Partagez | 
 

 La Main de la Nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: La Main de la Nuit   Lun 5 Sep 2011 - 12:50

Bien le bonjour tout le monde !
Alors la Main de l'Ombre est l'une des nombreuses histoires qui peuplent ma tête, mais elle a la particularité de se dérouler dans Yggdrasil. Eh oui, c'est une fanfiction ><"
Cette esquisse raconte l'histoire et la vie de Eleilhim Gaaram Thorson, assassin philantrope, non non, ces deux mots ne sont pas paradoxaux !
Pour la petite histoire, l'idée m'est venue du jeux vidéo Mass Effect 2 (ouu, le niveau de culture, c'est impressionnant), un FPS assez bourrin, ne cherchez pas le lien trop loin, il est évident, c'est juste que je tombée folle d'un des personnages du jeu (Thaaaane <3) qui ressemble étrangement à Gaaram.
Voili voilou.
J'espère que ça vous plaira, et qu'il n'y aura pas trop d'incohérence avec le contexte. S'il y en a (j'en suis sûr qu'il y en aura), n'hésitez pas à m'en faire part dans les commentaires !

Enjoy !

La Main de la Nuit

Prologue
« Je ne suis qu'un assassin »


Mannheim. Les toits de la ville sont un véritable défi pour celui qui n'a pas, dès son enfance, été entrainé à garder un équilibre parfait. Mais son pas est sûr. Son pas est silencieux. La Main ne brise pas le calme nocturne. Elle est la Main de la Nuit. Elle est l'Ombre. Et ce soir, elle est aussi la Main de la Mort. La Mort qui frappe sans bruit. Sans pitié. Elle se déplace fluidement. Sans effort. Une vieille habitude.
Une fenêtre est ouverte. La chance lui sourit. Elle saute, sans aucun élan. Ses jambes passent dans l'ouverture. Ses mains s'aggripent au linteau supérieur. Ses pieds touchent le sol. Sans un bruit. Sa main se crispe sur son carme. Un éclair. Un chuintement clair. Mais le garde assoupit ne l'entend pas. Elle l'emjambe comme si de rien n'était. La porte est juste devant. Elle n'est pas fermée. La proie dort, insouciante, confiante en son garde. La Main la réveille d'une légère tape sur la joue. L'homme sursaute et se met à trembler. Devant lui se dresse la Main, le visage masqué par un vaste châle. Elle ne peut voir que deux yeux luisant du même éclat gris que la lame. De la même froideur mortelle. Du même tranchant affuté. Ce même tranchant qui rentre dans sa chair. Qui rentre dans sa coeur. Et qui prend sa vie. Il est mort.
La Main le met sur le dos. Elle lui joint les mains. Voilà. C'est comme s'il dormait. Comme s'il priait. Et avec lui, la Main prie, à genou, tête basse. Après deux mois de traque, elle a amenée sa proie à la mort. Elle la guide vers ses Dieux.
Elle récupère sa dague, l'essuie soigneusement sur sa manche gauche. Puis elle sort d'une de ses poches un carnet et une petite plume. Elle la trempe dans le sang encore frais puis raye soigneusement le dernier nom du carnet. Altan Mahel. Il est le cent trente-troisième.

***

La femme est là, devant la Main. Le dos tourné. Le front penché sur des feuilles. À demi somnolante. Et elle ne l'entend pas. Personne ne l'entend. Il serait si facile de la tuer ! La lame acérée s'approche du cou. La pointe l'effleure puis se retire vivement. La réaction est immédiate. La femme poussa un hurlement de surprise avant de se retourner. La Main eu un rire narquoit puis dit d'une voix altérée par son châle : « Vous avez le sommeil bien tranquille pour une meurtrière, madame Mahel. Préparez vos larmes de crocodile, vous êtes désormais veuve. » Elle rengaina l'arme d'un geste décontracté. Mahel la dévisagea un moment, sourit légèrement puis fronça les sourcils.
« Meurtrière ? C'est vous, qui l'avez tué, si je ne m'abuse.
- À votre demande. Et c'est cela qui change tout.
- Comment cela ? demanda-t-elle, toujours intriguée. C'est vous, l'assassin, pas moi.
- Remarque très pertinente. Si vous voulez tout savoir, je l'ai tué du même poignard qui vient de vous caresser. Il s'est planté dans son coeur avant qu'il ne puisse dire le moindre mot. Il n'a pas souffert. Mais voyez vous, dans ce meurtre, j'étais le poignard et celle qui le tenait, c'était vous. Je suis l'assassin, vous êtes la meurtrière.
- Vous le pensez vraiment ? Mahel haussa un sourcil perplexe.
- Bien sûr. Si un archer tire une flèche qui tue quelqu'un, qui est responsable ? La flèche, l'arc ou l'archer ? Je ne sais pas si vous êtes de mon avis, mais je pense que c'est l'archer.»
Mahel réfléchit un instant puis concéda : « Vous avez raison sur ce point, Main.
- Et c'est parce que j'ai raison que vous pouvez m'appeler ainsi.» Elle prit appuit sur le mur le plus proche. Sortit de nouveau son poignard de la main droite et un pierre de l'autre et se mit à aiguiser la lame, bien qu'elle soit déjà parfaitement effilée.

« Vous savez, madame Mahel, généralement, quand j'effectue un travail, je ne viens jamais en personne pour réclamer l'argent...
- Je vous la ferais porter demain, coupa-t-elle.
- ... mais ce cas demandait d'avantage d'attention, continua la Main sans faire mine de l'avoir entendu. Voyez vous, vous m'avez demandé personellement ce... service, chose que je n'accepte généralement jamais. Mais vous m'avez convaincu. » Comme voyant où elle voulait en venir, Mahel palit légèrement. « Vous m'avez raconté tout ce que votre mari vous avait fait. Des choses horribles. Des choses sans nom. » Elle fit une pause, songeuse. « Un homme ne doit jamais porter la main sur une femme.» Elle jeta un regard emplit de dégoùt à Mahel. « Mais c'était faux. Tout était faux. Ne le niez pas. Je le sais.
- Et vos informations sont correctes, Main. » Mahel sembla s'impatienter de la voix lente et posée de la Main. « Et puis-je savoir où vous voulez en venir ?»
Elle s'autorisa un silence avant de répondre abruptement : « Je voulais juste vous prévenir que je n'apprécie pas que l'on se foute de ma gueule.» La Main sourit. Elle savait ce sourire terrifiant. Elle le savait inutile, ainsi masqué. Mais elle savait aussi que ses yeux suffisaient à faire passer le message. Avec une lenteur appliquée, elle fit passer son doigt le long du fil de son poignard. Une peur fugitive prit place sur le visage de l'autre avant qu'elle éclate d'un rire qui n'avait rien de forcé.
« Et ? Eh bien, Main, qu'allez vous me faire ? Me tuer ? »
Sans doute avait-elle crut désemparer la Main en riant ainsi. En tout cas, c'était raté. « Non madame. Non, je ne vais pas vous tuer. Mais sachez que je sais pourquoi vous m'avez demandé de tuer votre mari. Je sais pourquoi vous n'avez pas demandé à personne d'autre que moi de le tuer. Et enfin, je sais aussi qui vous êtes. » Ses paroles eurent l'effet escompté. Le semblant de moquerie disparut de Mahel. Elle considéra un instant la personne devant elle. Elle clama posément : « Ce n'est pas possible. Vous mentez.
- Ça l'est, madame Elora Lorielle.»
Cette fois ci, à l'écoute de son vrai nom, toute couleur s'en alla de son visage. Avant qu'elle n'ai put reprendre contenance, la Main continua, implacable, en se dirigeant d'un pas léger vers la porte : « Pour votre information personnelle, la prime à qui rapportera votre tête est en ce moment... élevée.» Elle s'apprêtait à partir quand Elora Lorielle s'exclama : « Vous auriez tort de me sous-estimer, je connais votre nom, Eleilhim Gaaram Thorson ! »
Ce fut au tour de Gaaram d'être surpris. Il se figea, la main sur la poignée. Il détourna légèrement la tête pour murmurer : « Est-ce une menace, madame Lorielle ?
- Effectivement. Vous connaissez mon nom, je connais le votre. Et vous pouriez mourir, si tel était ma volonté.»
Gaaram termina son geste. Il ouvrit la porte, passa par l'ouverture, et juste avant de la refermer, avoua d'un ton clairement ironique : « Je suis terrifié. » C'était faux, bien entendu. Il ne l'était pas du tout.
Mais il aurait dût l'être.


Dernière édition par Shadow Foss le Lun 6 Fév 2012 - 20:31, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invitéavatar


MessageSujet: Re: La Main de la Nuit   Lun 5 Sep 2011 - 13:13


Chapitre 1
« Demether »

En cours d'écriture



Revenir en haut Aller en bas
 

La Main de la Nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Final Harmony :: ESPACE DETENTE :: Coin des Artistes :: Ecriture-