oral. Pour une énième fois, la nostalgie se fait en moi : car, à une ou deux lettres près, on retrouve en "Laëla", encore une fois, "Faelan". Leur ressemblance continuerait-elle donc si loin au-delà du simple physique ? Je soupirai et ecquissai un sourire narquois. Dans le dialecte parlé autour de mon village, "Laëla" signifie "celle qui écoute", ce qui est plutôt cocasse pour une sourde...
Mais je n'eus pas le temps de réfléchir plus à ces différents faits. Laëla m'intima de la suivre, et m'annonça d'une voix pressée :

"On va faire quelques détours."

Je lui répondis par un simple hochement de tête. Notre avenir proche allait se jouer là, dans les heures qui suivraient, et de cet avenir proche allait malheureusement découlé notre avenir sur du long-terme... L'idée de finir mon existance ici, à Argos, ne m'enchentait pas plus que ça...
Elle marchait devant moi, guidant mes pas dans les ruelles de la ville humaine. Les ruelles se ressemblaient toutes, et j'observais autour de moi, cherchant par-ci par-là un ou deux détails pouvant m'être utile au cas où j'aurais à fuir à nouveau dans la cité. Au bout d'un certain temps, Laëla s'arrêta devant une maison. J'observai la masure : une vieille bicoque abandonnée, qui ne devait pas coûter cher à louer. Les fenêtres n'étaient pas très nombreuses, et, en plus, les rideaux à l'intérieur étaient tirés : du coup, on ne pouvais rien voir de ce qu'elle contenait. L'escalier était quelque peu délabré, une marche y manquait. Je fallis d'ailleurs tomber dans le trou provoqué par l'absence de cette planche de bois.
Ma jeune guide humaine entra, je la suivis.

"Je viens souvent dormir ici. J’ose espérer que cette petite cachette est encore un secret."

J'eus un sourire ironique pour la deuxième fois, et lui répondis :

"Techniquement, ce n'est plus un secret, vu que je suis au courant..."

Je me rappelai qu'elle ne pouvait pas m'entendre, et me dis que c'était peut-être tant mieux pour cette fois. Le noir qui régnait ici était total, et je compris que cela devait être l'une de ses plus grande phobies : sans l'ouïe, quasiment tout ses instincs étaient basés sur la vue. Dans le noir, sans vue, ni ouïe, elle était une cible facile pour ses adversaires. Trop facile.
Laëla alluma une lampe, et l'approcha de moi. Ainsi exposé à la lumière, elle pourrait voir mes lèvres, et ainsi, la conversation pourrait reprendre comme à l'extérieur à la lumière solaire.

"Je fais partie de cette guilde de tueurs... contre mon gré. J’ai refusé de leur obéir aujourd’hui, alors je suis très mal pour longtemps. Ils n’oublient pas vite. Je crois que je vais devoir disparaître..."

J'écoutai sa déclaration très sérieusement. Ainsi donc, il y avait un lien entre mon homme et une certaine guilde de tueurs d'Argos ? Intéressant. Le crime appelle le crime, et en voici une preuve flagrante.

"Et vous, que comptez-vous faire ?"

Je réfléchis à mon tour à ce qu'il était utile de faire dans une telle situation. Les imbécilités vont toutes d'un côté dans ma tête : aller attaquer le chef de la guilde, se promener dans les rues comme si de rien était, tuer quiconque se dresserait sur mon chemin, et j'en passe... Pour le moment, une seule solution me parait adéquate.

"Et bien, je pense qu'il vaudrait mieux que je reste avec vous... Avec tous ces dangers, j'ai compris que vivre dans une ville humaine n'était pas vraiment fait pour moi. Si ma présence ne vous dérange pas, je vais rester avec vous jusqu'à ce que les choses se calment un peu. Ensuite j'aviserai..."

Je fis une légère pause, puis.

"Et, je ne vous le cache pas, si jamais je peux venger ma famille par quelque moyen que ce soit, j'agirai, tant que cela ne met pas l'une de nos vies en danger."

De ce fait, mes intentions étaient clairement expliquées. J'attendis alors la réaction de Laëla.

HRP : excuse-moi de cette réponse tardive, mais je n'ai pas eu d'accès à l'ordinateur pendant une semaine...
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-heavenghost.forumgratuit.org/
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Dim 19 Déc 2010 - 6:04



Laëla pouvait observer les images qui défilaient dans la tête de l'elfe : meurtre, bagarre... À force de seulement voir, la jeune femme avait appris à lire dans le regard des gens avec une exactitude qui, parfois, donnait la chair de poule. Surtout si, comme Dyrlian en ce moment, ils ne faisaient aucun effort pour cacher leurs émotions.

Et bien, je pense qu'il vaudrait mieux que je reste avec vous... Avec tous ces dangers, j'ai compris que vivre dans une ville humaine n'était pas vraiment fait pour moi. Si ma présence ne vous dérange pas, je vais rester avec vous jusqu'à ce que les choses se calment un peu. Ensuite j'aviserai... Et, je ne vous le cache pas, si jamais je peux venger ma famille par quelque moyen que ce soit, j'agirai, tant que cela ne met pas l'une de nos vies en danger.

Ils pouvaient passer la nuit ici sans problème. Personne ne viendrait les déranger, ils auraient assez de sommeil. Il valait mieux ne pas sortir dans la noirceur, évidemment. L'obscurité était plus propice pour la discrétion, mais Laëla ne servirait à rien. Elle serait un boulet à la cheville de Dyrlian. Et puis, ne disait-on pas que la nuit portait conseil ? Les sbires de Jared se fatigueraient un peu, ils voudraient encore se venger mais leur colère aurait diminué. Ils seraient plus calmes, si ce mot pouvait vraiment leur être appliqué.

- Restons ici pour la nuit. Il faut se reposer, on n’arrive à rien quand on est fatigué. Et votre journée a dû être épuisante.

Elle regarda quelques secondes Dyrlian et, sans réfléchir, lâcha :

- Ça doit vous ronger le cœur depuis tellement longtemps...

Réalisant qu’elle venait de parler tout haut, elle se mordit la lèvre et se leva.

- Attends.

La jeune femme marcha vers l’armoire et l’ouvrit. Elle en retira deux couvertures. D’ordinaire, elle en plaçait une sous elle et utilisait l’autre pour se cacher, mais cette fois-ci, elle partagerait. Elle en lança une à l’elfe et alla reprendre sa place. Le divan était un peu court, l’obligeant à avoir les pieds en l’air, mais, somme toute, elle y dormait convenablement. Dyrlian y serait bien aussi. Laëla enleva ses bottes, se cala sur son lit improvisé, s’arrangeant pour faire face à son compagnon. Elle s’enroula dans sa couverture.

- Tu réponds si tu veux. Pourquoi est-ce que ta famille a été tuée ? Je crois... je crois connaître celui qui a éveillé en toi ces souvenirs, mais je n’arrive pas à faire de lien entre lui et des assassinats en terre elfique.

Revenir en haut Aller en bas
Elfe
Dyrlian Eslinavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
97 ans
 :Equipement :
Une dague, un brin d'amour-propre et une pointe d'humour piquant


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Mar 21 Déc 2010 - 3:25

"Restons ici pour la nuit. Il faut se reposer, on n’arrive à rien quand on est fatigué. Et votre journée a dû être épuisante."

Elle avait bien raison. L'adrénaline libéré dans mon organisme par la peur, la colère et les différenttes émotions de la journée m'avait maintenu en éveil, et la fatigue de la journée se fit sur moi. Pour la première fois depuis des années, j'éprouvais le besoin pressant de dormir plus de trois ou quatre heures. Dormir. Un verbe qui n'avait plus sa place dans mon langage et qui pointait ce soir le bout de son nez... Dormir, tout simplement. Je m'apprêtai d'ailleurs à m'assoir sur le sol pour reposer mes jambes, quand Laëla, qui apparament m'observait depuis un petit moment, dit sans préambule, de but en blanc :

"Ça doit vous ronger le cœur depuis tellement longtemps..."

Un couteau en pleine poitrine. Elle venait d'ajouter un poids sur mes épaules autre que la fatigue. Je savais très bien qu'elle ne l'avait pas dit ni pour me vexer, ni pour me blesser. Elle n'avait juste pas réféchi. J'allais lui répondre quand elle reprit rapidement.

"Attends."

Et elle partit dans la pénombre, et quand elle revint, elle avait en main deux couvertures. M'en lançant une, elle se cala du mieux qu'elle put sur le divan, et elle rompit le silence ambiant à nouveau.

"Tu réponds si tu veux. Pourquoi est-ce que ta famille a été tuée ? Je crois... je crois connaître celui qui a éveillé en toi ces souvenirs, mais je n’arrive pas à faire de lien entre lui et des assassinats en terre elfique."

J'ouvris la bouche, et prononçai seulement deux mots avant de la refermer tout aussi vite.

"Vous savez..."

Je repassai en mémoire ces dernières phrases... "Attends", "Tu réponds", "ta famille". La jeune humaine était passée au tutoiment. Je ne m'en formalisai pas le moins du monde. Au contraire, je lui répondis avec le même rapport, laissant de côté le vouvoiment. Je mis tout d'abord la couverture au sol, et m'assis dessus en tailleur.

"Tu sais, si seulement on pouvait savoir pourquoi les gens sont là, avec nous, et que, deux minutes plus tard, ils ne laissent près de nous que leur enveloppe charnelle. Je pense donc que je ne pourrais pas vraiment t'éclairer sur le "pouquoi". Mais le "comment", ça, c'est plus simple..."

Je fis une légère pause, le temps de m'humercter les lèvres, de réplacer légèrement ma jambre droite pour être plus à l'aise, et commençai mon histoire.

"Je viens d'un village perdu au milieu de la forêt d'Aranwë. Nous n'avions presque jamais eu de contact avec l'extérieur, et c'est pour cela que je nourissais un vif intérêt à votre espèce : vous étiez comme des êtres magnifiques habitants des contrées lointaines à mes yeux. D'ailleurs, en parlant des contacts peu nombreux avec le monde hors d'Aranwë, je me rappelle que l'arrivée de mes parents avait été une grande discute au village..."

Devant son air étonné, je repris la parole avec un sourire.

"Et oui, mes parents ne sont même pas originaires du village elfique le plus xénophobe que je connaisse. Je sais très peu de choses sur leur vie d'avant leur arrivée. Mon père a fui son ancien village, et, quand je lui ai demandé, il m'a répondu que ses concitoyens le considéraient comme étrange... D'ailleurs, je te l'avoue, je ne sais même pas s'il habitait en Lyzangard ou dans un lieu frontalier en Midgard. Toujours est-il qu'il a rencontré ma mère ensuite, et que j'ai grandi en Aranwë toute mon enfance. Les choses ont commencé à aller de travers lorsque ma mère est morte. Accident. Elle est tombée d'un arbre et est morte sur le coup. Quand à mon père, c'est arrivé il y a seize ans..."

Je déglutis, essayant de ne pas pleurer, et continuai mon récit.

"Cinq hommes habillés en noir sont venus dans notre maison. Ils parlaient une langue qui m'était inconnue, c'étaient des étrangers. Pas seulement étrangers au village, étrangers à Lyzangard. Je pense que la plupart d'entre eux étaient des humains. Mon père... mon père a été tué sous mes yeux. Juste avant de mourir, il m'a ordonné de fuir. C'est ce que je fais depuis seize ans. Et, il y a quelques semaines, je suis tombé de nouveau sur un de ces hommes. Le destin m'a réservé à ce moment deux mauvaises nouvelles. La première, cet homme a tué ma soeur... La deuxième, lorsqu'il a été tué par un arbre qui lui est tombé dessus, j'ai vu son visage ; l'un de ces hommes que j'abhorre était mon meilleur ami..."

À ce stade, je ne pouvais plus empêcher ni ma voix de trembler, ni mes yeux de se remplir de larmes. Il me fallut beacoup de force pour achever.

"Du coup, je ne sais toujours pas pourquoi ma famille a été assassinée. Je ne peux pas te répondre. La seule piste que j'ai est l'ancien village de mon père, mais je ne sais absolument pas où il est situé. Quand à l'identité des cinq hommes, c'est une autre histoire. J'en ai découvert déjà deux : Shyld, mon ancien ami, et cet homme qui a tenté de t'attaquer aujourd'hui. Et je doute que le chef de la bande soit l'un des deux... Voilà donc tout ce que je peux t'apprendre pour l'instant."

J'essuie mes yeux d'un revers de manche, mais cela ne suffit pas et les larmes restent. Je n'essaie même plus de les enlever. Tant pis pour cet instant de faiblesse, j'en ai connu bien d'autres...
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-heavenghost.forumgratuit.org/
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Jeu 23 Déc 2010 - 17:24



Dyrlian avait les yeux pleins d’eau, il se retenait pour ne pas pleurer. Quand il eut fini de raconter, Laëla laissa un instant passer pour que l’elfe ait le temps de se ressaisir. Elle aurait pu essayer de le réconforter, de lui dire qu’elle comprenait, qu’elle aussi avait vécu sa part de malheur. Or, elle n’en fit rien : cela aurait été une erreur. Ce genre de souffrance n’appartenait qu’à son possesseur et aucune parole ne pourrait réconforter. Laëla le savait bien : elle avait eu son lot de souffrance, bien que moins tragique que celle de Dyrlian, et les quelques personnes qui avaient tenté de lui dire « qu’ils la comprenaient bien », elle avait eu envie de leur hurler au visage que non, ils ne pouvaient pas comprendre. Ce genre de sollicitude ne servait à rien. Du moins, il en était ainsi pour Laëla.

Elle laissa donc un instant à Dyrlian puisque, au final, seuls le temps et la solitude pansaient les blessures. Elle en profita pour réfléchir un peu aux déclarations de l’elfe. Quand elle jugea que le moment était venu pour elle de parler, elle se lança :

- Quand je l’ai vu pour la première fois, j’étais avec le chef, Jared. On discutait d’un message que je devrais livrer à Mannheim. Je suis messagère pour cette organisation, en fait. Pas par choix, mais pour garder ma vie. Enfin.

Elle s’humecta les lèvres, essayant de rassembler ses idées.

- Quand Brannok est entré, j’ai tout de suite su que c’était un malade. Tu sais, le genre de personnes qui dégagent la folie par tous les pores de sa peau... J’ai vu dans son regard que ce type avait un passé ensanglanté. Et, effectivement, il s’est présenté à Jared comme étant un mercenaire qui a déjà travaillé en terre elfique. Je ne sais pas si c’est vrai, mais ici, la plupart des humains voient les elfes comme des êtres supérieurs, des êtres plus forts que nous. Alors, Jared a été drôlement impressionné par ce Brannok et il l’a engagé tout de suite. Depuis, je ne sais pas exactement ce qu’il fait pour l’organisation. Un peu de tout, je suppose. Mais quand il pose son regard sur moi... sincèrement, j’en ai la chair de poule. Je suis presque certaine que c’est cet homme que tu recherches.

Un bâillement lui échappa.

- Mais il est très dangereux. Je ne l’ai jamais vu combattre, mais ça se sent... Si tu veux lui extirper la vérité, il te faudra être prudent. Cela dit, Brannok n’est pas le cerveau derrière tout cela, il n’est que le bras, alors je ne suis pas certaine que tu trouveras ce que tu veux vraiment. Il sait des choses, bien sûr, mais peut-être seulement une partie.

Elle se cala un peu plus dans le divan.

- Maintenant, dormons. Demain, tu te décideras. Je peux aider, peut-être. Ma vie est en danger depuis tellement longtemps que ça ne changera pas grand-chose !

Sur ces paroles, elle ferma les yeux et sombra dans le sommeil presque aussitôt. La journée avait été épuisante...


Revenir en haut Aller en bas
Elfe
Dyrlian Eslinavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
97 ans
 :Equipement :
Une dague, un brin d'amour-propre et une pointe d'humour piquant


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Ven 24 Déc 2010 - 0:33

Silence. Seuls mes larmes coulant irrégulièrement de mes yeux venaient briser ce silence qui avait suivi mon histoire, et encore, leur son était réduit par la couverture. Laëla ne fit aucun signe de soutien, et me laissa pleurer tout mon saoul. Je devinais assez aisément qu'elle voulait me laisser affonter mon chagrin seul, pour que je ressorte grandi de cette "épreuve". Elle avait raison : au bout d'un certain temps, les larmes s'arrêtèrent d'elles-même, et je me sentis soulagé d'un poids, comme appaisé par l'aveu que je lui avais fait.
Je pus alors faire face presque sereinement à la jeune humaine, qui m'apporta des renseignements sur l'homme qui nous avait attaqués.

"Quand je l’ai vu pour la première fois, j’étais avec le chef, Jared. On discutait d’un message que je devrais livrer à Mannheim. Je suis messagère pour cette organisation, en fait. Pas par choix, mais pour garder ma vie. Enfin."

J'apprenais ainsi ses activités parmi l'organisation. Elle ne tuait personne, elle était une sorte de messager. Sans savoir pourquoi, cela me soulageait. Peut-être le fait de voyager à côté d'une tueuse ne m'enchentait guère. Mais je ne continuai pas bien longtemps mes remarques personnelles et silencieuses, vu qu'elle reprit la parole, m'informant cette fois sur notre homme.
J'appris beaucoup sur ce dénommé "Brannok". D'après Laëla, il s'était présenté comme mercenaire, et avait assuré avoir travaillé en Lyzangard. Il avait été engagé sur-le-champ. Elle ne l'avait pas suivi dans le moindre de ses mouvements (ce que je pouvais parfaitement comprendre), et ne pouvait pas me dire ce qu'il faisait précisément dans l'organisation ; mais, selon elle, il dégageait une forte sensation de folie. Bien qu'elle ne l'ait jamais vu à l'oeuvre, elle le supposait très fort. Vu la manière dont il avait failli la tuer, je dirais même "extrêmement fort". Tout comme moi, elle doutait qu'il soit le cerveau du groupe d'assassins que je recherchai, et quelque chose me disait qu'il allait être très difficile de lui faire avouer quoi que ce soit. Enfin, à supposer qu'on puisse lui mettre la main dessus.

Laëla changea quelque peu sa position sur le divan, et lança les dernières paroles de la soirée.

"Maintenant, dormons. Demain, tu te décideras. Je peux aider, peut-être. Ma vie est en danger depuis tellement longtemps que ça ne changera pas grand-chose !"

J'entendis son rythme respiratoire se stabiliser, puis ralentir. Elle s'était endormie très rapidement, et j'aurais du en faire de même, car la journée passée avait été très éprouvante. Pourtant, je ne trouvais pas le sommeil facilement. Ayant l'habitude des arbres depuis plusieurs années, je m'étendis sur la couverture, à même le sol. Sur le dos, bras droit calé sous la tête, bras gauche jouant avec ma dague, je réfléchissai aux récents événements. Que faire ? Venger mes parents, ma soeur, et peut-être mon frère ? Ou simplement continuer ma route, vers je-ne-sais-où...
Je n'eus pas la réponse avant de sombrer dans le sommeil, car mes paupière se fermèrent toute seules alors que j'étais encore en train de me questionner...

***

Je fis un rêve étrange cette nuit-là...
Je ne me trouvais non pas dans la cabane où je m'étais endormi, mais dans la sylve où j'avais vu le jour : j'étais de retour en Aranwë. J'espérai que tout ce que j'avais vécu jusque là n'était qu'un mauvais rêve, que Père et Mère allait m'accueillir bras ouverts à la maison, que Shem' et Faelan étaient toujours là, en vie et en pleine santé. Mais je ne vis rien qu'un village dévasté, une ruine en plein milieu de la forêt. De nombreuses maisons avaient été démolies, et toute portait la marque d'un incendie. Ce village était devenu une ville-fantôme.
Non, pas ce village.
Mon village.
Je me concentrais, et je pus voir que, là où jadis s'élevait la maison du forgeron, ou celle des parents de Shyld, il n'y avait que débris de poutres et cendres noirâtres, que murs en morceaux et vitres brisées. J'écaltais en sanglots. Tout ceci était bien réel. C'est alors qu'une voix qui m'est familiuère retentit dans mon dos.

"Dyrlian ?"

Je fis volte face, et tombai nez-à-nez avec ma soeur. Elle ? Ici ? Comment était-ce possible ? Je voulus lui parler, mais aucun mot ne franchit la barrière de mes lèvres. Alors, je m'approchais d'elle pour la prendre dans mes bras. Elle n'avait aucune texture et je ne pus la saisir, ni même la toucher. Elle sourit tristement, d'un sourire tellement plein de tristesse que je manquais à nouveau de fondre en larmes.

"Nous n'appartenons plus au même monde, Dyrlian. Je ne suis pas vraiment là, à côté de toi. Mais je suis venu t'avertir."

Je l'écoutai attentivement. Par le passé, c'est moi qui faisait des remontrances ou des conseils à Faelan. À cet instant, c'était elle qui était devenue le grand-frère sage et moi qui était la petite-soeur qui l'écoutait tout aussi sagement. Cela me fit sourire intérieurement. Qui aurait cru cela possible un jour, que la cadette vienne conseiller son grand-frère qui n'avait jamais eu besoin de cela au paravant ?

"Dyrlian , tu t'engages sur un sentier tortueux et difficile à parcourir. Tu peux encore t'en écarter, et personne ne t'en voudras. Nous ne t'avons jamais demandé de nous venger..."

"Mais..."

"Chut... laisse-moi finir. Cependant, ton destin n'appartient qu'à toi et toi seul. Tout ce que tu fais, ne le fais pas parce que tu dois le faire en notre mémoire, fais-le parce que tu as envie de le faire. Tu m'as montré la voix autrefois, Dyrlian. Tu m'as dis que personne ne m'en voudrais si je ne souvenais plus de Mère. Alors sache que personne ne t'en voudras si tu décide de vivre ta vie et de nous laisser au passé. Ne nous rejoins que quand ton heure sera venue Dyrlian, et pas avant..."

Sur ce, elle disparait, avec un dernier sourire aux lèvres. Et, avec elle, le monde s'enfuit, et tout devient noir autour de moi...

***

Le noir du monde des rêves fut bientôt remplacé par une légère lueur qui filitrait sous la porte de la cabane. Le jour se levait à peine, si on se fiait à la douceur présente encore dans l'air. Je me redressai doucement. Laëla dormait encore, ou du moins ne faisait aucun mouvement qui aurait pu trahir un état d'éveil. Les paroles de Faelan trottaient encore dans ma tête.
Avais-je vraiment vu ma soeur ? Une morte aurait-elle réussi à franchir la limite entre les deux mondes pour venir me parler ? Ou n'était-ce qu'une chimère inventé par mon esprit ? Je n'en savais rien, et peu m'importait. Tout ce qui comptait désormais, c'était le choix que j'allais faire.

J'attendis que la jeune fille se lève elle aussi, qu'elle sorte un peu de sa torpeur, puis, quand je pensais qu'elle était disposée à m'écouter, je lui dis.

"J'ai bien réfléchi cette nuit."

"Sache que personne ne t'en voudras si tu décide de vivre ta vie et de nous laisser au passé..."

"Je ne sais ni quand, ni où, ni comment, mais je continue sur ma lancée. Je vengerai ma famille. Tu es partante ?"

Je n'attendais aucune réponse de sa part en particulier. Je verrais comment agir quand elle m'aurait donné son avis sur la question. Mais une chose était sûre : jamais ma famille ne serait du passé...
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-heavenghost.forumgratuit.org/
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Lun 27 Déc 2010 - 16:10



La nuit avait été mauvaise. Plusieurs fois, Laëla s’était réveillée en sursaut, le souffle court, une fine pellicule de sueur couvrant son front. Il y avait Jared, puis Brannok. Tout à tour, ils l’égorgeaient en riant, ouvraient sa poitrine pour en sortir son cœur bien chaud, ou pire encore : il l’enfermait dans une salle obscure où, privée de sa précieuse vue, la jeune femme paniquait jusqu’à en mourir.

Le lever du soleil avait été une bénédiction pour Laëla qui sombra dans un sommeil plus reposant. Quand elle ouvrait les yeux, le jour était déjà bien entamé. Dyrlian l’attendait. Elle fut un peu surprise de le voir là sur le coup, mais la veille lui revint trop vite en mémoire et elle comprit pourquoi il était demeuré ici avant même qu’il ne le dise.

J'ai bien réfléchi cette nuit... Je ne sais ni quand, ni où, ni comment, mais je continue sur ma lancée. Je vengerai ma famille. Tu es partante ?

Bien évidemment. Comment l’elfe aurait-il pu laisser passer une telle chance de découvrir la vérité ? Laëla ne répondit rien. Sans se presser, elle se pencha vers son sac, y fouilla et en sortit une pomme et une languette de bœuf séché. Elle dut se demander sincèrement si elle voulait donner à manger à Dyrlian – parfois, la nourriture se faisait rare, et elle voulait subvenir à ses propres besoins d’abord – pour ensuite lui lancer une pomme. Inutile d’être radin. Elle venait certes de perdre un contrat avec Jared, mais ce n’était pas le plus lucratif qui existe. Et, de toute manière, chaparder une pomme au marché s’avérait si simple... Laëla croqua dans le fruit et mâcha en sa première bouchée en considérant Dyrlian. Il ne se doutait sûrement même pas de la formation de ninja qu’elle avait reçue, ce qui laissait perplexe la jeune femme : pourquoi voulait-il vraiment d’elle ? Ne la considérait-il pas comme un boulet ? Elle ne l’était pas, mais avec sa piètre performance de la veille, il aurait été en droit de vouloir la laisser en plan. Son épaule était encore un peu douloureuse, mais sans plus.

- Être partante, être partante... Je ne tue pas. Je me suis abaissé à beaucoup de choses jusqu’à maintenant et j’ai établi ma limite là. J’essaie de m’y tenir le plus longtemps possible. Alors, tout dépend de ce que tu veux faire. De mon côté, je n’ai plus grand-chose à perdre et tu m’es sympathique ; je t’en dois une, qui plus est. Je veux bien te servir de guide et d’aider à trouver la vérité, si c’est ça que tu attends de moi. Autrement, si tu as des visées plus violentes... cette partie-là se passera sans moi. Je crois que tu fais bien de te venger, mais moi, je sais que le clan de Jared continuera à me pourchasser, donc je ne veux pas être liée à un meurtre. N’aggravons pas mon cas, hein...

Revenir en haut Aller en bas
Elfe
Dyrlian Eslinavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
97 ans
 :Equipement :
Une dague, un brin d'amour-propre et une pointe d'humour piquant


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Mar 28 Déc 2010 - 2:59

Ma déclaration n'obtint pas de réponse. Ou, du moins, pas de réponse immédiate. Laëla commença par sortir de la nourriture de son sac et par m'envoyer une pomme, que je réceptionnai au vol et accueillis avec un "Merci." respectueux. Je n'avais aucune nourriture sur moi, me contentant le plus souvent de quelques fruits ramassés à l'aube, dès mon réveil, puis d'un repas plus conséquent dans la journée, constitué d'un pauvre animal qui avait bien voulu se laisser attraper. Alors, autant dire que, de par ma nuit passée à Argos, je n'avais rien à me mettre sous la dent, et cette pomme était la bienvenue.
Laëla finit par prendre la parole. Je l'écoutais d'une oreille attentive, et ses derniers mots me firent sourire, d'un sourire franc et non-dissimulé.

"Je crois que tu fais bien de te venger, mais moi, je sais que le clan de Jared continuera à me pourchasser, donc je ne veux pas être liée à un meurtre. N’aggravons pas mon cas, hein..."

Sur un ton à la fois très détendu et très sérieux, je lui répondis.

"Ai-je mentionné le meurtre, mademoiselle Laëla ? Je t'ai dit que je voulais me venger, et j'ai bien compris que, si je lève la main sur quiconque dans cette association, ils feront le lien entre toi et moi. Tu es la deuxième humaine que je recontre, et, personnellement, je n'ai pas envie de te voir mourir sous mes yeux. J'ai déjà vécu ça trop de fois..."

J'héistai. Devais-je lui dire ? Finalement, je poussai un court soupir et continuai.

"De plus, mais ça tu n'y es absolument pour rien, tu ressembles beacoup à ma soeur. Je sais que tu n'es pas Faelan, mais je ne veux pas revivre deux fois la même scène. Donc, je te promets que je n'irai pas jusqu'au meurtre, ni même jusqu'au combat. sauf en cas de défense. Je veux juste obtenir plus d'informations de la part de ce... Brannok."

C'était vrai. Je ne lui mentais pas. D'ailleurs, pourquoi lui mentirais-je ? Mon seul but était d'obtenir la vérité et uniquement la vérité. Je ne cherchais pas la mort de ses brigands, bien qu'ils le méritaient. Shyld était mort le premier, mais je ne l'avais pas tué : un arbre lui était tombé dessus et s'en était chagré. En mourrant, mon ancien meilleur ami avait essayé de me dire quelque chose sur mon frère. Maintenant, c'était au tour de Brannok. Il fallait qu'il me renseigne sur le chef du groupe. Et, quand je l'aurais retrouvé, lui m'expliquera sûrement pourquoi cherchait-il ma famille et pourquoi l'a-t-il détruite. Mais revennons les pieds sur terre, je me devais pour le moment de retrouver la piste du deuxième homme en noir. Et pour cela, l'aide de la jeune humaine me serait précieuse...

"Donc, faisons ainsi. Aide-moi tant que je suis dans la cité, et en échange je me rendrais le plus utile possible. Alors, marché conclu ?"

Je lui tendis la main gauche, par pur réflexe. Puis, quand je vis mon erreurs, je m'excusai et lui proposai ma main droite.
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-heavenghost.forumgratuit.org/
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Mar 28 Déc 2010 - 16:53



Laëla ne répondit rien quant à sa ressemblance avec cette Faelan : ce fait la troubla légèrement, mais elle passa outre. Quand Dyrlian mentionna qu’il ne voulait tuer personne, elle dut se retenir pour ne pas parler. Qu’était une vengeance sans meurtre ? Pour la jeune femme, cela ne s’imaginait pas autrement. Elle ne pouvait concevoir que l’elfe aurait le meurtrier de sa famille entre ses doigts et qu’il le laisserait filer après avoir eu des informations. Enfin, une fois là, il ferait bien ce qu’il voudrait. Laëla ne serait pas présente, du moins pas aux yeux de Brannok.

La jeune femme marcha jusqu’à la fenêtre et entrouvrit les rideaux. Tout était calme, la journée semblait chaude. L’avantage, toutefois, à la différence de Mannheim, était que la chaleur de l’été n’était point étouffante : la légère brise en provenance de la mer rendait l’atmosphère plus qu’agréable. Laëla se retourna vers Dyrlian pour répondre à ce qu’il avait dit voilà un moment.

- Bien sûr, même si je ne vois pas en quoi tu veux m’être utile. Je n’ai besoin de rien, après notre petite aventure, je disparais un moment. C’est une excellente journée, mais prions pour qu’il n’y ait pas trop de passants.

Laëla fouilla dans son sac. Elle glissa son poignard à sa ceinture, s’assurant que sa blouse le cachait. Puis, elle regarda l’elfe. Elle n’avait aucune idée de ses compétences. Il ne ressemblait pas à un guerrier. La jeune femme choisit de se considérer comme plus apte à l’enlèvement, elle qui savait quoi faire pour que, sans geste brusque, une montagne de muscles perde tous ses moyens et s’évanouisse.

- Bon. D’abord, il faut trouver Brannok. Faisons le tour des tavernes en premier lieu, normalement c’est assez efficace. Sinon, nous verrons bien, il faudra être patient... Peux-tu attirer l’attention de Brannok ? Peu importe comment, mais tu devras le sortir de l’endroit public pour que je puisse agir. Je surgirai derrière lui et je le neutraliserai. Ensuite, nous l’emmènerons dans une cachette. Mais pas ici, non...

Cette maison pouvait toujours lui servir, songea Laëla. Elle reviendrait à Argos un jour.

- Dans la forêt, probablement. Peu de gens y rôdent. Finalement, libre à toi de faire ce que vous voulez avec Brannok. Je serai derrière lui de manière à ce qu’il ne me voie pas et tu ne devras dire ni faire quoi que ce soit qui trahit une autre présence. Comme cela, je ne me mettrai pas plus dans les ennuis. Cela te convient-il ?

La ninja était déjà prête à partir à l’aventure. Elle aurait dû être nerveuse, mais au contraire, la perspective d’une journée pleine d’action l’énergisait.

Revenir en haut Aller en bas
Elfe
Dyrlian Eslinavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
97 ans
 :Equipement :
Une dague, un brin d'amour-propre et une pointe d'humour piquant


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   Ven 31 Déc 2010 - 0:56

"Bien sûr, même si je ne vois pas en quoi tu veux m’être utile."

À elle seule, cette phrase de Laëla résuma assez bien la situation. Mis à part m'avancer dans ma vengeance, je n'avais rien prévu. Et, je pouvais bien le dire : je ne savais du tout comment réagir. Je ne savais pas quoi faire de ce Brannok quand je l'aurais sous la main. Il me fallait donc une aide. Une aide précieuse que m'offrait la jeune humaine. Je ne pouvais refuser. Surtout que Laëla me détailla ensuite un plan qui me parut judicieux.

"Faisons le tour des tavernes en premier lieu, normalement c’est assez efficace."

Si je n'avais pas étudié assidument la race humaine lors de mes plus jeunes années, j'aurais pu affirmer et soutenir mordicus que tous les humains, hommes, femmes, et enfants, buvaient, tellement la taverne était un lieu qui revenait souvent dans une conversation avec un humain moyen. J'avais d'ailleurs passé toute une semaine à étudier la fermentation de l'alcool, et me demandais encore comment les êtres humains pouvaient boire une telle mixture, amère et bien en-deçà des délices forestiers que... mais ce n'était pas le plus important à l'heure actuelle... Il fallait mettre la suite du plan de ma coéquipère en action.

"Peux-tu attirer l’attention de Brannok ? Peu importe comment, mais tu devras le sortir de l’endroit public pour que je puisse agir. Je surgirai derrière lui et je le neutraliserai."

Simple, et efficace. Je n'aurais jamais eu cette idée. J'approuvai d'un hochement de tête la déclaration de Laëla. Quand elle me demanda de ne pas trhair sa présence lors de l'interrogatoire de Brannok, je le lui jurai.

"Ce serait dommage que tu meures par représailles, n'est-ce pas ?", lui dis-je en riant.

Nous étions sur le pied de guerre. La journée commençait à peine, et elle s'annonçait longue... Machinalement, je tirai ma dague de sous mon bras droit. Je dégainai la lame, et celle-ci émit un léger chuintement qui m'apaisa. Ce bruit était tellement répétitif dans mes journées qu'il avait le pouvoir extraoridnaire de me calmer. Je posai le bout du manche sur ma paume gauche, retenant la lame par mon index droit. Faisant tourner la dague, je m'entaillai le doigt et une goutte de sang perla. Je réprimai un petit cri de douleur, puis suçai mon doigt pour arrêter l'écoulement de sang. je rangeai ensuite mon arme à sa place, réajustai le col de ma chemise, vérifiai le laçage de mes bottes, et me redressai, prêt à partir.

"Bon, qu'est-ce qu'on attend ?", dis-je à Laëla en lui enjoignant de passer devant...

~ FIN DU TOPIC ~
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-heavenghost.forumgratuit.org/

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Des ennuis en Midgard [PV Laëla] - {Terminé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Harmony :: CONTREES :: Midgard - Royaume des Humains :: Territoires Invidia :: Argos :: Les Ruelles-