Partagez | 
 

 Ironie du sort [PV Pandora] - {Terminé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elfe
Dyrlian Eslinavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
97 ans
 :Equipement :
Une dague, un brin d'amour-propre et une pointe d'humour piquant


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Ironie du sort [PV Pandora] - {Terminé}   Sam 26 Fév 2011 - 1:15

L'après-midi était bien entamée. L'air commençait à fraichir, et même le soleil commençait déjà à descendre par delà la frondaison de feuillage, donnant au sol de la forêt une belle couleur dorée. les derniers rayons de l'astre diurne enflammait le ciel d'un rouge sanglant, qui n'étaient pas sans me rappeler les derniers événement...
Non, je ne marchais pas. Je profitais de cette journée calme et paisible pour me reposer et me détendre sur mon territoire natal, retardant ainsi en effet mon arrivée à Alfheim. Peu m'importait, j'avais tout mon temps. Calé le plus confortablement possible sur une branche d'un des arbres de la sylve, perché à quelques quinze mètres de haut, je contemplais le ciel, me laissant bercé par le doux mouvement hypnotique des nuages filant au vent, regardais les familles d'Eskuriax parfumés passer d'une branche à l'autre en contre-bas, ou au dessus de ma tête, faisant tournoyer ma dague sur mon index droit à la limite de faire perler une goute de sang... Bref, je prenais du bon temps.
Le problème, quand vous ne faites rien qui mobilise les facultés cognitives de votre cerveau, c'est qu'il vous ressort en vrac tout ce qu'il a enregistré. Et c'est précisément cela qui m'arrivait là. Dans un ordre tout à fait anti-chronologique s'enchaînèrent mon enfance, la capture de Brannok, la rencontre avec Laëla, puis l'arrivée des hommes dans mon village, la mort de ma mère, puis celle de Faelan et de Shyld, et enfin ma fuite. Je devais mobiliser mes souvenirs en un endroit précis, ainsi ils ne se hasarderaient plus dans ma tête de cette façon. Je regardai autour de moi : je ne possédai aucun carnet pour y noter quoi que ce soit, et encore moins de quoi y écrire. Je me résolus donc à "emprunter" à un arbre de quoi commencer un journal, ou une mémoire. Je découpai une fine couche d'écorce à l'aide de ma dague, m'excusant à voix basse à chaque fois que le métal faisait sauter une maille du bois, et j'obtins un feuillet très sylvain, d'environ vingt centimètres sur trente. Je gravais alors quelques mots dans ma langue natale, en prenant bien soin de ne pas trop perforer l'écorce pour ne pas casser mon proto-journal.

Z'îj sio Dyrlian Magelan Eslin...


"Je suis Dyrlian Magelan Eslin..." Voici un bon début. Je réfléchis à ce que je pouvais encore ajouter, quand j'entendis des pas comme égarés en bas, sur le sol de la forêt. À cet instant, le soleil laissa son dernier rayon dépasser le couvert des arbres, et ce fut le début du crépuscule. Les Eskuriax rentrèrent bien vite dans leur nid, et je tournai la tête, baissant le regard pour observer qui était la cause du bruit. Une petite silhouette se profila. Garçon, fille ? Je ne pouvais pas le dire... Pas plus de cinquante ans, je dirais, vu sa taille et sa démarche. Le vent soufflait dans mon dos, et m'apporta son odeur. C'est alors que, plissant un sourcil, je rectifia mon approximation : une dizaine d'année seulement. Je soupirais.

"Et bien, ce n'est pas encore aujourd'hui que je vais me débarasser de mon odeur étrangère..."

Je restait immobile, dans ma cachette, mais prêt à descendre au moindre moment. L'enfant en bas ne m'avait pas remarqué. Et c'était un humain...


Dernière édition par Dyrlian Eslin le Jeu 16 Juin 2011 - 1:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-heavenghost.forumgratuit.org/
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Ironie du sort [PV Pandora] - {Terminé}   Lun 7 Mar 2011 - 16:41

Mais enfin, où était-t-elle ?

Pandora s'assit, pour finir par s'affaler, sur un tonc d'arbre.Elle souffla, épuisée.Elle se pencha doucement, grimaçant, son estomac lui lançant des douleurs tant elle avait faim.Elle ouvrit son sac de voyage, et fouilla dedans.Il ne lui restait malheureusement que quelques bonbons qu'elle avait volée à sa cousine.Zut, elle allait encore avoir faim pour un certain moment.Elle en prit un, avec sa carte de la région qu'elle avait achetée à bas prix.Trop bas prix.
Mâchant doucement son bonbon, elle tourna dans tous les sens sa carte, essyant de se retrouver et de retourner vers une ville.Bon sang, cette carte était tellement étrange.Elle aurait du lire des livres dde géographies !Elle finit par jeter avec négligeance sa carte dans le sac, puis leva la tête vers le ciel.Elle vit le soleil déclinait au loins, ses derniers rayons de soleil filtrant sur la belle forêt.C'est vrai qu'elle n'avait pas bien regarder le paysage, tant elle était concentrée dans cette carte.Elle observa les herbes, bien plus denses qu'à l'ordinaire, qui prenaient des formes bien étrangère aux feuillages de sa ville natale.Elle se leva pour tourner en rond, regardant en détail chaque arbre, chaque branche, chaque feuille, pour mieux goûter à la beauté de la nature.Elle se rendit compte bien trop tard que le soleil avait finit par laissé place à la nuit.Heureusement, ce n'était que le début de la nuit.Elle aurait peut-être un peu de temps pour trouver un endroit où dormir sans avoir de mauvaises aventures.
Elle avança dans la forêt, trébuchant parfois de fatigue.Elle contourna des troncs parfois trop gros, pensant qu'elle était bien trop faible pour pouvoir les passer.Elle sentit petit à petit la fatigue gagner du terrain, d'abord sur ses pauvres pieds.Elle décida de s'encourager intérieurement, cherchant tant bien que mal ses dernières forces physiquement et mentalement pour trouver un lieu où se reposer.Elle commença à regretter d'avoir acheter cette maudite carte à ce charlatan.Il n'avait donc aucun coeur de vendre des cartes incompréhensibles à de pauvres gens ?Elle soupira, mais son soupir fut rapidement arrêter par une racine qui la fit trébucher de plus belle.
Complètement découragée, elle décida de s'appuyer contre un arbre à une hauteur et une largeur de grande envergure.Elle bailla à s'en décrocher la mâchoire, avant de se laisser glisser le dos le long de l'arbre, pour attérir assise.Elle commença à basculer de la tête, somnolante.Elle la releva, la secoua, essayant au moins de garder les yeux ouverts.Elle allait peut-être se faire dévorer par un animal assez carnivore et assez affamé pour l'avaler durant son sommeil.Il vaudrait alors mieux au moins rester éveillée.
Elle finit par se relever.Peut-être commençait-t-elle à devenir folle à cause de sa faim et de sa fatigue ?Elle releva alors la tête et aperçue quelque chose perché en haut de l'arbre.Elle commença à reculer, trébuchant sur une racine, puis se relevant rapidement.Elle tendit la tête vers l'arbre, essayant de retrouver cette chose étrange.Certainement une bête.Un oiseau géant ?N'importe quoi.A part si cette forêt abritait ça, seul un être humain assez fou pour grimper le haut d'un arbre pouvait se trouver ici.A cette heure tardive, un animal dort, à part les animaux nocturnes.Il n'existait, dans ces aptitudes et ce cas là, qu'un seul moyen de trouver l'identité de cette créature.
Elle recula, inspira le plus d'air dans ses poumons, puis cria :

"EST-CE QU'IL Y A QUELQU'UN LA HAUT ?"

Elle s'assit, attendant la réaction de la créature.
Revenir en haut Aller en bas
Elfe
Dyrlian Eslinavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
97 ans
 :Equipement :
Une dague, un brin d'amour-propre et une pointe d'humour piquant


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Ironie du sort [PV Pandora] - {Terminé}   Lun 14 Mar 2011 - 0:56

La nuit reprenait peu à peu ses droits sur la sylve, qui s'assombrissait à vue d'oeil. La lune peinait encore à éclairer de sa lumière froide et argentée le sol forestier, et le petit corps humanoïde en contrebas finaissait par se confondre avec la végétation alentoure.
Que faisait un humain dans la forêt d'Aranwë ? Voilà une question qui méritait d'être posée... Il était déjà peu commun de voir des êtres d'une espèce non-humaine en Midgard - même si ce fait pouvait se comprendre par la position centrale et quasi-toute-puissante du pays sur Yggdrasil -, mais il était encore plus rare de croiser des humains hors des frontières midgardiennes. De plus, par son jeune âge, ce petit devait être sûrement perdu : j'aurais très bien pu comprendre la présence d'un guerrier, d'un mage, d'une tout autre personne ayant au moins ses vingt ans et quelques moyens de défense avec lui, mais lui semblait tout sauf expérimenté pour ce genre de voyage.
Il leva alors les yeux vers moi, et recula en trébuchant. M'avait-il apperçu ? Sûrement, ou alors il y avait quelque chose de plus dangereux qu'un étranger perché sur l'une des plus hautes branches d'un arbre en pleine nuit, et ce derrière moi... J'éliminai rapidement cette option : la nuit me jouait décidément bien des tours, en ce moment...
J'entendis alors les quelques mots qu'il prononça en contrebas :

"EST-CE QU'IL Y A QUELQU'UN LA HAUT ?"

Une voix assez haut perchée. J'avais donc à faire à une petite humaine. Bien, une information de plus sur elle, ça pouvait toujours être utile. Sa voix était plutôt assurée vu la situation dans laquelle elle se trouvait, mais trahissait quand même une certaine angoisse. Elle ne se doutait sûrement pas qu'elle avait à faire à un être pensant, elle devait plutôt penser à une bête sauvage, ou quelque chose d'assimilé.
Je décidai alors de descendre. Elle ne craignait rien pour l'instant, mais l'hypothèse de la bête sauvage n'était pas à écarter, et il vallait mieux qu'elle ne reste pas toute seule en cas d'attaque. Silencieusement, tel un chat, je me mis à l'assaut de l'arbre qui m'avait abrité, mais dans le sens haut-vers-le-bas. Après cinq petites minutes dues à l'obscurité de plus en plus poignante et à ma propre sécurité, j'arrivais au pied de l'arbre derrière elle.
Je ne savais pas si elle m'avait apperçu, et cela m'importait peu dans l'état actuel des choses. Je devais en tout cas maintenant lui signaler ma présence, et lui proposer mon aide. Certes, elle était humaine, certes une infime partie de mon sang clamait encore que mon geste était hérétique, mais je n'en avais que faire. Humains, elfe, qu'importe ? Nous sommes tous les enfants d'Yggdrasil, et seul cela compte.
Par contre, elle, je ne savais pas comment elle allait réagir si elle se rendait compte qu'elle se trouvait en face d'un elfe. Pour lui éviter un hypotétique choc immédiat, je profitai de l'obscurité pour dissimuler mes oreilles pointues, et pris une voix gommant le plus possible l'accent elfique.

"Il y a en tous cas deux personnes ici-bas, mademoiselle : vous et moi..."

Comme à mon habitude, je m'appuyai alors contre le tronc de l'arbre, mais évitai de sortir ma dague pour ne pas l'appeurer, et j'attendis sa réaction...

HRP : Désolé de n'avoir répondu que maintenant ^^...
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-heavenghost.forumgratuit.org/
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Ironie du sort [PV Pandora] - {Terminé}   Lun 14 Mar 2011 - 19:05

Elle observa durant quelques secondes la bête, qui ensuite se déplaça.Elle observa, la peur au ventre, la chose se déplaçait dans l'arbre avec aisance et rapidité.Oui, pour un arbre énorme, cela faisait long à déscendre, mais vue la rapidité avec laquelle la bête se déplaçait, cela devait être rapide.Un terrible habitué aux arbres !Avec un peu de chance, peut-être arrivera-t-elle à fuir, si le monstre n'est pas habitué au sol.Dans son angoisse, elle en oublia la position du monstre et du à plusieurs reprises chercher dans l'arbre pour le retrouver.
Hors, cette fois-ci, la créatures avait disparues.Elle sentit son corps tremblait et ses jambes flageollés, à la fois à cause de la fatigue, mais aussi de la peur et de l'angoisse.Peut-être était-t-elle énorme mais n'était-t-elle pas carnivore ?Et si elle l'était, comment allait-t-elle donc la dévorer ?Peut-être en commençant par la tête, ou par les jambes, et pourquoi pas les bras...Elle commença à tourner plusieurs fois sur elle-même, cherchant cette présence étrange dans la forêt maintenant trop sombre pour qu'elle n'aperçoive quoi que ce soit.Elle trembla plusieurs fois, puis regarda de nouveau l'arbre, cherchant de nouveau cette terrible bête...

"Il y a en tous cas deux personnes ici-bas, mademoiselle : vous et moi..."

"AAAH !Un monstre !"

Elle poussa de nouveau un cri terrible, tournant sur elle-même avant de retrébucher sur cette fichue racine.Elle secoua la tête, puis se releva, et vit alors un humain qui la regardait.Elle plaqua ses mains sur son visage.Quelle idiote pouvait-t-elle parfois être !Et puis, cet homme était indélicat !S'il avait fait ça pour l'effrayer, il avait bien réussit son coup !Elle se releva avec difficulté, balaya les feuilles sur ses vêtements, puis prit un air calme.

"Pardon...Pouvez-vous me dire où suis-je ?"

Elle observa ensuite l'homme face à elle.Ses cheveux blonds entouraient son visage, plutôt jeune.Que faisait un jeune homme au milieu de la forêt, sur un arbre ?Seul les dieux le savaient.Il portait une longue cape, et des bottes.Impossible d'en voir plus sur sa tenue vestimentaire, il faisait bien trop nuit pour tout distinguer.Elle n'avait aucun moyen d'avoir de la lumière, de plus.Elle regarda de plus prés l'homme et vit qu'il avait un visage plutôt étranger.Il avait une forme de visage particulière, plus fine que celle des humains...Ou peut-être était-ce un effet d'optique du à la nuit...
Revenir en haut Aller en bas
Elfe
Dyrlian Eslinavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
97 ans
 :Equipement :
Une dague, un brin d'amour-propre et une pointe d'humour piquant


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Ironie du sort [PV Pandora] - {Terminé}   Lun 21 Mar 2011 - 1:03

"AAAH !Un monstre !"

Ce cri transperça le silence de la nuit. La jeune humaine se retourna dans ma direction, et dans son élan, oublia qu'elle avait trébuché au même endroit peu au paravant, et son pied se prit encore dans la même racine, ce qui la fit de nouveau tomber. Même si la situation aurait dû m'appitoyer, je ne pus m'empêcher de sourire, car voir quelqu'un trébucher de la sorte vous fait toujours sourire.
Mon sourire s'effaça rapidement. Car, même si elle ne le pensait sûrement pas, et que l'obscurité devait être la cause de ses paroles, elle m'avait appelé "monstre". Venant d'une humaine, ou plus simplement d'une non-elfe, ce terme faisait bouillonner mon sang dans mes veines, le faisait battre bien plus vite que la normale dans mes tempes, et je dus me maîtriser pour ne pas planter ma dague dans l'herbe à mes pieds. Elle pensait sûrement maintenant qu'elle avait à faire à un humain. Garderait-elle le même mot pour me décrire quand elle saurait que j'étais un elfe ?
Je secouais la tête pour chasser ses pensées noires. Laëla était ma preuve que les Humains pouvaient se comporter tout à fait civilement et fraternellement avec les Elfes. Pour l'instant, je devais me concentrer sur l'avenir de cette petite. Car, et j'espérais qu'elle était plus dégourdie d'habitude, si elle ne l'étais pas, elle n'allait pas survivre plus de deux jours dans la sylve.
J'allais lui tendre la main pour l'aider à se relever, mais elle réussit à le faire toute seule, non sans mal. À cause de l'obscurité, je ne pouvais pas très bien la distinguer, mais je sentais un filet de sueur froide descendre le long de mon dos. Et je ne ressentais cette sensation que dans une seule situation en particulier : quand on me dévisageait.
Alors que cet examen très rudimentaire devenait insoutenable, elle y mit fin en même temps qu'elle mit fin au silence ambiant.

"Pardon...Pouvez-vous me dire où suis-je ?"

Elle était donc perdue. Raison de plus pour l'aider, car cette partie de la forêt était retorse. Si on ne la connaissait pas légèrement - et même parfois complètement -, on risquait de tourner en rond au bout d'une demie-heure, et d'abandonner tout espoir d'en sortir après cinq jours. Je décidai d'éclairer sa lanterne.

"Vous êtes ici dans la forêt d'Aranwë. Comme la sylve est légèrement grande, pour être plus précis, on peut dire que nous sommes approximativement à cent kilomètres d'Alfheim, la capitale elfique, et presque à la verticale de Mannheim."

Puis, je décidais de lui avouer qu'elle était en territoire étranger.

"En tous cas, Midgard et la fontière sont par là...", dis-je en indiquant une direction dans mon dos, "Vous êtes en territoire elfique, mademoiselle. Après, la question est : comment y êtes-vous arrivée ?"
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-heavenghost.forumgratuit.org/
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Ironie du sort [PV Pandora] - {Terminé}   Dim 10 Avr 2011 - 20:15

"Vous êtes ici dans la forêt d'Aranwë. Comme la sylve est légèrement grande, pour être plus précis, on peut dire que nous sommes approximativement à cent kilomètres d'Alfheim, la capitale elfique, et presque à la verticale de Mannheim."

Approximativement...à cent kilomètres...de la capitale...el-fi-que.D'accord.Pour être clair, elle était complètement partie dans une direction inconnue et était maintenant à une centaine de kilomètre de la capitale elfique, Alfheim, enfin l'homme le disait comme ça.Dans quel sale histoire elle s'était encore fourrée ?Et comment a-t-elle put en arriver là ?Fichue carte !

"En tous cas, Midgard et la fontière sont par là...", dit-il gentiment en montrant une direction derrière son dos, "Vous êtes en territoire elfique, mademoiselle. Après, la question est : comment y êtes-vous arrivée ?"

En territoire elfique.Comment y était-elle arrivée ?En effet, ceci est une question très pertinente.Qui mérite une réponse claire.
Qu'elle n'avait pas.
Gênée, elle se gratta la tête en la baissant, évitant le regard de l'homme.Elle était compètement pommée, dis donc !Comment allait-t-elle donc s'en sortir ?Avec des bonbons, une carte pour abruti cherchant une carte au trésor comme un tout petit qu'elle avait achetée seulement pour son petit prix, son sac comportant son arme et son journal intime...Elle pouvait déjà demander à cet inconnu de la tuer, ça fera de longues heures de souffrance épargnés.

"Je ne sais pas comment j'aie fait pour arriver ici.Je me suis perdue à cause d'un charlatan qui vendait une carte à petit prix, et qui a du gribouillé un monde imaginaire dans sa tête folle pour que j'en arrive là !"S'emporta-t-elle, partagée entre desespoir et rage.

Elle se retourna, rebroussant chemin pour récupérer son sac qu'elle avait abondonnée contre l'arbre.Ce serait bien triste de le laisser ici et de finir seule, sans aucune compagnie, même matériel.Elle mit son sac sur son dos et retourna vers l'homme.Il devait vraiment avoir beaucoup voyager pour connaitre toute ces contrés, monter aux arbres géants aussi facilement, et se balader en pleine nuit dans une forêt elfique...Enfin, un peu étrange sur les bords, mais des personnes moins banales ont une petite place dans ce monde, et il en faut pour composer celui-ci.

"Je ne souhaite pas vous déranger encore longtemps...Enfin, si vous avez juste un peu de nourriture à me donner, si vous le désirez...Je repars à Midgard le plus rapidement possible."Dit-elle rapidement.

Elle baissa la tête, se sentant un peu bête.Il n'y avait vraiment que elle pour faire de telles erreurs !Si elle le pouvait, elle serait bien capable de s'enterrer six pieds sous terre pour ne plus commettre des bêtises enfantines.Enfin, elle était une enfant, c'était tout à fait ordinaire de faire ce type d'erreur.Mais après avoir lue tant de livre relatant des aventures toutes plus folles les unes que les autres, elle aurait pu réfléchir en se basant sur sa culture littéraire !Elle n'avait même pas réussie à faire ça, et il a fallut que le premier homme du coin lui dise où elle se trouve pour comprendre son erreur...
Revenir en haut Aller en bas
Elfe
Dyrlian Eslinavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
97 ans
 :Equipement :
Une dague, un brin d'amour-propre et une pointe d'humour piquant


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Ironie du sort [PV Pandora] - {Terminé}   Lun 11 Avr 2011 - 23:16

Elle regarda le sol pensive. Je ne savais pas à quoi elle pouvait bien penser, mais je le devinais assez aisément : vu son attitude, la question qu'elle avait posé, et le ton sur lequel elle l'avait posée, tout me portait à croire que cette petite humaine réfléchissait à comment diable elle avait bien pu faire pour arriver jusqu'ici et s'y perdre.
Tout à coup, elle s'emporta, sûrement submergée par la rage de s'être égarée.

"Je ne sais pas comment j'aie fait pour arriver ici.Je me suis perdue à cause d'un charlatan qui vendait une carte à petit prix, et qui a du gribouillé un monde imaginaire dans sa tête folle pour que j'en arrive là !"

La remarque me fit sourire intérieurement. Même au fin fond des bois, devant un parfait inconnu qui aurait déjà pu très bien la tuer de trois manières différentes en cinq minutes (non pas que j'en sois capable, mais quelqu'un d'autre sûrement), elle réussissait à faire de l'humour, et imageait sa situation avec plus d'esprit que la moyenne.
L'obscurité n'allait qu'en empirant, et je distinguai de moins en moins les parties de son corps qui passaient dans les rayons de lumière nocturne. Je ne pouvais pas pour l'instant dresser un portrait physique de cette fille, mais j'étais au moins en mesure de définir quelques éléments de son caractère. Elle m'était assez opposé, même par rapport au jeune elfe que j'étais à son âge... enfin, à l'âge équivalent, soit environ quarante-cinq ans chez nous. À l'poque, j'étais toujours calme et posé. Elle, elle venait de céder à un premier accès de colère. Je ne dis pas que c'était là son tempérament habituel, mais...
Il y eut alors un bruit d'herbe froissée, et je crompris qu'elle tournait brusquement les talons. J'eus peur qu'elle s'en fut, comme ça, dans une forêt qu'elle connaissait apparement aussi bien que moi les sous-sols d'Alfheim. Mais elle s'arrêta après quelques secondes, et je pus alors presque la voir. Elle passa rapidement dans une flaque de lumière, et récupéra un objet au sol, qui devait sûrement lui apparternir. Elle revint alors vers moi.

"Je ne souhaite pas vous déranger encore longtemps...Enfin, si vous avez juste un peu de nourriture à me donner, si vous le désirez...Je repars à Midgard le plus rapidement possible."

J'eus alors un petit rire nerveux, que je ne peu empêcher d'être sonore. Elle comptait rentrer à Midgard, comme ça ? J'allai donc l'en dissuader.

"Malheureusement pour vous je n'ai pas de nourriture. Je profite bien souvent de ce que la nature veut bien m'offrir sur ma route. Et c'est souvent peu de choses..."

Ne m'étendant pas plus que cela sur mes méthodes de chasse et de cueillette (car il faut bien appeler cela comme cela s'appelle), je continuai rapidement, pour qu'elle ne plie pas encore bagage.

"Néamoins, et si je puis me permettre, il serait un peu sot de votre part de repartir vers Midgard dès à présent. Regardez autour de vous, la nuit est tombée, et je peux vous garantir que c'est une très mauvaise idée que de vouloir avancer de nuit dans une forêt. En attendant demain matin, peut-être pourriez-vous rester ici ?"
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-heavenghost.forumgratuit.org/
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: Ironie du sort [PV Pandora] - {Terminé}   Mar 12 Avr 2011 - 20:17

Elle entendit alors un rire provenir de l'homme.Elle rêvait ou cet homme se moquait d'elle ?Décidement, partout où elle allait, elle ne rencontrera jamais quelqu'un d'assez compréhensif.Mais elle renvoya ces paroles valser un peu plus loin quand elle sentit ce rire plus nerveux que qoi que ce soit d'autre.Mais qu'est-ce qu'il y avait, dans cette forêt ?Et si les elfes étaient finalement de terribles personnes qui embrochaient les jeunes humains égarés dans un feu de bois géant, dansant autour, se saoulant et bien d'autres grossiertés encore, au lieu d'être ces êtres souples et majestueux ?Euh, non...Elle devait certainement viré à des sortes de nains cannibales.Loin des elfes normaux...

Peut-être cet inconnu avait-il eut de mauvaises expériences dans cette forêt pour avoir un rire nerveux ?Ou il était cannibale et voulait la retenir dans cette forêt pour organiser un feu de bois géant et...

"Malheureusement pour vous je n'ai pas de nourriture. Je profite bien souvent de ce que la nature veut bien m'offrir sur ma route. Et c'est souvent peu de choses..."

Hum hum...Etait-ce révélateur ?Soit cet homme était une sorte de chasseur, vu sa phrase, vivant en hermite dans la forêt, soit il profitait de tout ce qui lui passait sous la patte pour se nourrir.Donc elle ?Et si c'était un vampire ?Et que, ne désirant pas sortir le jour, avait décidé de se promener la nuit pour trouver une proie elfique et comme par hasard tomber sur son plat préféré, l'humain ?!

"Néamoins, et si je puis me permettre, il serait un peu sot de votre part de repartir vers Midgard dès à présent. Regardez autour de vous, la nuit est tombée, et je peux vous garantir que c'est une très mauvaise idée que de vouloir avancer de nuit dans une forêt. En attendant demain matin, peut-être pourriez-vous rester ici ?"

D'accord.Deux options s'offraient à elle : courir à perdre haleine dans la forêt pour fuir ce vampire, humain, elfe cannibal, nain cannibal, ou elle ne savait quoi, sachant que ses chances de le semer étaient terriblement basses, étant donnée qu'elle était épuisée et qu'il avait la capacité de grimper dans les arbres avec beaucoup de facilité.
Ou la deuxième option : accepter son invitation à passer la nuit ici, en sachant qu'il y avait des chances-petite, certes, mais des possibilités tout de même !- qu'elle ne se réveillerait jamais, ce qui serait fort regrettable.
Bon, dans les deux options s'offrantes à elle, elle pouvait mourir quoi qu'il arrive.

"D'accord..."Répliqua-t-elle simplement.

Mais, décidant d'écouter sa curiosité, elle décida de poser des questions à cet homme.Elle pourrait en apprendre plus sur les territoires, les races et autres.Même si il n'avait pas l'air vieux vu sa voix, il avait l'air très cultiver.

"Je voudrais bien savoir quels sont les risques encourrus par une personne marchant en forêt, la nuit.J'ai entendue ceci nombre de fois, mais je ne vois pas quels en sont les danger."Reprit-t-elle.

Enfin, ce n'était pas vraiment une question.Malgrés tout, elle attendit une réponse, enfin, il devait certainement avoir comprit qu'il y avait là une question cachée !Soudain, elle entendit un son lointain, certainement celle d'une bête sauvage, qu'il la fit frissoner, au point de faillit trébucher pour la deuxième fois à cause de cette fichue racine.

*Je crois que je sais maintenant quelles sont les dangers..brr !*Songea-t-elle interieurement.
Revenir en haut Aller en bas
Elfe
Dyrlian Eslinavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
97 ans
 :Equipement :
Une dague, un brin d'amour-propre et une pointe d'humour piquant


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Ironie du sort [PV Pandora] - {Terminé}   Jeu 14 Avr 2011 - 1:09

Elle me regardait. Fixement. Je sentais son regard sur moi, je le sentais me pénétrer et s'insinuer au plus profond de mon être. Elle ne s'en rendait peut-être pas compte, mais c'était assez dérangeant, plutôt désagréable... Elle finit par déclarer tout simplement, sans préambule.

"D'accord..."

Elle détourna sans doute le regard quelques instants, car l'étau qui m'enserrait la poitrine parut se dissiper légèrement. Mais ce ne fut pas très long, car elle me fixa à nouveau. À mon avis, je l'étonnais. Il est vrai que croiser quelqu'un en pleine nuit, dans une forêt, et que cedit quelqu'un descend d'un arbre pourrait donner un bon début pour un livre d'horreur. Bah, au moins, il ne pleuvait pas, sinon, cela aurait pu s'ajouter au côté dramatique et inquiétant de l'ambiance. Le silence forestier était d'ailleurs tout à fait approprié à...
Ledit silence ne dura pas plus longtemps, car la jeune humaine le coupa à nouveau.

"Je voudrais bien savoir quels sont les risques encourrus par une personne marchant en forêt, la nuit.J'ai entendue ceci nombre de fois, mais je ne vois pas quels en sont les danger."

J'ecquissais un léger sourire en coin. Elle jouait les braves et les courageuses. Peut-être pour se donner de la contenance, peut-être pour ne pas paniquer, peut-être pour se persuader elle même que cette sylve n'était pas plus dangereuse qu'un terrier de lapin. Au loin, un bruit sourd et grave lui prouva le contraire. Mon sourire s'agrandit encore légèrement.
La situation était en effet cocasse : je m'en revenais du Midgard, pays humain, où je n'étais qu'un étranger, et maintenant, je me devais de veiller sur une jeune humaine perdue en Lyzangard, tout du moins jusqu'à demain, qu'elle décide quoi faire. C'était une petite ironie du sort, si j'osai dire. Je me retins d'afficher un sourire franc : il ne fallait pas qu'elle croie que je moquai d'elle. Moi-même, j'étais légèrement stressé et tendu, et mon rire pouvait venir par réflexe.
Je la vis frissoner, et je décidai de lui donner un peu de réconfort.

"Avant de commencer mon énumération, peut-être pourrions-nous faire un feu pour nous redonner réconfort et assurance ?"

Je me doutais qu'elle ne se baladait pas comme ça avec du bois pour faire du feu, et je m'apprêtai à aller en chercher dans l'arbre contre lequel je m'appuyais.

"Je vais chercher du petit bois. Ne bougez surtout pas, je n'ai pas vraiment envie de courir après des gens en fuite ce soir."

J'entendis sa respiration se saccader, et je devinais qu'elle avait peur de rester seule. Je dis du ton le plus confiant que je pusse faire la seule chose qui me venait à l'esprit pour la rassurer

"Ne vous inquiétez pas : ce que vous avez entendu tout à l'heure n'est qu'une chouette. Sauf si vous êtes en réalité une souris ou un Eskuriax, elle ne viendra pas vous attaquer.", dis-je avec un petit ton humoristique à la fin de ma phrase.

J'attendis quelques secondes pour voir si sa respiration se calmait, puis je me remis à grimper dans l'arbre. Elle ne craignait en toute logique rien. C'était juste le
en toute logique qui me chagrinait. Même si le risque était extrêmement minime dans l'état actuel des choses, le risque existait tout de même.
Je secouai la tête. Il ne fallait pas partir avec des idées pessimistes dans la caboche.
Le temps que je pense tout cela, j'avais atteint les première petites branches. La saison étant bien avancée, je pus couper assez aisément et rapidement quelques branches, qui pourrait alimenter un feu pendant une ou deux heures. J'entrepris de les stocker le long de ma cuisse avec les lanières de cuir qui les entouraient. Je redescendis avec une petite douzaine de branches. La deuxième phase de l'escalade fut plus longue que l'ascension, car je faisais attention de ne pas casser encore plus qu'ils ne l'étaient les branchages. C'est au bout de sept ou huit minutes que je touchai à nouveau le sol sylvain. La petite humaine était toujours là.

"Me revoilà !", dis-je d'un ton jovial.

Je détachai les branches et les assemblai en un petit tas au sol. Prenant toutes les précautions pour ne pas mettre le feu à la forêt en même temps, je me mis à allumer le bois en frottant deux branches l'une contre l'autre. Cela pris assez longtemps pour que je regrette pendant quelques secondes de ne pas avoir l'étincelle de magie démoniste en moi. Mais je repris bien vite : Loki, ou tout du moins l'un de ses serviteurs, était responsable du meurtre de ma famille, et, juste pour cela, je préferais renoncer à tout jamais à la magie.
Une étincelle, qui elle était tout à fait normale, et non magique, et un peu de fumée finit par se montrer, et, un instant plus tard, le feu prit enfin.

"Voilà...", dis-je simplement.

Je m'assis alors d'un côté du feu, et je l'invitai d'un geste de la main gauche à s'assoir de l'autre côté. Le temps qu'elle arrive et qu'elle s'installe, je remis en place ma cape et mes cehevxu pour lui dissimuler encore quelque temps mes oreilles pointues.
Une fois bien câlés chacun d'un côté du feu, je pris enfin la parole pour répondre à sa demande.

"Les risques encourus par quelqu'un se promenant de nuit en forêt ? Eh bien, il y a déjà l'obscurité. Rien qu'à cause de cela, on peut tourner en rond en croyant aller tout droit, et cela encore plus qu'en plein jour. L'obscurité vous empêche aussi de voir ce qui vous approche, et vos autres sens ne sont pas assez développés pour compenser la perte quasi totale de la vue, qui régie quatre-vignts pourcents de vos sensations. Et la forêt offre un panelle de créatures assez diversifié : de l'inoffensif Eskuriax à la hyène agressive, en passant par certaines espèces de reptiles qui rampent sur le sol de la sylve. Bref, tant que vous restez dans une source de lumière, de chaleur, ou hors de portée de la plupart des prédateurs - j'ai remarqué qu'il fallait environ trois à quatre mètres de hauteur -, vous ne craignez quasi rien."

J'espérais ne pas l'avoir trop effrayer.

"Enfin, passons... Et si vous me parliez un peu de vous ? Si vous le voulez bien du moins..."
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-heavenghost.forumgratuit.org/
Elfe
Dyrlian Eslinavatar

 :Peuple :
Elfe sylvain
 :Âge du personnage :
97 ans
 :Equipement :
Une dague, un brin d'amour-propre et une pointe d'humour piquant


* * *

Vêtements:

MessageSujet: Re: Ironie du sort [PV Pandora] - {Terminé}   Mer 15 Juin 2011 - 13:56

[Double-post : je pars (encore une fois) faire un autre RP, celui-ci bloque depuis un petit moment (désolé pour Pan si elle repasse dans le coin)]

Silence. Les minutes s'égrenaient dans un mutisme grandissant. Seuls le bruissement de feuilles, les craquements du feu et les cris lointains des animaux nocturnes prouvaient que la vie continuait autour de nous et que le temps ne s'était pas arrêté. Je n'étais pas prêt d'être celui qui allait le briser. Je lui avais posé une question, et ç'aurait été très malpoli de ma part de parler avant qu'elle ne me réponde. Mais apparament, elle n'était pas prête à le faire. Pourquoi cela ? Une intuition...
Pendant ce temps, je me recalais encore une fois dans ma position, et fixai mon regard sur la jeune humaine par dessus le feu. Elle ne bougeait presque pas. Seul le soulèvement de sa poitrine me prouvait qu'elle était en vie ; même son regard était fixe et légèrement terne. Je me demandais bien à quoi ses pensées pouvaient vagabonder en ce moment. Sûrement quelque facétie humaine qui était propore à cette espèce si différente et pourtant si proche de la nôtre...

Je partai moi-même dans mes pensées : pourquoi étais-je de retour dans ma patrie ? La réponse que je me répétais et fixais dans le crâne depuis mon départ d'Argos était bien entendu la suivante : pour savoir ce qu'était advenu mon frère. Oui, très bien, mais ensuite ? Sur le long terme, pourquoi étais-je revenu parmi les miens, dans cette forêt millénaire ? Là, je restai muet devant la question... Que répondre, quand on doute de son propre libre-arbitre ? Je réfléchis donc sur du plus court terme : les souvenirs de mes jeunes années étaient enocre très présents dans ma mémoire - les "années d'or" en quelque sorte - et je pus sans aucun mal me rappeler mes leçons de géographie que m'avait dispensé mon père. Un jour, il m'avait indiqué un point situé sur la rive gauche du Surdi (si l'on considérait le sens du fleuve comme amont-aval, évidemment), et m'avait dit que c'était à peu près là que ce situait notre village.
À peu près... Compte tenu de ma position actuelle. Remonter jusqu'à mon lieu de naissance ne devrait pas me prendre plus de quelques jours... Et ensuite ? Alfheim me semblait encore une fois être un bon parti. Mais cette partie du voyage ne se déciderait qu'après la question fraternelle résolue...

Pendant tout ce temps, la jeune fille n'avait pas bougé. À croire qu'elle s'était endormie. Après tout, peut-être croulait-elle de fatigue. Venir dans le Lyzangard était une aventure en soi. Je décidai de la laisser se reposer, et, le feu nous réchauffant, apportant un léger réconfort, je sombrai moi-même dans le monde noir et étrange des Rêves...

***

Le petit matin arrivait déjà. Je me réveillai comme un chat, ouvrant un oeil déjà alerte. Le feu n'était plus que braises et charbon. Je me relevai tranquilement, sans le moindre bruit.
Elle dormait toujours. Pendant la nuit, je m'étais décidé à partir. Mais la laisser ici, seule, alors qu'elle s'était déjà perdue à l'aller ? Le retour risquait d'être encore plus dangereux...
Je sortis ma dague, mon morceau d'écorce détaché la veille, et commençai à tracer sur le bois quelques indications géographiques pour qu'elle puisse se sortir de la forêt, accompagné d'un léger mot d'excuses concernant mon impolitesse de la laisser ainsi.
Je posai la plaque à côté d'elle, et m'apprêtai rapidement à partir. Après une demi-douzaine de minutes, je quittai cet endroit, en jetant un dernier regard vers la fillette.
À cet instant, je me dis : "C'est dans des cas comme celui-là qu'il te faudrait être démoniste. Pour la protéger..." Mais deux secondes plus tard, je secouai la tête pour chasser ces pensées. Loki était responsable (personnelement ou indirectement, qu'importe) de la mort de ma famille et de ma vie vagabonde, je n'allais pas lui faire ce plaisir de me rallier à sa cause.
Pour couper court à toute autre pulsion de ce genre, je me remis en route. Le soleil levant était très beau au dessus de la frondaison, et je me mis à sourire.
Soudain, je me rendis compte d'un détail qui m'avait échappé. Sur la plaque que je lui avais laissé, je n'avais pas fait disparaître les inscription en langue elfique...

"Bah ! Tant pis.", me dis-je, "Après tout, ce n'est pas plus mal si elle sait que nous sommes plus civilisés qu'Ils le croient, et même peut-être plus qu'Eux..."

Et sur ce, je m'enfonçai à nouveau dans la forêt. Dans ma Maison...
~ FIN DU TOPIC ~
Revenir en haut Aller en bas
http://eragon-heavenghost.forumgratuit.org/

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Ironie du sort [PV Pandora] - {Terminé}   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ironie du sort [PV Pandora] - {Terminé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Harmony :: CONTREES :: Lyzangard - Terres des Elfes :: Territoires Sauvages :: Forêt D'Aranwë-